Imprimer
Catégorie : Livres et documents
Affichages : 3047

Extrait du Journal Asiatique, 3e série, tome VI, 1838, page 103

Grammaire turque d'Arthur Lumley Davids, 1836
Par Garcin de Tassy (membre du conseil d'administration du journal asiatique)

Critique, présentation de l'auteur et de l'ouvrage, avec la traduction d'un texte turc extrait de l'ouvrage. 

Jusqu'en 1832, époque de la publication originale de l'édition originale de la Grammaire turque dont nous avons à entretenir les lecteurs du Journal asiatique, il n'existait point sur cette langue de traité élémentaire écrit en anglais, si ce n'est une petite grammaire rédigée par Th. Vaughan, et  publiée en 1709 ; mais cet ouvrage n'est, selon Davids , qu'un exposé sur les langues en général, et sur la langue turque en particulier. Un Anglais nommé Seaman, avait jadis édité une grammaire turque, mais elle est écrite en latin : et d'ailleurs celles d'Holderman, de Méninski, et de plusieurs autres l'avait fait oublier depuis longtemps, même avant que notre honorable président, M. A. Jaubert, publiât la sienne.

Il était réservé à un jeune orientaliste de vingt ans, plein de savoir et de zèle, de remplir cette lacune ; et son travail n'est pas un simple traité élémentaire, c'est un ouvrage complet sur la langue et la littérature turque ; aussi a-t-il obtenu un brillant succès d'estime. C'est pour étendre davantage l'utilité de ce livre, que la mère de l'auteur, qui se distingue par une éducation soignée et une rare pénétration d'esprit, Mme Sarah Davids en a donné une édition en français, parce qu'en effet la langue française est généralement plus connue que l'anglaise dans les échelles du Levant et que la langue turque est plus cultivée en France qu'en Angleterre.

Biographie d'Arthur Lumley Davids

Elle a eu soin de placer en tête de cette édition une notice biographique sur l'auteur ; et cette notice, écrite avec sensibilité, dispose le lecteur à s'intéresser vivement tant à ce jeune homme si distingué par les qualités les plus précieuses de l'esprit et du cœur, qu'à son excellente et tendre mère dont il était le fils unique, et qui chaque jour lui donne encore des larmes, et va répandre des fleurs sur sa tombe.

Lumley naquit en Hampshire le 28 août 1811. Il perdit son père à l'âge de neuf ans. Dès ses plus tendres années, l'étude des langues anciennes, de la philosophie, et des sciences les plus abstraites, ne lui semblait qu'un jeu, et à quatorze ans, des ouvrages de mérite étaient sortis de sa plume. Déjà il avait acquis la connaissance de la langue grecque, du latin, du français, de l'allemand et de l'italien.
Il voulut y joindre celle des langues de l'Orient, de l'arabe, du persan, du turc. C'est ainsi qu'il réunit des matériaux pour le travail dont nous parlons, travail qu'on l'engagea à rendre public, et pour lequel sir Robert Gordon, ambassadeur anglais à Constantinople, obtint du Grand Seigneur qu'il en acceptât la dédicace. Malheureusement presqu'en même temps que le sultan en reçut une copie, il apprit que le jeune Davids venait de mourir, le 18 juillet 1832, avant d'avoir atteint sa majorité. Il s'empressa de faire témoigner à la mère de notre auteur toute la douleur qu'il éprouvait de ce terrible évènement, et l'admiration dont il était pénétré pour les rares talents de son fils. Il ajouta à ces marques flatteuses d'intérêt, l'envoi d'une bague enrichie de diamants, que Mme Sarah Davids garde soigneusement, et qu'elle a montrée à l'auteur de cet article, pendant son dernier séjour en Angleterre, ainsi que la tasse de porcelaine ornée du portrait de Louis-Philippe, vase dont le roi, qui a accepté la dédicace de l'édition française de cet ouvrage, a aussi gratifié la digne mère du remarquable auteur de l'ouvrage dont il s'agit.
On doit à Davids d'autres travaux, tous précieusement conservés par sa mère, et qui annoncent dans leur auteur un génie précoce et une grande facilité d'exécution […]

Le discours préliminaire, qui occupe soixante dix-neuf pages est sans doute la partie la plus curieuse de l'ouvrage, et celle qui intéresse un plus grand nombre de lecteurs.
Davids y traite savamment, et dans un style brillant et élevé, heureusement rendu dans la traduction, de la langue et de la littérature des nations turques, et de beaucoup d'autres choses qui se rattachent à cet important sujet. On ne pourrait juger de la richesse de ce tableau par une courte analyse, sa lecture seule et sa lecture entière peut le faire justement apprécier.

