Imprimer
Catégorie : Livres et documents sur le Turc
Affichages : 3626

Présentation du principe de l'harmonie vocalique. Les grammairiens comme Redhouse le connaissent, mais il n'a pas encore été défini comme un trait commun aux langues turques, ce que fait le linguiste et comparatiste Roehrigdans un essai dont Dubeux rend compte.

L'harmonie vocalique est un phénomène linguistique qui est étranger aux langues indo-européennes. Les voyelles sont classées en deux catégories et les voyelles de catégories différentes ne peuvent se succéder dans un mot, ce qui implique que le même suffixe peut avoir plusieurs formes selon la syllabe qui précède. C'est ce qui donne au Turc cette musique particulière.
Exemple : gördüm, sevdim pour le même suffixe d[voyelle]m
marquant la première personne du passé

Compte-rendu paru dans le Journal asiatique, 1850

Researches in philosophical and comparative philology, chiefly with reference to the languages of Central Asia

J'ai expliqué cet ouvrage à l'Ecole Spéciale des langues orientales vivantes, pendant l'année scolaire 1848-1849. Mes leçons ont été annoncées dans le Journal asiatique, janvier 1849, p. 93 et 94.


Le traité manuscrit dont le titre précède a remporté le prix de linguistique fondé par M. de Volney et a été couronné dans la séance publique de l'Institut du 25 octobre 1848. Neuf ouvrages, tant imprimés que manuscrits, avaient été présentés au concours. Celui qui nous occupe est un travail anonyme. Il porte la date de 1847, et a été composé à Hitchin, petite ville d'Angleterre, dans le Hertfordshire. Nous savons aujourd'hui que l'auteur est M. Roehrig, docteur en philosophie, déjà connu dans le monde savant par diverses publications relatives aux idiomes tartares (NOTE : Je préfère tartare à tatare. La première de ces formes, adoptée depuis plusieurs siècles par nos meilleurs écrivains, a reçu une nouvelle consécration dans les ouvrages du savant et judicieux Abel Rémusat.). Nous devons signaler, parmi ces ouvrages, un opuscule qui a pour titre "Eclaircissements sur quelques particularités des langues tatares et finnoises". Paris, 1845, in-8°. Nous y trouvons déjà une exposition du principe d'harmonisation des langues originaires de l'Asie centrale, principe complété et soutenu de preuves nouvelles dans le travail que nous annonçons aujourd'hui.

Le titre de "Recherches de philologie comparée appliquées plus particulièrement aux langues de l'Asie centrale", explique le but que se propose l'auteur. En effet, M. Roehrig ne se contente pas d'exposer d'une manière complète et suivie les grandes lois grammaticales des langues tartaro-finnoises ; mais, chaque fois que le sujet l'exige ou le comporte, il recherche dans les idiomes des peuplades sauvages les moins connues, de nouvelles preuves à l'appui des faits qu'il avance ou des théories qu'il veut en déduire.

Le traité se compose d'une préface, ou plutôt d'une introduction, et de trois parties :

1° Aperçu général de la philologie philosophique et comparée. Cette première partie forme de véritables prolégomènes, destinés à préparer le lecteur à l'intelligence des deux autres.
2° Phonologie. Principes de cette science. Étude sur les voyelles, les consonnes et les syllabes.
3° Application de la phonologie à l'étude philosophique et comparée des langues originaires de l'Asie centrale.

Cette dernière partie comprend trois subdivisions, savoir :

A. La phonologie appliquée à l'explication du génie des langues tartaro-finnoises.
B. La phonologie appliquée à des recherches étymologiques sur les mêmes langues.
C. Indications indispensables pour la composition &une grammaire philosophique et comparée de ces idiomes d'après les principes phonologiques.

Par cette expression «langues de l'Asie centrale ou langues tartaro-finnoises», l'auteur entend désigner tous les idiomes que l'on parle actuellement dans la Tartarie, et ceux que l'on connait sous le nom de finnois. «En effet, dit-il, bien que l'on ne puisse pas démontrer d'une manière certaine que toutes ces langues viennent de l'Asie centrale, cependant l'analogie frappante qui existe entre elles est un fait hors de doute«.

Les langues et les dialectes que M. Roehrig désigne sous la dénomination de tartaro-finnoises sont les suivants :


LANGUES TARTARO-FINNOISES.

