Imprimer
Catégorie : Sultans
Affichages : 11824

Othman Ier ou, suivant la prononciation turque, Osman, surnommé Gazi le Conquérant ou le Victorieux, fondateur de la dynastie qui règne actuellement à Constantinople, naquit en Bithynie l'an 657 de l'hégire (1259 de J. C.). Les auteurs arabes et turcs ne sont pas d'accord sur son origine ; mais l'opinion la plus vraisemblable est qu'il descendait de Suleyman, chef turcoman qui, ayant quitté les steppes du Mavaralnahr (la Transoxane), où il était né, passa dans le Khorassan vers l'époque de l'invasion de Gengis (1218-19).
A la mort de Suleyman, son fils Ertogrul lui succéda dans le commandement de la tribu ; celui-ci passa dans l'Asie Mineure et entra au service d'Alaeddin-Kaykubad, neuvième sultan de la dynastie des Seldjoucides, et dont le règne commença en 1213. Ayant reçu de ce prince des terres pour s'y établir avec sa tribu Ertogrul rendit d'éminents services à Alaeddin, et l'aida puissamment dans les guerres contre les Tartares et contre les Grecs. Il mourut l'an 680 de l'hégire (1280), laissant son fils Othman pour successeur.
Après la mort de Mesud II, dernier souverain de la dynastie des Seldjoucides, les domaines de ce prince ayant été partagés entre ses généraux, une partie de la Bithynie échut à Osman, qui se trouva, de cette manière, maître d'un petit territoire. En 699 (1299), ayant forcé les gorges du mont Olympe, il envahit la province de Nicée [Iznik] et réussit à soumettre tout le pays, excepté là capitale elle-même, qui tomba en son pouvoir quatre ans plus tard, en 1304.
L'histoire des premières années du règne d'Osman offre une suite non interrompue d'incursions heureuses. Enfin, voyant son armée grossie par des captifs et des volontaires, ce chef entreprit de plus grandes expéditions. Au lieu de se retirer, comme il faisait auparavant, dans les montagnes et dans des endroits inaccessibles, il se maintint dans ses positions et s'appliqua à conserver ses conquêtes. Il mourut en 1326, dans sa soixante-neuvième année. Ce prince tenait sa cour à Kara Hissa ; il fit battre monnaie en son nom mais il ne prit jamais le titre de sultan. On doit le regarder comme le fondateur de l'empire auquel Mehmet II donna pour capitale Constantinople.
La mémoire d'Osman est en grande vénération parmi les Turcs, qui ont reçu de lui la dénomination d'Ottomans. Ce prince était renommé par sa justice, ses talents militaires et sa prudence. Il laissa à son fils Orhan un livre de maximes et de règles pour le gouvernement des empires.

extrait de l'Encyclopédie du dix-neuvième siècle : répertoire universel..., 1836-1853. Nous avons modernisé l'orthographe des noms propres et modifier partiellement le texte. 

A lire, la biographie plus complète par JouanninGHAZI-SULTAN-OSMAN