Imprimer
Catégorie : Livres et documents sur le Turc
Affichages : 3195

Cet ouvrage en Anglais, dans la lignée des grammaires et vocabulaires turcs en caractères arméniens, fut imprimé à Istanbul. Il était destiné à des missionnaires cherchant à convertir des populations arméniennes (chrétiennes) parlant Turc, mais utilisant les caractères arméniens.



[Elias Riggs], Outline of the Grammar of the Turkish Language as written in the armenian character by Elias Riggs, Missionary of the A.B.C.F.M. [American Board of Commissioners for Foreign Missions]. Constantinople, printed by A. B. Churchill, 1856, 56 pages.
Disponibilité : Google books

L'auteur recommande d'ailleurs les ouvrages suivants, dont la plupart sont religieux, pour compléter l'apprentissage :
"The Bible, Smyrna.
Young's Night Thoughts, Venice, Thomas à Kempis, Vienna, 1859.
Abbott's Young Christian, Smyrna.
Conversation-hook in six languages, French, English, Italian, German, Modern Armenian and Turkish, Vienna, 1848."
Riggs explique dans sa préface pourquoi il  préfère les caractères arméniens pour l'apprentissage du Turc. En voici une adaptation/traduction en Français.

"Les consonnes de la langue turque sont bien représentées par l'alphabet arabe, qui est utilisé par les Turcs, avec l'ajout de signes diacritiques sur trois des lettres. Mais pour les huit voyelles (ou neuf, en comptant le son plat de «a»), cet alphabet ne possède que trois signes diacritiques des voyelles. De plus ils sont rarement employés dans les livres, en partie en raison de leur incapacité à exprimer les voyelles et en partie à cause du système d'harmonie vocalique, ce qui permet de lire beaucoup plus facilement les voyelles en Turc que de lire les voyelles de notre propre langue, si les seules consonnes étaient écrites. Les Arméniens et les Grecs, en employant leurs alphabets respectifs pour écrire et pour imprimer la langue turque, non seulement satisfont une préférence nationale pour ces alphabets, mais s'assurent un avantage réel et très important en transcrivant clairement les voyelles. Et cet avantage est particulièrement utile pour un débutant dans la langue [turque], si bien que, selon l'avis de l'auteur, cela vaut la peine pour une telle personne d'apprendre l'alphabet arménien, et de préférer les livres imprimés avec celui-ci, même s'il doit par la suite utiliser les caractères arabes.

Le présent projet est conçu comme une aide pour ceux dont l'usage du turc se fera principalement par l'intermédiaire des caractères arméniens. L'auteur aurait aimé que quelqu'un de son entourage qui pratiquait plus que lui-même la langue turcque trouvât le temps de préparer et de publier cette grammaire. L'importance de l'aide fournie à ceux qui commencent l'étude de la langue, est la justification de cette tentative."

© JMB, 03-2010