I. BRANCHE HONGROISE,

II. BRANCHE FINNOISE,

Dont les idiomes les plus remarquables sont
    1° Le finlandais;
    2° Le lapon, qui comprend plusieurs dialectes ;
    3° Le permien;
    4° Le zyrain;
    5° Le mordouane. Cet idiome présente des affinités intéressantes
        avec la famille turque;
    6° Le vogoul, très-rapprochê de la famille-hongroise;
    7° Le votïake;
    8° Le tchérémisse;
    9° l'ostiake, etc.

III. BRANCHE TOUNGOUSE.

Elle se compose d'un grand nombre d'idiomes, parmi lesquels le mandchou seul possède une littérature importante. Le dialecte principal du mandchou est celui des tribus appelées Solon.

IV. BRANCHE MONGOLE.

Comprend : le mongol proprement dit ;
Le calmouke ou euleute;
Le bouriate.
Chacun de ces idiomes se divise en plusieurs dialectes et sous-dialectes.


V. BRANCHE TURQUE

Idiomes
Dialectes
Sous-dialectes
Ouigour    
Djagatéen Qougrat Turc de Tachkende
de Khiva
de Balkhe
  Ouabek (autrefois khorasmien)  
  Koman (autrefois Polovtses)  
Qyptchaq Nogaïs Mansour
Mangat
Boutchouq
Kasboulat
Koundour
Turc de Kouban
de la Crimée
Basian
Yedsan
Yaubouglouk
Turc du Terek
Qaratchaï
Qoumouq
Tchegem
Ouïtagour
Turc du Daguestan, qui se subdivise lui-même en qouvoutchou, quaytaq, qaraqaytaq, etc
  Bachqyr (Le peuple qui parle ce dialecte n'apparatient pas à la race turque)  
  Kirguiz. Bouroute.  
  Kirguiz Qaysaq de la grande horde.  
  Kirguiz Qaysaq de la moyenne horde.  
  Kirguiz Qaysaq de la petite horde.  
  Qyzylbach etc  
  Qouraman  
  Boukhare de la grande Boukharie
de la petite Boukharie
  Turcoman Du Caboul
De la Perse
Du Turquestan
De l'Azerbaïdjan
De l'Asie Mineure
Naouvaz
Oorouq etc
  Turc de Casan
d'Astracan
d'Orenbour
Qarakalpaq
Mestcherèke
Tchouvache
Turc de Katharinenbourg
de Tobolsk
de Tomsk
Barabints (Le peuple qui parle ce dialecte n'appartient pas à la race turque)
 
  Sibérien, turc de la Sibérie d'Oby
de Tchoulym
Jasachny
Tara
Tchaziz
Touralintz etc
Zouchtines
Téléoute (Le peuple qui parle ce dialecte n'appartient pas à la race turque)
Qaragase
De Krasnoyarsk
De Kousnetz
Biryouse... ?
Bokhtalar
Yarynar
Qachqalar
Soyens
Yeniséi
Yaqoute etc
Othoman Anatolou
Roumélien
 



Dans son ouvrage, M. Roehrig donne à la philologie comparée, appliquée aux langues de l'Asie centrale, des bases nouvelles, des règles qui paraissent incontestables, et pour ainsi dire géométriques. De l'observation des faits successifs qui se manifestent dans presque toutes les langues connues, il déduit certains principes généraux, dont il établit la certitude avec une telle lucidité, que l'esprit ne peut se refuser à les admettre; puis, faisant l'application de ces mêmes principes aux idiomes spéciaux dont il s'occupe, il arrive à démontrer l'affinité des langues tartaro-finnoises.

Dans le dernier siècle, plusieurs savants s'occupèrent avec zèle de l'étude des idiomes de la Finlande et de la Laponie, et nonobstant les opinions absurdes émises par quelques-uns d'entre eux qui crurent reconnaître des analogies entre le Finnois et l'hébreu, le lapon et le syriaque ; d'autres, avec un esprit plus juste, découvrirent l'affinité réelle qui existe entre le finnois et le magyar ou hongrois, et s'efforcèrent de démontrer ce fait.

