Imprimer
Catégorie : Sultans
Affichages : 6299

Murat III était âgé de 31 ans, lorsqu'il succèda, en 1575, à son père Sélim Il. Il commença son règne par un crime atroce. Le mufti, consulté sur le sort que devaient subir les cinq frères du nouveau sultan, dont le moins jeune atteignait à peine sa huitième année, se conforma au désir de ce prince en décidant qu il fallait les faire mourir, de peur qu'un jour ils ne troublassent la paix de l'empire. Cette affreuse sentence fut exécutée sous les yeux de Murat, et en présence des sultanes qui leur avaient donné la vie. L'une d'elles se perça de son poignard ; Murat en fit jeter à la mer deux, que Sélim avait laissées enceintes. Ce premier acte d'une politique barbare annonçait un despote sanguinaire, toutefois ce fut à ces seules victimes que se borna sa cruauté.
Endormi dans les plaisirs du sérail, il ne fit point la guerre en personne ses vizirs ou ses pachas le remplacèrent toujours à la tête de ses armées elles eurent pendant douze ans à combattre en Perse, depuis 1578 jusqu'en 1590, et la paix assura au sultan la conquête de Tabriz et des trois provinces persanes. L'influence de Murat mit sur le trône de Pologne un de ses vassaux, le Voïvode de Transylvanie, Etienne Battori qui avait pour compétiteur l'empereur Maximilien. Le grand vizir Sinan-Pacha s'empara, au nom de son maître, de l'importante place de Raab en Hongrie. Le soulèvement de la Crimée fut réprimé par les mêmes moyens. 
Murat n'eut donc aucune part aux exploits qui purent illustrer son règne ou reculer les limites de l'empire ottoman. On prétend qu'il donna, une fois dans sa vie, des marques de vigueur. Les janissaires, assemblés tumultuairement devant le palais, demandaient à grands cris la tête du Defterdar, et menaçaient le sultan lui-même. Soudain il fait ouvrir les portes, fond sur les factieux le cimeterre à la main, en tue plusieurs; le reste se dissipe et obéit. Néanmoins, il paraît que le sultan abandonna lâchement son ministre ; la sédition causa, dans Constantinople, un incendie terrible qui consuma quinze mille maisons. 
Après un règne de 20 ans, Murat III qui en avait 50, mourut en 1594. Tv. 

extrait de l'Encyclopédie du dix-neuvième siècle : répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, avec la biographie de tous les hommes célèbres, 1837