Imprimer
Catégorie : Biographies de linguistes
Affichages : 4765
Fait prisonnier par les Ottomans, il fut esclave pendant treize ans, s'échappa à deux reprises. De retour en pays chrétien, il écrit quelques opuscules sur les Turcs et sur sa captivité. Si ces ouvrages donnent une image très négative, on y trouve de nombreuses informations, et de précieux témoignages sur la langue turque au XVIe siècle à travers des dialogues et le vocabulaire qu'il explique.

Georgiewitz ou Georgievitz ou Gjurgjevic (Barthélemi, Bartholomeus)**, hongrois ou croate (ses dates de naissance et de mort, 1506-1566, sont également incertaines), fut fait prisonnier par les Turcs lors de l'invasion de 1528. Réduit en esclavage, Georgiewitz fut mené en Roumélie, et ensuite dans l'Asie mineure, vendu et revendu sept fois comme une bête de somme, employé aux travaux les plus vils et les plus rudes, et accablé de mauvais traitements, sort commun à ses compagnons d'infortune ; enfin, on le força d'apprendre le métier des armes [sub Turcica ac rustica ferula, et aspera disciplina, in fame et siti, in frigore et nuditate sub dio cubans, gregem ouium armentaque pascere, agriculturam exercere, equos curare, militiaeque artem discere compulsus sim] . Il prit la fuite, n'ayant pour se nourrir que des herbes et des racines qu'il assaisonnait d'un peu de sel, et pour se guider, au milieu des déserts infestés de bêtes féroces, que l'étoile polaire. Arrivé sur les bords de la mer de Marmara, il fut repris à l'instant où il allait s'embarquer sur un radeau. On le reconduisit à son maître, qui lui fit appliquer la bastonnade et le revendit ensuite à des marchands d'esclaves.
Enfin, après treize ans [tredecim annorum spatio] de la plus dure captivité, Georgiewitz réussit à s'évader ; et après avoir traversé les déserts de la Caramanie et de la Syrie, il parvint jusque dans la terre sainte, après un voyage d'un an, et se retrouva au milieu des chrétiens [in terram sanctam, ad fratres Dius Francisci Hierosolymae in monte Syon habitantes, perveni]. Il revint par mer en Europe. On le trouve à Louvain en 1544 ; enfin il retourna dans sa patrie à travers mille dangers. 
[** Ðurđević, Bartol, forme internationale - Djurdjević, Bartol, forme courante (BnF) - on trouve aussi Gyurgieuits dans les éditions anciennes]
La notice de Michaud évoque un débat avec un derviche à Waradin en mai 1545.
Georgiewitz quitta son pays occupé par les Turcs et se rendit à Rome où il mourut probablement. Il écrivit ses ouvrages en Latin, la langue internationale de culture au XVIe siècle. Ses écrits furent largement diffusés (82 éditions recensées par Kidric de 1544 à 1686, sa bibliographie est assez confuse) et eurent un très grand retentissement en Europe jusqu'au XVIIe siècle.

Les éléments de la biographie de Michaud, repris ci-dessus, sont extraits, pour la plupart, de sa préface au "De Turcarum moribus epitome" [dont nous avons reproduits des citations en Latin].

 
 
Oeuvres
De Turcarum ritu et ceremoniis, additis etiam plurimum dictionibus, cum salutationibus et respontionibus Persarum, Anvers, apud Gregorium Bontium sub scuto Basiliensi, 1544., in-12 de (1) f.bl., (20) ff. et (1) f.bl., grande marque de l’auteur gravée sur bois au dernier feuillet, première édition (proposé par la librairie Camille Sourget ; autre édition à Paris, Charles  Langelié, 1545). Cette relation est très documentée et précise. L'auteur y explique les mots turcs par le latin au fil des textes qui sont suivis d'un dialogue dans les mêmes langues ; il est suivi de règles grammaticales et des noms de nombre de la langue turque.
Traduction française :  La manière et cérémonies des Turcs par Bartholomieu, hongrois, pèlerin de [...]rusalem lequel ayant été [...] esclave a cogneu par expérience tout ce qui est contenu en ce présent livre, Lyon, 1514, in-12 [à la BnF]
 
Prognoma sive presagium mehemetanorum, primum de christianorum calamitatibus, deinde de suae gentis interitu ex lingua persica in latinum sermonem conversum ; suivi d'une Epistola exhortaturia contra infideles ad ill. principem Maximilianum archiducem Austriae, Anvers, 1546, in-16.
 
Ces opuscules ayant été bien accueillis, et même traduits en plusieurs langues, Georgiewitz les réunit et les publia sous ce titre : De Turcarum moribus Epitome, Paris, 1558, in-16 ; réimprimé plusieurs fois dans cette ville, à Lyon et ailleurs. [1560, 1567, 1582, 1598, 1629 par exemple. Cet ouvrage marqua longtemps les esprits et contribua à diffuser une image peu flatteuse des Turcs].
 