Parmi les ouvrages qui furent publiés à l'époque dont nous parlons, M. Roehrig distingue celui de Gyarmathi, Affinitas linguae Hungaricae cum linguis Fennicae originis grammatice demonstrata; Gottingae, 17 9 9, in-8° et l'Appendice de la grammaire finlandaise de Strahlmann, imprimé en 1816. Toutefois, ces deux ouvrages sont au-dessous du niveau actuel de la science. En 1820 parurent les Recherches sur la langues tartares de M. Abel Rémusat, et l'Asia polyglotta de M. Klaproth (NOTE : Encore à cette époque l'auteur se refusait à reconnaître l'analogie qui existe entre les idiomes tartares et finnois. (Voyez Asia polyglotta, p. 273). Enfin, en 1836, M. Guillaume Schott fit imprimer à Berlin un Essai sur les langues tartares (NOTE : Ce mémoire remarquable est intitulé: Versuch über die tatarischen Sprachen.).
M. Roehrig indique ou analyse avec soin tous les ouvrages importants qui nient ou affirment l'affinité des idiomes originaires de l'Asie centrale. Le lecteur peut connaître, d'après ce travail, l'état de la science au moment de la composition du Mémoire qui nous occupe.

[Grammaires publiées avant Roehrig]
L'étude des langues tartaro-finnoises est fort encouragée en Russie, où ces idiomes sont d'un fréquent usage. Dans notre Europe occidentale, le turc, ou plutôt un seul dialecte de cette langue, l'ottoman, est devenu l'objet de travaux suivis. On possède, comme le fait observer M. Roehrig, des grammaires, des dictionnaires, des recueils de mots, de phrases et de dialogues, publiés en France, en Allemagne et en Angleterre. Mais les auteurs de ces différents traités se sont bornés presque toujours à reproduire les paradigmes des noms, des pronoms et des verbes, et à faire connaître les locutions les plus usuelles. Leurs ouvrages, exclusivement destinés aux interprètes, aux marchands et aux voyageurs, ne pouvaient pas toucher à des questions de grammaire et de philologie comparée. M. Roehrig a travaillé pour les linguistes. Il fait connaître les causes des lois qui régissent les idiomes de la nombreuse famille tartaro-finnoise et les modifications que ces lois ont subies par le mélange des peuples et par les influences diverses de climat et de religion. Enfin, il s'occupe de l'origine et des principes des faits grammaticaux autant que de ces faits eux-mêmes. On conçoit l'importance d'un pareil travail, la patience et l'érudition qu'il suppose, et l'intérêt qu'il doit avoir pour les philologues. On ne comprendra pas moins bien l'impossibilité d'en offrir un résumé complet. Pour exposer dans son ensemble un aussi vaste système, ce ne serait point un article, mais un volume qu'il faudrait y consacrer. Nous sommes heureux d'annoncer aux orientalistes que M. Roehrig s'occupe de revoir son travail et de le traduire en français, pour le livrer bientôt à l'impression. Ne pouvant pas donner un aperçu général de ces curieuses recherches, nous prendrons pour sujet de notre article les règles d'harmonisation, de permutation et de suppression des lettres dans leur application aux différents dialectes de la langue turque. Nous choisissons cette partie du travail de M. Roehrig, parce qu'elle peut être détachée de l'ensemble, et qu'elle contient une véritable découverte.

Meninski et les auteurs qui, à des époques plus récentes, ont écrit sur la grammaire et la lexicographie de la langue turque, indiquent avec assez d'exactitude dans leurs transcriptions l'homogénéité qui existe entre plusieurs sons de cette langue; mais aucun d'eux (et nous n'avançons pas cette assertion à la légère) n'a vu dans l'homogénéité des sons une loi, un principe immuable. Si quelquefois ils observent la règle, ils la violent aussi non moins souvent. M. Roehrig est le premier qui ait substitué aux vues isolées et stériles de ses prédécesseurs la loi de l'harmonisation, loi fondamentale des dialectes tartaro-finnois. Il est nécessaire, pour donner une idée exacte de la valeur des sons dans les mots turcs, d'ajouter après les caractères arabes, la prononciation en lettres latines. Nous adopterons pour ces transcriptions le système de M. Roehrig, peu différent de celui de Meninski, et par conséquent connu d'avance de presque tous les orientalistes. Voici la concordance :

VOYELLES FORTES.

a exprime le son français a
o exprime le son français o
u exprime le son français ou
y répond à i guttural ou i dur [le ı en Turc moderne], son qui manque dans notre langue ; mais que l'on peut rendre d'une manière approximative par eu dans euphémisme, etc.

