Imprimer
Catégorie : Imprimerie
Affichages : 8168

Savary de Brèves (1560-1628), qui fut ambassadeur à Istanbul à la fin du XVIe siècle, fut le premier à utiliser des caractères typographiques pour imprimer des textes en Turc. Voici des extraits de deux textes, le premier texte, daté 1861, tire une grande partie de ses informations du second publié en 1787.


Extrait de F. A. Duprat, Histoire de l'imprimerie impériale de France, 1861

Savary de Brèves, envoyé en 1589 comme ambassadeur de France, à Constantinople, où il séjourna pendant vingt-deux ans, avait pris dans ce pays un goût particulier pour l'étude des langues orientales, et y avait acheté un grand nombre de beaux manuscrits, d'après lesquels il fit graver des caractères arabes, syriaques, turcs et persans, dont on attribua l'exécution à un nommé Le Bé, célèbre graveur du XVIe siècle, ainsi qu'il paraissait résulter d'une lettre d'Erpenius, imprimeur hollandais, à Isaac Casaubon, son beau-père, datée de mars 1614, et dans laquelle il dit, en lui envoyant un recueil de proverbes arabes imprimés, "typis Raphelengianis non Lebeanis ut futurum putabas" ; mais dans l'histoire du procès d'Antoine Vitré, dont il sera parlé plus loin, on assure que les poinçons arabes de Savary de Brèves furent exécutés dans le Levant. Ce qui appuie cette opinion, c'est que de Brèves ne revint de son ambassade de Constantinople qu'en 1611, qu'il partit quinze mois après pour Rome,  où il emporta sa typographie, et qu'il y fit imprimer, dès 1613, chez Etienne Paulin, le catéchisme du cardinal Bellarmin, en arabe, ainsi qu'un psautier arabe portant sur le frontispice : Ex typographia Savariana. Son séjour en France eût donc été insuffisant pour y faire graver le nombre considérable de poinçons dont se composa sa typographie orientale ; et si Le Bé travailla à ses poinçons, ce ne fut, sans aucun doute, que pour les perfectionner ou les compléter.

Ambassade à Rome

Placé comme ambassadeur de France auprès du pape Paul V, Savary de Brèves n'ignorait pas que les efforts que faisait alors ce souverain pontife pour inspirer le goût des études orientales aux différentes universités, suivant ainsi les projets  et les intentions de Grégoire XIII, son prédécesseur, lequel mourut en 1595, après avoir fondé des collèges et une imprimerie des langues orientales pour parvenir à la conversion des mahométans.

De son côté Savary de Brèves qui avait aussi des idées de conquête dans le Levant, avait formé à son retour en France, en 1615, le dessein d'établir une imprimerie qui devait, comme celles des Médicis et de Grégoire XIII, contribuer à la propagation du christianisme ; mais les lettres orientales ayant été abandonnées depuis longtemps faute de caractères, il n'y avait point alors à Paris d'ouvriers en état de lire et de composer des textes arabes.
Il fit donc venir de Rome l'imprimeur Etienne Paulin, chez lequel avait été imprimé le psautier arabe, et publia avec les mêmes caractères, le document intitulé : "Articles du traicté faict en l'année mil six cens quatre, entre Henri le Grand, roy de France et de Navarre, et sultan Amat, empereur des Turcs, par l'entremise de messire François Savary, seigneur de Breves, conseiller du roy en ses Conseils d'estat et privé, lors ambassadeur pour Sa Majesté à  la Porte dudict empereur", 1615.

Suivant de Guignes, à qui nous empruntons une partie de ces détails, l'imprimeur Etienne Paulin retourna à Rome peu de temps après ; mais des ouvriers s'étant formés, sous sa direction, à la composition des textes arabes, son départ n'interrompit pas les impressions orientales. Ainsi, en 1616, Sionita et Hesronita, maronites du mont Liban, firent imprimer une grammaire arabe chez Jérôme Blageart, successeur d'Etienne Paulin, avec la souscription, Ex typographia Savariana, comme au psautier imprimé à Rome par cet imprimeur.

Le savant ambassadeur ne jouit pas longtemps du progrès dont lui étaient redevables les lettres orientales : de Brèves mourut en 1627, et ses poinçons furent mis en vente par ses héritiers.

[Richelieu et Louis XIII firent acheter les poinçons par Antoine Vitré. La Bibliothèque royale les récupéra à la mort de cet éditeur en 1674 après quelques péripéties.]