En plus des trois traités cités plus haut, et qui forment autant de chapitres, on y trouve trois autres :
De afflictione tam captivorum quam tub tribulo viventium christianorum. L'auteur termine celui-ci par des conseils pour les captifs qui veulent s'évader, et donne un vocabulaire esclavon à l'usage de ceux qui pourraient arriver dans les divers pays où cette langue est en usage, quoique avec des différences.
Réédition : De Afflictione Tam Captivorum Quam Etiam Sub Turcae tributo viventium Christianorum : cum figuris res clarè exprimentibus ; Similiter de Ritu, deque Caeremoniis domi, militiaeque ab ea gente usurpatis ; Additis nonnullis lectu dignis, linguarum Sclavonicae & Turcicae, cum interpretatione Latina, libellus. Autore Bartholomaeo Gyurgieuits, peregrino Hierosolymitano, qui per duos menses cathena collo uinctus, saepe uenundatus, XIII. annos apud eosdem seruitutem seruiens, omnia experientia uidit et didicit. Cum gratia et Priuilegio Caesareo, ad biennium, sub poena. C. Karol. et librorum confiscatione. - In Vormatia Excudebat Gregorius Comiander, 1545. - in-8°, [36] folios, illustrations [accessible sur le site de l'Université de Mannheim]. Le vocabulaire turc se trouve avant les dilaogues entre un Turc et un Chrétien qui sont suivis des nombres en Turc.
Dispationis cum. Turca habitae narratio ;
Deploratio cladis christianorum. Le recueil est terminé par l'oraison dominicale en arabe et en latin, parce que, dit l'auteur, dans toute la Syrie et dans toute la Palestine, cette langue est usitée pour le service divin. Les éditions antérieures à 1566 n'ont pas donné le vocabulaire turc ; et toutes celles qui sont postérieures à 1555 ont une table des matières. Ces opuscules sont aussi insérés dans plusieurs recueils publiés sur les Turcs ; ce qui prouve le cas que l'on en faisait à juste titre.
[Ces trois texte sont été traduits en Français, dans le Discours parénétique sur les choses turques... traduit par J.A.C.B., Lyon, P. Rigaud, 1606, 190 pages ; sur Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83301h]

3° Voyage de la sainte cité de Jérusalem avec les cérémonies des Turcs par B. Georgevitz ; remis en lumière par Lambert d'Armont. Liège, Streel 1600, petit in-4° [cité par Gräss et Michaud].

Pro fide Christiana cura Turcis disputationis (Varadini) habitae et mysterio St. Trinitatis in Alcorano invento nunc primum in latinum sermonem verso brevis dèscriptio. sans lieu ni date in-8°. (73 ff.) [G]

On trouve dans ce volume, resté inconnu aux bibliographes, les pièces suivantes :
1. Modesta increpatio ad Magistratum Reipublicae (Polonicae) ac Rectores ecclesiae propter negligentiam ejus. II. Prognoma site Praesagium Musulmannorum de Christianorum calamitutibus. III. De afflictione tant captivorum Christianorum, quam etiam sub Turcae tributo vinentium. IV. De Turcarum origine, moribus, vita, deque caeremoniis. V. De vocabulis, salutationibus etc. eorundem. VI. Adhortatio contra Turcas ad Maximilianum Archiducem Austriae.

Il existe plusieurs répétitions du texte latin (De afflictione tant captivorum quam etiam sub Turcae tributo viventium christianorum auctore Barth. Georgii Hungaro), savoir : Antv. typis Copenti 1514. pet. in-8°. (20 ff.) Av. fig. Antv., Greg. Bontius 1544. pet. in-8°. Paris, 1545. in-8°. Vormat. Vangionum 1545. pet. in-8°. Avec figures en bois (avec un vocabulaire des langues esclavonne et turque).[ (Libellus ..... diversas res Turcharum brevi tradens.) Romae , Ant. Bladus 1552. in-8°. (58 ff.) Av. 2 frontispices, et 4 planches en bois. (De origine Imperii Turcorum eorumque administratione et disciplina brevia quaedam rapita notationis loca collecta cui libellas de Turcorum moribus adjectus est etc.) Lugduni Batavorum 1553. in-8°. (184 pp.) (De Turcarum moribus epitome Barth. Georgievicz peregrino autore, ex variis editionibus adauctum opus et linguae turcicae principiis locupletatum.) ParisH. de Marnef 1567.- 1568. in-12. Viteb. 1560. in-12. 1562. in-12. (90 ff.) Lugd. 1578. in-12. (185 pp.) Avec figures.

-- Barth. Georgevitz de Croacia detto Pelegrino hierosolymitano. Opera nova che comprende quattro libretti : il primo libro trata del pellegrinaggio della Terra Santa ; il secondo delle miserie et afflittioni, che i poveri christiani schiavi o tributarii patiscono, i quali sotto l'imperio del gran Turco dimorare si ritrovano ; il terzo il presagio della calamità et le persecutioni del popolo christiano, che si saranno fatte della natione infidele : della perdita della macometana setta ; il quarto l'epistola essortatoria contra l'inrideli etc. Roma, Ant. Barre 1555. petit in-8°. [G]

Il existe une éd. antérieure: Roma, Blado 1553. in-8°. (28 ff.) avec frontispice, grav. en bois, moins complète et une postérieure : Roma, Bolano de Accolti 1566. in-8°. (62 ff.) Avec frontispice, et une carte gravée en bois. Voir le Catalogue Selvaggi p. 125.