VOYELLES FAIBLES.

ä exprime ai ou è français.
ö répond à notre eu dans heure.
ü répond à u français.
i exprime exactement le son de notre i.

La manière d'indiquer les trois voyelles faibles ä, ö, ü, n'est point arbitraire; l'auteur l'a empruntée à la langue allemande. Ce système offre l'avantage d'indiquer à l'oeil la dérivation des sons et le passage des voyelles fortes aux voyelles faibles. Ainsi
a affaibli devient a.
o affaibli devient ö.
u affaibli devient ü.
y affaibli devient i.

La lettre q représente [une] gutturale emphatique très forte, que nous n'avons pas dans nos langues néo-latines.

Gh correspond au [caractère arabe] gutturale forte de la même classe que le [].

K représente la gutturale faible.

G équivaut à la gutturale faible. Cette lettre conserve le même son devant toutes les voyelles, et doit toujours se prononcer comme notre g dans les mots guide, guêpe , etc.

J répond à [caractère arabe], et doit se prononcer comme y dans nos mots français yeux, yole, ou comme le j allemand.

La transcription des autres lettres est sans importance, et ne pourra donner lieu à aucune difficulté.

HARMONISATION

Le principe d'harmonisation présente un phénomène dont la découverte, comme nous l'avons déjà remarqué, est due aux recherches de M. Roehrig. Après avoir établi la différence tranchée et pour ainsi dire l'antagonisme de certaines consonnes et de certaines voyelles, ce philologue les partage en deux classes distinctes, savoir:

Gutturales fortes,
Gutturales faibles,
Voyelles fortes, a, o, u, y.
Voyelles faibles, ä, ö, ü, i.

Les voyelles qui entrent dans la composition d'un mot turc (et cette règle s'applique à tous les autres idiomes tartaro-finnois) appartiennent invariablement à la même classe, et jamais on ne peut rencontrer dans un même mot des voyelles de la première et de la seconde catégorie. Ainsi nous citerons unutmaqlyq «oblivio«, voyelles u, u, a, y, toutes de la classe forte ;   khastahlyq ou hastahlyq «morbus», a, a , y, encore de la même classe ;  köpäkläräh «canibus«, voyelles ö, ä, ä, ä, appartenant toutes à la classe faible ; gätchirmäk «transire», voyelles faibles ä, i, ä, etc.
Les gutturales [] et [] déterminent la classe ; [] ne peut se trouver qu'avec des voyelles fortes, et [] qu'avec des faibles. Nous ne rencontrons dans les deux premiers exemples que des voyelles fortes, et dans les deux derniers seulement des voyelles faibles.

On commettrait une faute grave en prononçant un mot avec des voyelles des deux classes. C'est cependant une erreur dont se sont rendus coupables, dans leurs transcriptions, presque tous les orientalistes qui ont écrit sur les différents dialectes de la langue turque. M. Roehrig relève un grand nombre de fautes de ce genre. Nous croyons inutile de copier un aussi long catalogue; mais nous devons en indiquer l'existence, car nous voyons dans ces erreurs la preuve jusqu'en 1845, époque de la publication des "Eclaircissements sur quelques particularités des langues tartares et finnoises", le système de l'harmonisation dans ces idiomes avait été complètement méconnu. Remarquons aussi que, sur ce principe, repose tout le système grammatical de la langue turque. Là seulement se trouve l'explicatîon de la différence constitutive de la conjugaison forte et de la conjugaison faible, de la déclinaison forte et de la déclinaison faible.

