Imprimer
Catégorie : Livres en Turc
Affichages : 605

Un témoignage exceptionnel : la prise d’Alger par les Français en 1830 racontée par un algérien en Turc. 

Le titre complet du texte est : 

Relation de Hadji Ahmed Efendi, Meezoun (autorisé à la lecture d’un cour de théologie) de Güzel Hisari Omerzadé Emin Efendi, ex-mufti d’Alger  

La transcription du titre turc en caractères latins :

Şapkadi cezayirde müftü olan Güzelhisar aydini hac 
Omer effendi zade Emin effendi mezunlarindan
Elhac ahmet efendinin takriridar

L’orientaliste et diplomate Schlechta a découvert le manuscrit de ce texte à Istanbul. Il en existerait un autre exemplaire ayant appartenu à l’orientaliste Charles Schefer, peut-être celui de la Bulac dont nous reproduisons la notice ci-dessous. Hadj Ahmed effendi, né à Alger, en est l’auteur. D’après Schlechta qui cite le Journal de Constantinople, il était kaymakan d’Aladag à sa mort en 1861. Il fut le témoin direct de la prise d’Alger par les troupes françaises qu’il raconte dans ce texte. C’est, en 1862, le seul témoignage rédigé par un « indigène » et c’est donc un témoignage précieux sur cet évènement important.  

Ce texte, écrit en Turc, a été traduit en Français par Schlechta,  et publié avec le texte original, sans notes malheureusement, dans le Journal asiatique en 1862.  On ignore à qui il était destiné, combien de copies existaient et les circonstances précises de son acquisition.. 

Il est disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106281k/f1.item.texteImage 

Le Bref inventaire des manuscrits turcs de la Bulac (https://bulac.hypotheses.org/files/2013/11/Liste-mss-turcs.pdf) cite : 

Ms. turc 98 
[TAQRĪR]. Rapport sur les causes de l’invasion française de l’Algérie, à la suite de l’incident survenu le 5 Ramazān 1243 H.(/21 mars 1828] entre le consul de France et le gouverneur Husayn Pāšā. Par Hāğğ Ahmad Afandī. Achevé de rédiger en [12]46 H.(/1830). L’auteur est élève de l’ancien mufti d’Alger, Amīn Afandī Hāğğī ‘Umar Afandī-zāda Guzal-hisār Aydīnī, et il a émigré après la conquête pour pouvoir continuer la guerre sainte en d’autres lieux.  

Incipit f. 1v Explicit f. 8  
ca. 1830. Copie anonyme et non datée. Ecriture ottomane Nashī de 17 lignes à la page ; titres rubriqués ; réclames ; surface écrite 75 x 150 mm. Ms. de 160 x 230. 
Papier européen (filigrane à aigle et marque I.S.C. et à écu). 8 feuillets et deux gardes. Forme un quinion.  
Ancien n° 362.  
Reliure souple de soie verte (comme le ms. 97; certainement de même origine) 

Voir aussi Richard Francis. Les manuscrits turcs méconnus de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales. In: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 154e année, N. 4, 2010. pp. 1685-1698. DOI : https://doi.org/10.3406/crai.2010.93060 / www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2010_num_154_4_93060