-- Les Misères et tribulations que les chrestiens tributaires & esclaves tenuz par les Turcz souffrent & sont contrainctz endurer mises per figures. Auec aulcunes oraisons & vocables en langue esclavoniq. qui iusques ycy n'ont este voues ni mises en lumière. Composez par Bartholomien Georges pèlerin de Hierusalem & depuys mises en langue gallicque ; lequel par accidentz a este prins, lie & vendu maintes foys par les dietz Turcs & a seruy treize ans en Turquie. (A la fin :) Imprime en Anuers par Jehan de Graue 1544. pet. in-8°. (20 ff. non ch.) Avec les figures de l'édition latine de 1544. (av. la version hollandaise imprimée sous la même date). [G]

-- Van der benautheyt ende tribulatien der ghevanghenen Christenen onder des Turcs trihuyt lenède; onergheset in Duytsch (hollandais). sans lieu (Anvers) 1544. in-8°. [G]

-- La manière et cérémonie des Turcs, par Bartolomieu hongrois pèlerin de Hierusalem, lequel ayant ete illec esclave a cogneu par experience tout ce qu'est contenu en ce présent livre. Paris, Ch. l'Angelier 1545. in-16. (39 ff. non ch.) [G]

-- Tuïckenbüchlein Ganz warhafftige vnnd aber erbärmckliche beschreibung von der pein, marter, schmerzen und Tyranney, so die Türcken den gefangenen Christen etc. anthun , auch von ihren Ceremonien, Policien, Kriegen, Feldtbau, Gebrauchen, vnnd ein Disputaz eines Christeu vnd Türcken (zu Gross-Wardein) vom Glauben mit angehenckten Dialogis Türckisch vnd Sclavonisch etc. ubers. v. Joh. Zschorn. Strassburg 1558. in-8°. (70 ff.) [G]

-- Autre édition italienne : Historia Universale dell'origine et imperio de Turchi Raccolta et in diuersi luoghi di nuouo ampliata, da M. Francisco Sansovino ; Con le guerre successe in Pesfia, in Ongaria, in Transiluania, Valachia,fino l'anno 1600. Et riformata in molte sue parti per ordine della Santa Inquìsìtione. All'Eccellentiss. Signor Gio. Carlo Siuos Dedicata. Nella quale si contengono le leggi, gli offici, i costumi, & la militia di quella natione ; con tutte le cose fatte da loro per terra, & per mare ; con le vite particolari de Principi Ottomani, con l'effigie del naturale di essi Imperatori, cominciando dal primo fondator di quell'Imperio, fino al presente Meemeth. III. 1600. Etcon laTauola di tutte le cose più notabile, & degne. Con Privilegio, In Venetia, Presso Allessandro di Vecchi, 1600, 20, 658 pages [acccessible sur Google Books]. La traduction de l'Epitome occupe une partie de l'ouvrage.
Sources pour la bibliographie
Johann Georg Theodor Gräss, Trésor de livres rares et précieux ou, Nouveau dictionnaire bibliographique ..., 1862 [signalé par [G] dans notre texte]

Bibliothèque nationale de France

Etudes sur Georgiewitz

  • Kidric, "Bartholomaeus Gjorgjevic", Museion : Veröffentlichungen aus der Nationalbibliothek in Wien, Mitellungen, II (Vienne, 1920)
  • Kenneth M. Setton, Western Hostility to Islam and Prophetics of Turkish Doom, Memoirs of the American Philosophical Society, Vol. 201, 1992 (avec un chapitre intitulé Bartholomaeus Georgievicz and the "Red Apple")
  • Clarence Dana Rouillard, The Turk in French History, Thought and Literature (1520-1660), 1936, 1938, 1941
  • N. Melek Aksulu, Bartholomäus Georgievics Türkenschrift "De Turcarum ritu et caeremomiis" (1544) und ihre beiden deutschen Übersetzungen von 1545, Volume 417 de Stuttgarter Arbeiten zur Germanistik, Verlag Hans-Dieter Heinz, 2005, 263 pages
  • N. Melek Aksulu, Mohaç esiri: Bartholomaeus Georgievic (1505-1566) ve Türklerle ilgili yazilari, Volume 214 de Kültür Eserleri Dizisi, T.C. Kültür Bakanligi, 1998, 136 pages
Textes disponibles :
De Afflictione, Tam Captivorum Quam Etiam Sub Turcae tributo viventium Christianorum, 1545 (texte et avec reproduction des pages)
http://www.uni-mannheim.de/mateo/camenahist/georgijevic1/Georgijevic_De_afflictione.html
 
Prognoma, sive Praesagium Mehemetanorum, 1545 ?  (texte et avec reproduction des pages)