La distinction des classes est peut-être plus marquée encore dans les verbes que dans les noms. Il faut donc bien se garder de prononcer bilmak, görmak, les verbes turcs orientaux ; mais il faut dire bilmäk, görmäk.  Cette erreur, dans laquelle sont tombés tous les philologues qui ont écrit sur le turc oriental jusqu'en 1845, tient à l'ignorance où l'on était des fonctions de l'élif ainsi intercalé entre les deux dernières lettres du verbe. Il eût été facile cependant de se rappeler que, dans le dialecte ottoman même, on écrit quelquefois de cette manière des syllabes qui doivent se prononcer än et non an (NOTE : Par exemple, [caractères arabes] et [caractères arabes] "amans", se prononcent l'un et l'autre sävän. (Voyez Meninski, Institutiones linguae Turcicae, curante Kollar, 149, et p. 83 de la première édition.) Viguier transcrit aussi par söiläïän,  et non söiläian, dans ses Éléments de la langue turque, p. 292. Je pourrais multiplier les citations.). L'élif, en pareil cas, indique seulement qu'il faut placer une voyelle entre les deux consonnes qu'il sépare ; mais cette voyelle est a ou ä, suivant la classe à laquelle le mot appartient.

Puisque nous avons à nous expliquer sur une des fonctions de l'élif, nous ajouterons quelques mots sur le medda. Ce signe orthographique, placé sur l'elif initial, dénote que la voyelle de celui-ci doit être a : dès lors la classe du mot se trouve déterminée. On néglige en général remploi du medda dans les livres imprimés. C'est un tort ; car souvent une pareille indication suffirait pour empêcher la confusion de plusieurs expressions fort différentes  (NOTE : Par exemple, av «venatio« ; äv «domus« ; at «equus« ; ät «caro« ; it «canis«.).

Essayons maintenant d'éclaircir par des exemples le principe d'harmonisation. On sait que dans tous les dialectes de la langue turque, les conjugaisons sont au nombre de deux. La première, ou la forte, a l'infinitif terminé en maq ; la seconde, ou la faible, l'a en mäk. Pour la formation des modeste des temps, des nombres et des personnes, ces conjugaisons prennent exclusivement des gutturales et des voyelles de leur classe. Ainsi les terminaisons du premier présent sont dans le dialecte de Constantinople :

[...]
{mospagebreak}
Il serait impossible d'indiquer a priori la manière de prononcer ces terminaisons; en effet, on les articule d'après la classe du verbe auquel on doit les joindre. Ainsi on dira, avec le verbe baqmaq «aspicere»

Singulier
1re personne : baqarym.
2e personne : baqarsyn.
3e personne : baqar.

Pluriel

1re personne : baqaryz.   
2e personne : baqarsyz.
3e personne : baqarlar.

Avec le verbe  sävmäk «amare«, de la classe faible, les mêmes terminaisons se prononcent de la manière suivante :

Singulier
1re personne : sävärim.
2e personne : sävärsin.
3e personne : sävär

Pluriel
1re personne : säväriz.   
2e personne : sävärsiz.
3e personne : sävärler.

On écrira, par la même raison, baqdyq ou baqtyq «aspectus», participe de baqmaq, et jamais [], qui serait impossible; mais on écrira sevduk «amatus», et non []. [Les deux verbes] sont incompatibles, et représentent chacun leur classe.

Dans les verbes tartares ou turcs orientaux, l'impératif prend la terminaison guil, suivant la conjugaison. Ainsi de birmäk «dare«, on fera birguil «da«, et de achamaq «comedere«, achaghyl «comede«.

Les noms, comme les verbes, se partagent en deux classes, et forment deux déclinaisons, l'une forte et l'autre faible. Les différences qui séparent ces deux déclinaisons, se trouvent en parties effacées dans le dialecte ottoman, par la suppression des gutturales; mais elles subsistent encore toutes dans les dialectes tartares. Voici les paradigmes des deux classes

CLASSE FORTE

Singulier
nominatif : av «venatio«
génitif : avnynq.
datif : avgha ou avghah.
accusatif : avny.
ablatif : avdan.

CLASSE FAIBLE

Singulier
nominatif : äv «domus«.
génitif :ävning.
datif : ävgä ou ävgäh.
accusatif : ävni.
ablatif : ävdän.

Il existe encore, pour les noms tartares, quelques autres formes que nous croyons inutile d'indiquer ici. Observons seulement que la distinction des classes est toujours suivie dans les noms, comme dans tous les autres mots de la langue. (NOTE : On trouverait peut-être dans le dialecte de Constantinople un fort petit nombre d'exceptions à la règle générale d'harmonisation. Ainsi quelques personnes prononcent Adem au lieu d'Adam "homo". M. Roehrig explique cette rare anomalie par l'origine étrangère des mots, et dans certain cas par l'adoption de la prononciation de quelques peuples soumis à l'empire ottoman, et qui parlent turc sans appartenir à la race tartare.)

