Il y a 100 ans les Britanniques et les Français tentaient d'occuper le détroit des Dardanelles. Victoires et symbole de la résistance pour les Turc, défaite pour les alliés, la bataille des Dardanelles fit de nombreuses victimes.

A l'entrée sud du détroit des Dardanelles (Çannakale), le site de Seddülbahir (aussi écrit Sedd el Bahr, Sedd-Ul-Bahr, ou Seddil Bahr) est dominé par un château en ruines. C'est là qu'eut lieu une partie importante de la bataille éponyme aussi appelée bataille de Gallipoli (Çanakkale Savaşı en Turc).

Seddülbahir

  • seddil-bahr-1
  • seddil-bahr-2

Simple Image Gallery Extended

Les troupes alliées, Anglais, Français et Néo-zélandais, occupèrent cette zone de Seddulbahir lors d'une bataille qui eut lieu du 25 avril 1915 au 4 mai 1915.

On y trouve une nécropole française.

Cette carte postale qui représente un camp de soldats, fut éditée en Allemagne, alors alliée de l'Empire ottoman, et envoyée le 15 février 1918 ; elle est légendée : "Der Kriegschauplatz an den Dardanellen, 5-6 Juni 1915 : // Angriff im Abschnitt von Seddin Bahr blutig abgewiesen" qui veut dire "Le théâtre de la guerre des Dardanelles, 5-6 juin 1915 : // attaque rejetée de Seddil Bahr dans le sang" qui semble désigner le camp des alliés (Français, Anglais et Néo-zélandais).


A lire :

La description de Gautier E.-F. La pointe de Sedd-Ul-Bahr. In: Annales de Géographie, t. 23, n°132, 1915. pp. 433-437, www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1915_num_23_132_8020