Imprimer
Catégorie : Sites archéologiques et historiques
Affichages : 7071

La ville de Milet est célèbre par le grand nombre de colonies qu'elle fonda, plus de soixante-dix, surtout sur la Mer noire. Elle domina quelque temps sur la Méditerranée, tint tête à Alexandre et devint par la suite une grande ville romaine. 

Milet, ville de l'Asie mineure, capitale de l'Ionie était située à quelques kilomètres du fleuve Méandre (Büyük Menderes) près des frontières de la région antique de la Carie. Elle avait porté plusieurs autres noms tels que ceux de Lélégéis, de Pytiusa et d'Anactoria. Certaines légendes attribuent la fondation de cette ville à Milétus, fils d'Apollon. 

Elle donna le jour à Thalès (634-546 av. J.-C.), mathématicien, l'un des sept sages de la Grèce, à Anaximandre (610-547 av. J.-C.), savant et philosophe, à Hippodamos (498-408 av. J.-C.), architecte, à Hécatée (vers 500 - vers 476 av. J. C.), historien et géographe, à l'orateur Eschine (390-314 av. J.-C.) et à l'historien Aristide (IIe av. J.-C.), auteur des Milésiaques, un recueil de contes érotiques qui a servi de modèle à l'Ane d'or d'Apulée. Milet avait à Didymes, qui appartenait à son territoire, un oracle d'Apollon. La baie de Milet s'ensabla au cours des siècles jusqu'à obstruer le port de la grande ville qui périclita. Il n'en reste que des ruines que l'on peut visiter.

Essai de chronologie

Par la suite, le port s'envasa à cause des alluvions du Büyük Menderes (Méandre) et la ville se dépeupla jusqu'à devenir un village.

Photos : © Julien Revesz, 2015

Théâtre de Milet

Il fut construit au IIe et IIIe siècles. D'un diamètre de 140 mètres, il pouvait accueillir 25000 personnes. Sur le sommet de la colline, on apreçoit les murs d'une forteresse byzantine construit au VIIIe siècle.

Stoa de Milet

Stoa de style ionien sur la voie sacrée