Les règles de la grammaire turque sont très intéressantes à connaître. Elles offrent une analogie frappante avec celles de plusieurs autres langues qui n'ont aucun rapport de parenté avec les idiomes tartares, avec l'hindoustani, par exemple, qui compte à peine trente mots turcs parmi les milliers d'expressions qui le rendent un des idiomes les plus riches du monde. En turc comme en hindoustani, il n'y a pas d'article ; il n'y a pas non plus de déclinaison proprement  dite, mais les rapports des noms sont exprimés par des postpositions qui se placent après le terme conséquent. Ainsi, pour rendre les mots "le fils du derviche", on dit en turc et en hindoustani derviche-du fils ; du reste la construction persane est aussi usitée dans les deux langues. Il y a en turc comme en hindoustani, le commoratif, cas nommé local ou locatif en sanscrit. Dans les deux langues, on emploie, comme complément du verbe actif, le nominatif au lieu de l'accusatif, quand cette construction ne peut occasionner d'amphibologie, et […]

 La grammaire de Davids offre cet avantage sur les autres grammaires turques, qu'elle contient les formes et les paradigmes non-seulement du turc proprement dit, mai de l'ouigour et des autres dialectes tartares. Le vocabulaire qui l'accompagne est très copieux ; il est rangé par ordre méthodique, comme celui que le savant et zélé M. Humbert, de Genève, vient de publier pour l'arabe.

Textes figurant dans le livre de Davids

L'ouvrage se termine par des dialogues, accessoire très utile dans la grammaire d'une langue vivante, et par des extraits dans les différents dialectes tartares : ouigour, jagataï, kaptchak, et enfin osmanli, c'est-à-dire turc de Constantinople, avec des fac-simile fort exacts. Les extraits ouigour sont tirés du Mirâj et du Tezkireh-i Evliâ, ouvrages que M. A. Jaubert nous a déjà fait connaître, et de deux autres livres, le Bakhtyâr-Nâmeh dont on conserve un manuscrit à la bibliothèque bodléienne d'Oxford, ouvrage imité du persan ; et le Caudat câ Bilih, ou Traité de la science du gouvernement, ouvrage analogue à celui que j'ai traduit du turc et de l'arabe, et que j'ai publié dans le tome IV de la première série du Journal asiatique ; et à l'Akhlâqu-i Muhçinî, traité persan dont j'ai dernièrement donné l'analyse dans le même Journal. Les extraits jagataï sont tirés 1° du Baber-Nâmeh, ou Mémoires de Baber, ouvrage d'un grand intérêt, qui a été traduit en anglais par Leyden et Eskine ; 2° de l'ouvrage d'Abû'lgâzi sur les dynasties turques ; 3° de la Biographie des poètes, par Mîr Alî-Schir-Nawâî.
Il y a un seul extrait en kitptchak ; il est tiré de l'histoire de Junguiz-Khan [Gengis Khan] et de Timur, par Ibrâhim-Khalifa.
Enfin les morceaux turcs sont, 1° un gazal de Baquî [NOTE : ou plutôt un gazal entier et rois vers d'un autre gazal, vers que M. Davids a été obligé de joindre aux premiers pour donner le fac-simile d'une page entière du beau manuscrit de Baquî qu'on trouve au British Museum ; seulement il aurait bien fait d'en prévenir le lecteur], célèbre poète, dont M. le baron de Hammer-Purgstall a publié la traduction en allemand ; 2° la pièce de Mécihî, sur le printemps, poème que Jones a inséré dans ses Commentarii poesos asiaticae, et qui a été reproduit par Toderini et par d'autres écrivains ; 3° un morceau des Guerres maritimes des Ottomans, par Hajji-Khalifa, ouvrage dont la première partie a été traduite en anglais par M. Mitchell, jeune orientaliste, ami de M. Davids, et comme lui mort à la fleur de l'âge 3° [sic] un fragment des Annales de Naïma ; 4° idem d'un manuscrit curieux du British Museum, intitulé Ajâib Ulmaklhlûcât ; 5° idem de la célèbre traduction de Kalîla et Dimna, intitulée Humâyûn-Nâmeh, par Evlya-Efendi, d'après un superbe manuscrit de M. Hammer. Ce morceau me paraît offrir un exemple frappant des défauts et des bonnes qualités qu'on trouve souvent réunis chez les souverains musulmans, même de nos jours, et de l'honorable indépendance qui caractérise généralement les magistrats dans un pays où l'on ne s'attend pas à trouver que la plus basse servilité. Je terminerai cet article par la citation de ce fragment, d'après la traduction de Mme Sarah Davids.