On remarque toutefois dans le système d'harmonisation plusieurs contradictions apparentes qui exigent quelques éclaircissements. La théorie de M. Roehrig n'est applicable qu'aux langues tartaro-finnoises., et nullement aux idiomes sémitiques. Ainsi le mot arabe kitab «liber, codex», nous offre la réunion des deux classes de voyelles. Comment donc devra-t-on prononcer le signe du pluriel, si on l'ajoute à ce mot ? La règle est facile. Dans kitab, la syllabe dominante, celle qui par sa position finale agit plus activement sur la terminaison, est tab ; dès lors il faudra prononcer kitablar et non kitablär, quoique cette dernière prononciation ne soit point une véritable faute. En effet, il S'agît d'une expression étrangère qui n'est point soumise aux règles de la langue turque. Cette même analogie est applicable à tous les mots arabes et persans.

Par suite de leurs habitudes graphiques, les Turcs réunissent quelquefois deux mots incompatibles. Dans ce cas, chaque expression doit conserver la prononciation qui lui est propre. Exemple : biraz «paululum«, voyelles i de la classe faible, a de la classe forte ; mais on écrit aussi, et même plus correctement, en deux mots.
«Porrigere, praebere, subministrare«, doit se prononcer alyvärmäk. En effet, cette expression est composée de [], apocope du gérondif [], qui vient du verbe «capere«, et de «dare»; littéralement «capere et dure« (NOTE : Voyez Meninski, lnstitutiones, ed. Kollar, p. 147.).

La dernière contradiction apparente est particulière aux différents dialectes du turc oriental. Dans
ces idiomes, la gutturale faible  g, devient neutre et n'indique plus aucune classe lorsqu'elle est immédiatement précédée d'un []. C'est qu'alors le [] ne forme, pour ainsi dire, qu'une seule lettre avec le [] qui le précède. Cette observation est tellement exacte, que dans le dialecte ottoman ce groupe est toujours remplacé par un [] (saghyr noun), ou noun sourd.

Exemples
...

Une autre question se présente maintenant. La distinction des deux classes de voyelles et de consonnes étant admise comme une loi suprême dans les langues de la haute Asie, y a-t-il un criterium qui permette de déclarer à la première vue à quelle classe doit appartenir un mot turc quelconque? La réponse à cette question ne saurait être générale, et ne peut être que partielle. Les consonnes gutturales et l'élif initial avec ou sans medda, sont les seuls éléments qui indiquent la classe forte ou la classe faible. Mais peu de mots donnent lieu à un doute. La terminaison de l'infinitif, lorsqu'il y a un verbe, celle des noms abstraits en [] ou en [], et des diminutifs en [] ou en font découvrir, dans un grand nombre de cas, la prononciation des différents mots d'une même famille. Ainsi, l'expression «messor« pourrait embarrasser à la première vue. Mais quand on connaît le verbe [], qui signifie «scindere, metere, demetere«, on voit aussitôt qu'il faut prononcer bätchidji. Le verbe appartient à la classe faible, tous les mots de la même racine doivent aussi en faîre partie.

Indépendamment de l'harmonisation, il existe entre les voyelles de la même classe une affinité que l'on ne saurait négliger dans la prononciation. Ainsi l'adjectif  «barbatus« doit se prononcer saqally malgré le [] qui le termine, et qui semblerait devoir amener le son u. 
(NOTE : Meninski indique dans sa grammaire le son dur du [] par une l, avec une barre au milieu (ł). Les auteurs plus récents ont presque tous négligé de faire connaître cette prononciation gutturale du [] et de la marquer par un signe particulier. Qu'il me soit permis d'observer que le son emphatique de l existe en portugais, quoique les grammairiens, ceux du moins dont j'ai pu consulter les ouvrages, paraissent l'avoir ignoré. Voici deux vers de Camoens, dont toutes les l se prononcent avec une emphase remarquable
Dizendo em alta voz. Real, Real,
Por Afonso alto rei de Portugal.
(Lusiad. III, oct. 46)

C'est qu'il y a plus d'affinité entre a et y dur, qu'entre a et u. «in praesentia ejus, e regione ipsius» se prononce qarchysyndah, malgré le [] qui suit le [], à cause de la plus grande analogie qui existe entre a et y dur qu'entre a et u. Mais  «litteratus, eruditus« doit se prononcer oqumuch, à cause de a qui précède, et non oqumich, comme l'écrit à tort Meninski dans son dictionnaire.

