Le tabac turc a toujours été réputé pour sa qualité. Il est, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, une ressource importante pour le budget de l'état.
 
Les Turcs en consommaient beaucoup au XIXe siècle, comme en témoigne cet extrait du livre d'Ami Boué sur la Turquie d'Europe paru en 1840 : "La pipe sert à l'habitant de Turquie encore bien plus de passe-temps qu'aux Européens, et c'est énorme la quantité de pipes que certains Turcs peuvent expédier dans un jour. De plus elle leur sert à supporter la faim, l'humidité et le froid, et elle semble animer leur courage, puisque fumer une pipe est cru nécessaire avant d'entreprendre quelque chose de fatigant ou de périlleux."
 
Cette carte postale imprimée au début du XXe siècle à Bruxelles fait la promotion des tabacs turcs. 
regie-tabac-1.jpg
Recto, illustré par la Tour de Galata
"
La Régie Ottomane peut seule manufacturer les tabacs et fabriquer des cigarettes en Turquie.
La Régie Ottomane ne peut employer que des Tabacs turcs."
 
Verso
"Régie co-intéressée des tabacs de l'Empire ottoman
Constantinople
Monopole de la Fabrication en Turquie
Produits exclusivement composés de Tabacs Turcs
En vente chez tous les Débitants :
Cigarettes :
Grand Prix . En A'ala . A'ala . Yaka . Kemal . Orta Giubek . Selam . Nazir . Ahali . Asker . Osmanli"
[Noms des divers types de cigarettes turques]
 
regie-tabac-2.jpg 
La société anonyme La Régie co-intéressée des Tabacs de l’Empire Ottoman fut créée en 1884 par la Banque Ottomane, avec le Kredit Anstalt de Vienne et la Banque Bleichrodez de Berlin.
Elle exerçait le monopole sur l'exploitation et la vente du tabac en Turquie. Elle contrôlait la production pour éviter les trafics, prêtait de l'argent aux producteurs, produisait dans ses manufactures installées à Izmir, Samsun, Salonique, Alep etc
Comme indiqué sur la carte postale, seuls les détaillants agréés pouvaient commercialiser sa production.
La Régie était aux mains d'intérêts étrangers, le Trésor ottoman ne recevait que 5% des dividendes.
Malgré leur opposition, les Jeunes-Turcs sont contraints de demander son aide financière.
Finalement la République turque reprit en main le monopole en 1925 et renomma la société Tekel
Tekel a été privatisée et vendue à la British American Tobacco en 2008.