Humâyûn-Nâmeh, par Evlya-Efendi, extrait

"Mohammed II qui, ainsi que Djem, était un monarque très-colère, réprimanda sévèrement son architecte de n'avoir pas donné à sa mosquée la même hauteur qu'à celle de Sainte-Sophie, et d'avoir raccourci des colonnes, dont chacune valait le revenu de Roum (Asie Mineure). L'architecte s'excusa, en disant qu'il avait raccourci les deux colonnes de chacune de trois coudées, afin de rendre le bâtiment plus solide et plus fort contre les tremblements de terre si fréquents à Constantinople, et que c'était ainsi que la mosquée se trouvait moins élévée que celle de Sainte-Sophie. L'empereur, peu satisfait de cette excuse, ordonna qu'on coupât les mains de l'architecte ; ce qui fut exécuté sur le champ. Le lendemain l'architecte se présenta avec sa famille devant le tribunal du cazî, pour former des plaintes contre l'empereur et réclamer la protection de la loi. Le juge envoya de suite son officier pour assigner l'empereur à comparaître devant le tribunal. Le conquérant, en recevant la sommation, dit : Il faut obéir à la loi du prophète ; et s'armant d'une massue, et s'enveloppant dans son manteau, il se rendit chez le cazî. Après avoir salué, il voulut se placer sur le banc le plus élevé ; mais le cazî lui dit : Ne t'assieds pas, ô prince ! mais tiens-toi debout, de même que ton adversaire, qui a fait un appel à la loi. Alors l'architecte présenta sa plainte en ces termes : "Monseigneur, je suis architecte parfait, et mathématicien habile ; mais cet homme, parce que j'ai bâti sa mosquée trop basse et raccourci deux colonnes, m'a fait couper les mains, ce qui me prive des moyens de pourvoir aux besoins de ma famille ; c'est à toi de prononcer la sentence de la noble loi." Là-dessus le juge s'adressa à l'empereur : "Prince, lui dit-il, as-tu fait couper sans raison les mains à cet homme ?" " Par le ciel ! répondit brusquement l'empereur, cet homme a mal bâti ma mosquée, et il a raccourci deux colonnes qui valaient chacune le revenu de l'Egypte, ôtant ainsi à ma mosquée toute célébrité pour l'avoir construite si basse ; c'est pour cela que je lui ai fait couper les mains. C'est à toi de prononcer la sentence, conformément à la loi". Le cazî répondit : "Prince, la renommée est un malheur ; si une mosquée est bâtie dans une plaine, si elle est basse et ouverte, cela n'empêche pas qu'on n'y fasse l'office divin. Quand même chaque colonne eût été une pierre précieuse, elle n'aurait eu que la valeur d'une pierre ; mais tu as privé cet homme de ses mains, dont il s'est servi pendant quarante ans pour subvenir à sa subsistance, au moyen de son habileté et de son travail. Il ne pourra plus rien faire à l'avenir ; c'est donc à toi, d'après la loi, à fournir à ses besoins et à ceux de sa famille. Prince, qu'as-tu à répondre ?"
Le sultan Mohammed répondit : "Prononce la sentence prescrite par la loi." " La voici, répliqua le cazî. Si l'architecte demande que la loi soit strictement appliquée, tu dois avoir aussi les mains coupées ; car si quelqu'un fait une action que la loi ne permet pas, elle déclare qu'il sera puni selon son délit."
Le sultan offrit alors d'accorder à l'architecte une pension sur le trésor public. "Non, répliqua le juge, il n'est pas légal de charger le trésor public de cette dette ; car l'offense vient de toi personnellement. Ma sentence est donc que tu paieras, de ta bourse privée, à cet homme mutilé, dix akcha par jour." "C'est bien, dit le conquérant, mettez l'amende à vingt akcha, mais que la perte de des mains soit légalisée." L'architecte, dans le contentement de son cœur,  s'écria :  "Qu'elle soit légale dans ce monde et dans l'autre !" Et ayant reçu le brevet de sa pension, il se retira. Le sultan Mohammed reçut aussi le certificat de sa décharge. Ensuite le cazî s'excusa de l'avoir traité comme un accusé ordinaire, s'appuyant sur l'impartialité de la loi, qui exige que justice soit rendue à tous sans distinction. "Efendi, dit le sultan avec emportement, si tu m'avais favorisé à cause que je suis le sultan, et que tu eusses décidé contre l'architecte, je t'aurais écrasé avec cette massue ;  et il la tira en même temps de dessous le pan de sa robe. "Et toi, prince, répondit le cazî, si tu avais refusé d'obéir à la sentence prononcée par ma bouche, tu serais tombé victime de la vengeance céleste ; car je t'aurais livré au dragon caché sous ce tapis, pour qu'il te dévorât".