Une grammaire originale qui se réfère à la langue "de la conversation ordinaire" de l'époque et non à la langue littéraire.

Artin  Hindoglu, Grammaire théorique et pratique de la langue turke telle qu'elle est parlée à Constantinople
Paris, Librairie orientale de Prosper Dondey-Dupré, rue de Richelieu n° 47bis
1834, 182 pages        

Les mots écrits en alphabet arabe sont accompagnés de leur transcription en alphabet latin, transcription qui est celle de la prononciation d'Istanbul et qui ressemble donc parfois à l'orthographe moderne du turc. Ainsi pour görmek (voir), varmak (aller, arriver), sevmek (aimer)... 
Artin Hindoğlu a imaginé des solutions pour la transcription de certaines voyelles ou consonnes : le i sans point est noté y : varyrym pour varırım, le g est trancrit "gu" comme en Français, guirmek pour girmek (entrer), le ğ est transcrit gh, c est transcrit dj...

Préface

"Le besoin d'une Grammaire turke abrégée se fait vivement sentir , depuis que les relations de l'Europe avec le Levant deviennent de jour en jour plus intimes. Cependant le public ne demande pas une Grammaire savante, mais un manuel pratique de l'idiome le plus répandu sur les côtes de la partie orientale de la Méditerranée et dans tous les pays de l'Asie-Antérieure.

Nous avons cru trouver ce livre dans la Grammaire théorique et pratique de la langue turke, par M. Artin Hindoglou publié en allemand à Vienne en 1829. L'auteur de cet ouvrage élémentaire est né au centre de l'Asie-Mineure ; le Turk, ainsi que l'Arménien, sont ses langues maternelles, et il s'est occupé d'enseigner la première depuis une longue suite d'années. Il a donc eu occasion de reconnaître de quelle nature doit être un livre élémentaire destiné aux Européens qui se proposent d'apprendre le turk, et c'est dans ce but qu'il a rédigé sa Grammaire. Dans cet ouvrage il donne d'abord les mots turks écrits en caractères originaux, puis leur prononciation, qui au fond est la même que celle de Meninski, avec la seule différence que M. Hindoglou écrit plusieurs mots, non pas suivant leur orthographe turke, mais selon la manière dont on les prononce actuellement à Constantinople ; c'est ainsi qu'il ne rend pas le mot pain par etmek, mais par ekmek, qu'il écrit [caractères arabes] merdiven et non pas merduban, l'escalier, etc. Il a mis ordinairement ces prononciations vulgaires entre deux parenthèses, comme [caractères arabes] keif (kef), la mauvaise humeur, etc. Toutefois, là où ce n'est pas le cas, l'étudiant est à même de reconnaître la véritable prononciation, par les mots écrits en lettres arabes, placés à côté de la prononciation vulgaire.

En traitant des yerbes, l'auteur a presque toujours indiqué le mode actif, parce qu'on ne peut pas donner de règles générales sur sa formation ; c'est ainsi que de [caractères arabes] örmek, nouer, on fait öririm, je noue ; de [caractères arabes] görmek„ voir, görurum, je vois ; de  [caractères arabes] varmak, aller, varyrym, je vais; de [caractères arabes] guirmek, entrer, guiririm, j'entre.

Comme l'intention de l'auteur n'a été que de donner un manuel pour apprendre la langue de la conversation ordinaire, il ne faut pas chercher dans son ouvrage les règles relatives au style élevé, qui se trouve mêlé d'une foule de mots et de termes arabes et persans. Son livre est destiné au voyageur, au négociant et au militaire qui parcourent l'Orient, et non pas au savant qui veut approfondir la tournure de l'esprit des écrivains turks, et les beautés du style et de la poésie de leurs ouvrages.

En publiant cette traduction de la Grammaire de M. Hindoglou, nous avons cru rendre service au public français, et nous nous trouverons suffisamment récompensé si nous pouvons nous flatter d'avoir atteint ce but.

Paris, ce 12 avril 1834."

Nous reproduisons ci-dessous la page de titre et les pages consacrées à l'alphabet

VOIR : page de titre, alphabet, quelques pages ici  

  • hindo0000
  • hindo000a
  • hindo002
  • hindo003

Simple Image Gallery Extended

"On désirait depuis long-temps, une grammaire élémentaire et pratique de la langue turque, pour faciliter les rapports des voyageurs français avec la Turquie. C'est une lacune que le libraire Dondey-Dupré a comblée, en publiant une traduction de la grammaire de M. Artin Hindoglou, qui est né au centre de l 'Asie-mineure, et dont le turc est la langue maternelle." extrait de la Gazette des écoles, 8 mai 1834