**************************************
extrait de M. de Guignes, Essai historique sur la typographie orientale et grecque de l'imprimerie royale, 1787

M. Savary de Brèves, qui sous Henri IV, avait été ambassadeur de France à Constantinople, avait pris dans le Levant ce goût pour les langues orientales, y avait étudié la langue turque qu'il parlait et avait acheté un grand nombre de beaux manuscrits ; il connaissait les efforts que le pape Paul V faisait pour inspirer le même goût aux différentes universités. Ce pontife suivait à cet égard, les projets et les intentions de Grégoire XIII qui mourut en 1595, après avoir fondé des collèges et une imprimerie des langues orientales, pour parvenir, conformément au décret du concile de Vienne, à la conversion des infidèles. Grégoire XIII avait fait graver des caractères orientaux, et ordonné l'impression de beaucoup de livres, dont plusieurs furent publiés. La mort de ce souverain pontife ralentit le zèle que l'on avait mis dans l'exécution de ce projet ; mais Paul V, qui parvint au pontificat en 1605, le ranima : c'est ce que nous apprend Jean-Baptiste Raymond, dans la préface d'une grammaire arabe dédiée à ce pontife et imprimée à Rome en 1610. Elle est en arabe et en latin, et faite par un arabe. Le traducteur Jean-Baptiste Raymond, qui se loue beaucoup des services que lui rendit à cette occasion le cardinal du Perron auprès du pape, promet de donner ensuite des dictionnaires Arabe, Persan, Cophte etc. Les Médicis, amateurs des sciences et des arts, avaient alors établi à Rome une imprimerie arabe, typographia Medicae où l'on imprima la grammaire dont nous venons de parler.

A Rome
M. de Brèves, qui était à Rome auprès de Paul V, et qui outre son zèle pour les Lettres, avait aussi des idées de conquêtes dans le Levant, comme on le voit par la relation de son ambassade à Constantinople, avait formé le dessein d'établir en France une pareille imprimerie, qui devait contribuer à étendre le christianisme dans l'Orient, et à faire fleurir le commerce de sa nation. Pour y parvenir, il employa les plus habiles artistes qui furent chargés de graver des caractères orientaux avec lesquels on pût imprimer toutes sortes de livres, n'épargnant ni soins, ni dépenses. Il crut que ceux dont on se servait à Rome, quoique beaux, ne l'étaient pas assez, et en effet, il parvint à les surpasser, en prenant pour modèles les manuscrits qu'il avait rassemblés.

Qui a gravé les poinçons orientaux ?
J'avais cru d'abord qu'il s'était servi pour graver ses poinçons d'un nommé Le Bé, célèbre graveur, ce que j'inférais d'une lettre d'Erpenius à Isaac Casaubon, dans laquelle le premier dit, en lui envoyant son petit recueil de proverbes arabes, imprimés Typis Raphelengianis, non Lebeanis ut futurum putabas. Cette lettre est datée du mois de mars 1614 : Le Bé avait donc été occupé aux poinçons de M. de Brèves ; mais dans l'histoire du procès de Vitré qui vivait peu de temps après, et qui a eu tous ces poinçons entre les mains, il est dit que M. de Brèves les avait fait faire dans le Levant. Peut-être Le Bé y en ajouta-t-il quelques-uns ; quoiqu'il en soit, je n'ai pas trouvé de mémoires qui me mettent en état de résoudre cette difficulté. Ce qui cependant pourrait faire croire qu'ils ont été faits dans le Levant, c'est que M. de Brèves ne revint de son ambassade de Constantinople, où il était resté vingt-deux ans, que vers l'an 1611. Il ne demeura que quinze mois en France, et partit ensuite pour Rome, où dès l'an 1613, il fit imprimer le catéchisme du cardinal Bellarmin en Arabe. Aurait-il eu le temps en quinze mois de faire graver à Paris un si prodigieux nombre de poinçons !
Il paraît qu'il n'y avait point à Paris d'ouvriers en état d'imprimer des textes arabes et il est constant que M. de Brèves avait avec lui à Rome ses caractères, avec lesquels il commença à publier en 1613 le catéchisme du cardinal de Bellarmin. En 1614, et dans le temps qu'Erpenius parlait des caractères de  Le Bé, M. de Brèves fit imprimer encore à Rome un psautier arabe avec une traduction latine, chez Etienne Paulin ; on mit sur le frontispice : Ex typographiâ Savarianâ, ce qui annonce que cet ouvrage est imprimé avec les caractères de M. Savary de Brèves. On voit aussi sur le même frontispice, les armes de France et de Navarre, et on y lit : Munificentia illustr. et excellentiss. D. D. Francisci Savary de Breves, Regis christianissimi a consiliis, ejusque apud Paulum Veratoris, et S. ducis Andeg. vensis, ejusdem Regis christ. fratris unici, gubernatoris. On ne peut donc refuser à M. de Brèves la gloire d'avoir fait publier cet ouvrage, qui parut sous les yeux et par les soins de Scialac et de Sionita, l'un et l'autre maronites du mont Liban.
Le titre arabe de ce psautier est en gros et magnifiques caractères, ceux du corps du livre sont plus petits, mais tous plus élégants que ceux de Rome et des Médicis. Ces deux sortes de caractères du psautier de M. de Brèves, sont absolument semblables pour le travail et pour la forme, à ceux que je trouve actuellement à l'Imprimerie royale ; mais cette ressemblance ne suffit pas pour assurer que ce sont les mêmes : continuons d'examiner ce qu'ils sont devenus.