PERMUTATION ET SUPPRESSION DES LETTRES.

Les règles de permutation et de suppression des lettres font apercevoir entre les différents dialectes de la langue turque de nombreuses analogies, que sans leur secours on n'aurait pu même soupçonnées. Nous indiquons ceux de ces changements qui peuvent aider à découvrir, au moyen de l'expression ottomane connue, le mot turc oriental, pour lequel nous ne possédons pas de dictionnaire.

ANTERIORITE DE [] RELATIVEMENT A []  DANS LES DIALECTES TURCS

Turc ancien.
Ouigour et turc oriental  - Latin -  Ottoman

ir  - homo - är.
il - menus -  äl
iv  - tabernaculum, domus - äv
gilmäk - venir - gälmäk
gizmäk - deambulare -  gäzmäk.
irkin - mane, tempestive - ärkän.
gitchmäk - transire - gätchmäk.
jir - terra -  jär.
jimäk - comedre, edere - jämäk
din, terminaison de l'ablatif - dän
bich - quinque - bäch.
ichäk - asinus -  ächäk, etc.

EXEMPLES DE I CONSERVÉ DANS L'ECRITURE ET SUPPRIMÉ DANS LA PRONONCIATION DE LA LANGUE OTTOMANE.

dare - prononcez värmäk.
facere - ätmäk.
legatus - ältchi.
sero, tarde - gätch.
dicere - dämäk.
nox - gädjäh, etc.

PERMUTATION DE Ö ET DE Ü.

mittere - se prononce göndürmek et gündürmäk.
oculus - se prononce güz dans les dialectes orientaux, et göz à Constantinople.

PERMUTATION DE Ü ET DE I.

On trouve dans le turc oriental :
pro, propter - prononcez ütchün et itchün. On prononce souvent, à Constantinople, itchin.
eundo - gälüb , s'écrit aussi gälib.
mei, nostri - bänüm, bizüm, se prononcent également bänim, bizim.
[La] particule interrogative, , s'écrit mi dans le turc ottoman.
[La] particule du génitif ün, se prononce aussi ïn.

[La] terminaison d'une classe d'adjectifs, s'écrit encore li. Comme dans "habens domum", ävlü. On dit aussi  ävli.

Turc oriental : "germinar", bütmäk.  Ottoman : bitmäk.

PERMUTATION [D'AUTRES CONSONNES]

On rencontre dans le turc oriental 
«invenire«, tapmaq, et tchapmaq.

PERMUTATION DE   [CONSONNES]

Turc de Tobolsk  : pastèque, qarpuz et tarpuz.
Turc ottoman :punis, pain, äkmäk, et  ätmäk, etc.

Les syllabes caractéristiques des verbes causatîfs ou doublement transitifs sont en ottoman.
dur,dyr, dür, dir.

Les dialectes septentrionaux du turc oriental offrent :
ghur, ghyr, qur, qyr, etc.,
gir, gör, gür, etc.
ghyz, ghuz, qyz, etc.
güz, giz, etc.

[] PRONONCE COMME []

En Bosnie:  pulcher  se prononce djüzäl.
«umbilicus » se prononce djöbäk, etc.

PERMUTATION DE [CONSONNES]

En turc de Tobolsk, on écrit et on prononce ïan ou djan, «anima », «incendere », iaqmaq et tchaqmaq.

En turc septentrional de la Sibérie, «juvenis«, se prononce djigit ; non , se prononce djuq et ïuq.

Au lieu de «lavare« , ïumaq, les Turcs septentrionaux prononcent et même écrivent tchumaq. Ils prononcent et écrivent aussi indifféremment qazghu et qaïghu, «moeror« .

PERMUTATION DES LABIALES ET DES GUTTURALES.

