Imprimer
Catégorie : Relations franco-turques
Affichages : 5411

galata-pera-vignette.jpgCartes postales écrites par des soldat français depuis Istanbul (1918 ? et 1923) et depuis Novorossisk en Russie le 17 mars 1920. La Mer noire est alors le théâtre d'une intense activité face à la Turquie et contre les communistes russes.

 

 

Epidémie à Istanbul, 1918

eaux-douces-asie1p.jpg

Constantinople, Eaux-douces d'Asie

eaux-douces-asie2-30novembre.jpg

La flotte alliée est arrivée devant Istanbul le 13 novembre 1918. Le 23 novembre, le général Franchet d'Esperey entre dans Istanbul.
Le soldat français qui écrit cette carte postale à son épouse évoque une épidémie de choléra et l'afflux dans la capitale ottomane de réfugiés que l'on s'empresse alors d'expulser. Contraste entre l'iconographie touristique des eaux-douces et les événements tragiques.

[Nous avons gardé l'orthographe originale]

Constantinople, le 30 novembre [1918 ?]

Je suis toujours en bonne santé. Tout est toujours tranquille ici. Le choléra ne sévit que dans les campagnes où il y a eu bien des combats. Quelques cas rares en ville qui d'ailleurs sont combattus rapidement et sur la population turc seulement qui provient de ces campagnes tout les réfugiés des campagnes sont expédiés le plus vite possible dans les campagnes lointaines de l'Asie mineure on ne les garde pas ici. Par conséquent sois sans crainte. Je crois que tout va s'arranger mais il y a encore ce coup final de la prise de Constantinople par les armées vainqueurs ont envie d'en faire le bouquet de leur victoire à moins que l'Europe s'y oppose. Bien le bonjour à tous. Au revoir et plus de bile cela va pour le mieux . Ton époux qui t'aime et t'embrasse bien fort.

Mer noire et bolcheviks

galata-pera-p.jpg

Vue panoramique de Galata et de Péra

Cette carte postale fut achetée à Istanbul-Constantinople et utilisée par un soldat alors qu'il est en Russie avec les troupes envoyées au secours de l'armée blanche contre les communistes. Il fait allusion aux liaisons entre Istanbul et Novorossisk assurées par des bâtiments militaires.
Novorossisk est un port russe au nord-est de la Mer noire. Pendant la guerre civile, d'août 1918 à mars 1920, cette ville fut le centre de l'armée blanche de Dénikine.
La colorisation de la carte postale est assez grossière.

[Nous avons gardé l'orthographe originale]

Novorossisk le 17 mars 1920
Coco je t'ai écrit les jours derniers mais ma lettre est toujours à la boîte puisqu'il ni à pas eut de départ par le temps qu'il à fait. Enfin le beau temps est revenu , et le courrier en questions part ce soir, alors tu recevras les deux ensemble. Aujourdhui nous avons reçus des lettres par un torpilleur américain venant de Constantinople, mais rien a comprendre toutes ces lettres étaient pour les mocos pas une seule venant de Bretagne. Pour notre départ d'ici rien de nouveau à part les gazettes qui circulent. Hier matin a 4 heures il y a eu une alerte et sans doute qu'a terre on ne devais pas être trop fière parce qu'aussitot nous avons envoyé des embarcations a terre pour commencer à déménager la mission française, des choses les plus importantes, mais aujourd'hui tout est calme. Alors coco en attendant de tes nouvelles je t'embrasse bien fort en pensant à toi. Ton mari qui ne t'oubli pas. Bien des choses a la maman.

Espoirs de retour au pays, 1923

Le moral du soldat n'est pas mauvais, on l'entretient à coup de marches et de vin. On perçoit cependant une lassitude et l'espoir du retour qu'annonce la conférence de Lausanne [orthographié lauzane sur la carte]. Le traité de Lausanne sera signé le 23 juillet 1923.
[Nous avons gardé l'orthographe originale]

Le 5 juin 1923

Bien cher copain,

Ayant reçu ta lettre je m'empresse à te faire réponse. Je me porte toujours bien et j'espère que ma carte te trouvera de même. On s'appuie toujours quelques bonnes marche de temps en temps on y devient abitué. On liquide quelques bons cars de pinard sa fait passer le temps. Je pense pas rester tout l'été à Constantinople. Si la conference de Lauzane se termine il est probable qu'on évacue. Je termine en te serrant une cordiale poignée de main. Ton copain
[signature] C. P.

istanbul-arnaout-keuy-vo-1923.jpg