Retour à Paris
L'année suivante 1615, M. de Brèves revint à Paris, où il amena avec lui Sionita et l'imprimeur Etienne Paulin, puisque cette même année on y publia, avec les mêmes caractères, les Articles du traité fait en l'année 1604, entre Henri le grand, roi de France et de Navarre, et sultan Amat, empereur des Turcs, par l'entremise de messire François Savary, seigneur de Brèves, conseiller du Roi en ses conseils d'état et privé, lors ambassadeur pour Sa Majesté à la Porte dudit empereur. A Paris, de l'imprimerie des langues orientales, arabique, turquesque, persique,etc en Turc et en Français, par Etienne Paulin, rue des Carmes, au collège des Lombards, 1615, petit in-4° de 48 pages ; au frontispice les armes de France et de Navarre.
Ainsi voilà les caractères de M. de Brèves transportés à Paris où l'on imprima de l'Arabe ; l'imprimeur Etienne Paulin n'y resta pas longtemps, puisqu'en 1620 nous le revoyons à Rome publier la grammaire arabe de Martelotto, et en 1622 un dictionnaire syriaque. Je ne crois pas qu'il y ait eu tout à la fois deux Etienne Paulin, imprimant l'un à Paris et l'autre à Rome, des livres orientaux.
Le départ de cet imprimeur n'empêcha pas qu'on ne continuât à Paris de donner des ouvrages en caractères arabes ; on y avait dans doute formé des ouvriers capables de le remplacer. En 1616, Sionita et Hesronita, maronites, y firent imprimer une grammaire arabe, chez Jérôme Blageart, au collège des Lombards, avec l'annonce : ex typographiâ Savarianâ, comme au psautier de Rome. Tous ces caractères arabes, gros, moyens et petits, sont semblables à ceux qui sont à présent à l'Imprimerie royale. Ceux-ci sont donc ceux de M. de Brèves, et il paraît qu'il les faisait prêter à ceux des imprimeurs qui étaient en état et qui voulaient publier des textes orientaux.

Vitré rachète les poinçons
Dès l'an 1591, on avait publié à Rome, avec les caractères des Médicis, les quatre Evangiles et de les acquérir ; mais l'imprimeur Vitré les arrêta pour le Roi, qui désirait de les conserver. Ces poinçons restèrent entre ses mains pendant plusieurs années, et à cette occasion on fit un nouvel établissement qui servit à combler d'éloges le cardinal de Richelieu, pendant que le nom de M. de Brèves fut presque oublié. On peut voir dans l'épître dédicatoire d'un dictionnaire arménien dont je parlerai, les louanges prodiguées au Cardinal à cet égard.
[...]
On était alors [en 1633] occupé de l'impression de la grande Bible polyglotte de Le Jay ; ce qui n'empêcha pas Vitré de publier dans la même année un autre petit ouvrage, la seconde édition de la grammaire Turque de du Ryer, qui avait été vice-consul de France en Egypte, et qui nous a donné une traduction de l'Alcoran, imprimé en 1634. La grammaire est imprimée par ordre du cardinal de Richelieu, pour l'usage des missions, et distribuée gratis, à Paris, par Vitré [NOTE : Rudimenta linguae turcicae, editio secunda, Parisiis ; sumptibus societatis typographicae officii ecclesiastici, jussu Regis constitutae, in-4° de 96 pages. Il y avait eu une première édition en 1630, chez le même Vitré.]
[...]
En 1635, Vitré publia un autre ouvrage qui contient les alphabets des langues orientales [NOTE : Linguarum orientalium hebraicae, rabinicae, samatiritanae, syriaca, graeca, arabicae, turcicae, armenicae alphabeta. Parisiis, apud Antonium Vitré, Regis et cleri Gallicani typographum, in-4° de 54 pages.] hébraïque, rabinique, samaritaine, syriaque, arabe, arménienne, turque, avec l'alphabet grec et quelques exercices sur la lecture. Vitré y prend le titre d'imprimeur du Roi et du Clergé. Les caractères turcs dont on parle ici, sont les mêmes que ceux des Arabes, que les Turcs ont adopté.