Imprimer
Catégorie : Gens de Turquie
Affichages : 398

Le studio Sébah, puis Sébah & Joaillier fut l'un des plus grands studios de photographie de la fin du XIXe et du début du XXe siècle à Istanbul.

Les photographies que nous présentons, des portraits de particuliers (postérieurs à 1860), représentaient une partie de l'activité de Pascal Sébah, puis de Sébah et Joaillier, tout comme les ventes de photos des grandes villes de Turquie et des "types et costumes orientaux" dont raffolaient les touristes. Le studio Sebah et Joaillier était aussi photographe officiel du sultan qui lui commanda des albums, par exemple sur les écoles et l'éducation en Turquie.

Ces portraits, pour la plupart au format dit carte de visite, à l'exception du dernier, ne comportent aucun décor à l'arrière-plan.  Le dos des cartes est imprimé avec un texte en Français et, à l'exception de la première photographie, un texte en Turc en caractères arabes.
Les portraits carte de visite et les portraits cabinet (plus grands) devinrent très populaires à Istanbul dans les années 1860-1870. La ville était favorisée par un bon ensoleillement qui offrait aux photographes un excellent éclairage. Ils n'utilisèrent d'ailleurs la lumière électrique qu'à partir des années 1920.
Les premiers studios, comme celui de Sébah, s'installèrent dans la partie la plus européanisée de la ville, Péra et Galata où la clientèle des ambassades et des consulats était nombreuse, avant de s'installer, à partir des années 1880, dans les autres quartiers.

Joseph Bortoli, avant 1860

Tirage albuminé, 9.2 x 5.7 cm, collé sur carton 10.4 x 6.4 cm Au dos du carton, sont imprimé le nom, "P. Sebah et Cie photographes", l'adresse, uniquement en Français, "Rue Tom Tom N°10 près les postes Autrichienne & Française" qui est la première adresse de Pascal Sébah et la mention "Panorama, vues, costumes, stéréoscopes orientaux" qui disparaîtra sur les autres photographies. Au dos, se trouve également la mention "Oncle Joseph Bortoli" qui est peut-être le Joseph Bortoli , président de la Chambre Syndicale des négociants- commissionnaires de Smyrne, mentionne par Jacques Thobie dans son livre "Intérêts et impérialisme français dans l'Empire ottoman", 1973.

Il est cité dans le journal Le Petit Bastiais du 12 mai 1889 : "Ajaccio - On lit dans le Réveil : Nous apprenons avec plaisir que notre compatriote M. Bortoli Joseph, négociant à Paris, vient d'être décoré de l’ordre du Midjidié. M. Bortoli Joseph est membre de la famille Bortoli de Marseille, si connue dans le monde commercial, qui a su par son travail persévérant acquérir une fortune brillante et, ce qui vaut mieux, une réputation d’honnêteté et de probité incontestable. Nos félicitations les plus sincères à M. Joseph Bortoli de la marque de distinction dont il vient d’être l’objet de la part du Sultan."

Portrait d'homme, avant 1860

Portrait d'homme, avant 1860, tirage albuminé, 9,3 cm x 5,5 cm, collé sur carton au format carte de visite. Au dos du carton, l'adresse, mentionnée uniquement en Français, "Sebah r[ue] Tom Tom près la poste d'Autriche", composée dans une très belle typographie, est la première adresse de Pascal Sébah. Aucune mention en Ottoman sur le carton.




 

Femme accoudée en pied

Tirage albuminé, 5.5 x 9.1 cm, collé sur carte 6.2 x 10.4 cm. A cette époque, Pascal Sébah a déménagé au 439, grande rue de Péra. Au dos, on lit la mention "Etablissement El-Chark, P. Sébah photographe".  "El Chark" signifie en Arabe, "L'Orient" et n'apparaît pas sur les photographies à l'adresse rue Tom Tom. Le nom et l'adresse apparaissent cette fois en Ottoman. On retrouve le même fauteuil dans la photographie plus loin c-dessous "Femme accoudée".

Femme avec coiffe

Femme avec coiffe. Le dos comporte 7 médailles (la plus récente est celle de Philadelphie, 1877).  Le prénom Pascal n'est mentionné que par l'initial "P."
L'adresse est ici le 439, rue de Péra.