Les Tchouvaches placent un a ou un v, là où les Ottomans écrivent un []. Ainsi ils disent :
Tuvan, au lieu de doghan  «falco« ;  yuyl, pour oghul «filius« . En turc de Casan, on dit :  säjämän, et  sävähmän  «amo« .

On trouve comme formes parallèles dans le turc de Tobolsk
tagh et tav «mons«
ïagh et ïuv «bellum«
ïaghtchy et ïavtchy  «bellator«

L'ouigour qaqun devient en ottoman  qavun «melo, pepo«
Dans plusieurs dialectes du turc oriental, nitchün et nitchük «quare« , sont employés comme formes parallèles.

La terminaison de l'ablatif  se prononce dans l'Aderbaidjan, lorsque le mot auquel elle se trouve jointe est terminé par un []. On remarque un fait à peu près semblable pour le dialecte de Tobolsk et pour quelques autres. Ainsi on prononce günnär, au lieu de günlär «dies«, etc. M. Roehrig rapproche avec toute raison cette prononciation des pluriels mongols en nar, när.

L'impératif se termine quelquefois en  ghyn,  kin, au lieu de ghyl, gil.

Les Tchouvaches forment l'ablatif par la particule ran ou rän, au lieu de dan, dän.

SUPPRESSION DES GUTTURALES.

Les consonnes gutturales tendent à s'effacer dans les idiomes de l'Asie centrale, Souvent même ces consonnes existent encore dans la langue écrite, lorsqu'elles ont déjà disparu dans la prononciation. Insensiblement elles finissent par se perdre tout à fait. Cette loi nous explique l'origine des nombreuses formes parallèles qui coexistent dans les différents dialectes de la langue turque. Ainsi on rencontre dans le tartare de Tobolsk

uru(gh), et uru «tribus, familia« quru(gh), et quru «siccus«. o(gh)ul, et  ul «filius«.
o(gh)lan, et olan, «puer«
[Le mot] prononcé bi(k) et bäï(k), et  bi et bäï, «praefectus, princeps«
i(k)äm, et ïäm «amicus«

Tartare de Casan :
kütchi(k) ou kütchü(k), et  kütchi «parvus«.
guibi(k)  et  guibi «ut, sicut«
ula(gh); ottoman,  ulu  «magnus, eximius«.

Les terminaisons ottomanes  et  étaient dans l'ancien turc oriental : [caractères arabes]      

Le mot turc oriental   qys(q)a «brevis, curtus«, est devenu en ottoman  qysa.

ol(gh)an, participe présent du verbe être (qui est), en ottoman, olan.

gälkän  «veniens« ; ottoman, gälän
il(k)äri «ante, prie, ultra«

SUPPRESSION DES LABIALES ET DES LIQUIDES.

(b)olmaq  «esse« en turc oriental ; olmaq en ottoman

Turc oriental - Ottoman.
(b)iläh  «cum«  -  iläh.
gä(l)türmâk «afferre,adducere« - gätürmäk.
bilä(n)  «cum« - biläh.

Djagatéen - Ottoman
bo(r)ghaz  «fauces, fretum«  -  boghaz, etc.

Nous pourrions faire connaître aux lecteurs du Journal asiatique quelques autres parties intéressantes du travail de M. Roehrig, et en particulier la loi que ce savant appelle de dualité ou de polarité, et d'après laquelle il détermine la différence ou plutôt l'opposition que les classes établissent entre un assez grand nombre d'expressions turques** ; nous préférons cependant rester dans le cadre que nous nous sommes tracé. Le système d'harmonisation, de permutation et de suppression des lettres exposé dans cet article est, depuis bien des années, l'objet des études constantes de M. Roehrig, et l'opinion du savant philologue ne saurait se modifier sur ces différents points. On ne saurait en dire autant du reste de l'ouvrage, qui sera entièrement revu dans la traduction française. Ainsi donc en traitant d'autres sujets d'après le manuscrit anglais de Hitchin, nous nous exposerions à ne pas rendre la dernière pensée de l'auteur.

Louis Dubeux.

** Comme olmaq »être, devenir», qui, en passant à la classe faible ölmäk signifie »périr, mourir». av »la chasse», ou dans son acception primitive »l'extérieur, la steppe» opposé à  äv  »la maison», et chez les nomades de l'Asie centrale »l'intérieur de la tente», etc. etc.