Femme accoudée

Tirage albuminé collé sur carton, 9.1 x 6.1 cm, coupée en bas pour être placée dans un album. Le dos comporte 9 médailles dont celle de Paris en 1878.

Homme avec des lunettes, vers 1880

Homme avec des lunettes, tirage albuminé 9,4 x 6,1 cm sur carton 10,6 x 6.8 cm, le dos comporte 9 médailles (la plus récente est celle de Paris, 1878).  Le prénom, composé dans un corps plus petit, est complet.

Sébah et Joailler

En 1888, deux ans après la mort de Pascal Sébah, son fils Joannes (Jean) Sébah (1872-1947) et son oncle Cosmi Sébah s'associent au photographe Policarpe Joaillier (1848-1904) et créent Sébah & Joaillier.
En 1900, Ils achètent le studio et les clichés des frères Abdullah, leurs célèbres concurrents.

Portrait d'homme, 1888

Photo, 1888, 9,1 x 6,4 cm sur carton 10,7 x 6.8 cm. Au dos, 3 cartouches dont un avec le nom de l'homme photographié en caractères cyrilliques et la date.

 

Portrait d'homme, 1889

Photo, 1889, photo 9,3 x 6.3 cm sur carton 10.8 x 6.5 cm. Même dos que précédemment, mais en couleur. Dans un des cartouches, mention G. G. Vitanoff, 1889

Portrait d'homme, vers 1890

Photo, 9,1 x 6.5 cm sur carton 10.7 x 6.8 cm. Au dos, a été ajoutée la mention "Photographes de la cour royale de Prusse". Elle est donc postérieure à 1889.

Femme avec un bébé, vers 1900

Tirage albuminé, 6.4 x 9.1 cm, collé sur carte 6.6 x 10.6 cm.

Couple, 1907

Couple, tirage albuminé 10 x 15 cm  collé sur carton  10 x 17 cm. Texte en alphabet cyrillique.  Signée et datée 23/05/1907, Khristo et Ana Velevi

Portrait de 2 hommes, années 1930 (?)

Tirage argentique au format carte postale. Le dos est celui d'une carte postale avec la seule mention "Sébah et Joaillier, Photographes, Péra-Constantinople" en caractères latins. L'arrière-plan de cette photographie comporte un décor peint et l'un des frères est assis sur un fauteuil, ce qui tranche avec les portraits précédents au décor inexistant. Le cadrage est plus large et non plus serré sur les bustes.

Ci-dessous : détail du dos de la carte avec le nom du studio

Esquisse de chronologie des studios Sébah, Sébah et Joaillier

1857 : ouverture du studio de photographie  P. Sébah et Cie, photographes, 10 rue Tom Tom à Istanbul
1859 : médaille de la Société française de photographie à Paris
1860 : installation 439 de la Grand’Rue de Péra avec, au début, au dos des photographies, la mention "El Chark", "L'Orient"
1867 : prix à l'exposition de Paris
1873 : rencontre le peintre Osman Hamdi Bey, directeur du musée de Constantinople. Publication à sa demande de Les Costumes populaires de la Turquie en 1873 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1518730p.r=S%C3%A9bah?rk=42918;4).
Ouverture d'une succursale au Caire, en Egypte
1876 : reçoit une médaille de l'exposition de Philadelphie en 1876
1878 : médaille d’argent à l'exposition universelle de Paris pour ses photographies égyptiennes
1883 : victime d'un accident vasculaire cérébral, il est remplacé par son frère Cosmi
1886 : mort de Pascal Sébah
1888 : création de Sébah et Joaillier par Jean Pascal Sébah (1872-1947), avec son oncle Cosmi et  le photographe Polycarpe Joaillier (1848-1904)
1889 : photographie l'empereur Guillaume et sa femme lors de leur voyage à Istanbul. Obtient le titre de "photographe de la Cour royale de Prusse"
1900 : achat du studio des frères Abdullah
1904 : mort de P. Joaillier
1910 : association avec Hagop Iskender
1934 : reprise du studio par Bedros Iskender, fils de Hagop. Le studio prend le nom de Studio Sabah (sabah signifie, en Turc, le matin)
1947 : mort de Jean Pascal Sébah

Sources