Imprimer
Catégorie : Cilicie - Mersin
Affichages : 195

Ce livre est un véritable journal personnel des événements de Cilicie (ancien nom de la région du Sud-Ouest de la Turquie), en particulier à Mersin et à Adana, du 9 avril au 6 octobre 1920, période marquée par de nombreux combats entre les troupes turques et les troupes françaises.

Paul Bernard, Six mois en Cilicie. Avec une gravure et une carte hors-texte. Aix-en-Provence, Editions du Feu, 1929, in-8, 120 pages



Paul Bernard fut directeur de l'École normale d'Alger-Bouzaréa et de l'École normale d'instituteurs de la Seine, publia des ouvrages sur les finances de l'Afrique du Nord de 1913 à 1925 et plusieurs manuels d'histoire et de civilisation française dans les années 1940 et 1950.

Paul Bernard fut envoyé comme responsable des finances à l’administration française de Cilicie en 1920. Dans ce petit livre, il raconte les événements au jour le jour, montrant la brutalité de l'occupation française et la résistance des troupes kémalistes qui les harcèlent :  
Adana, Mersin et Tarsus occupées par les Français sont régulièrement attaquées et bombardées par les Turcs ; la ligne de chemin de fer stratégique de Mersin à Adana est coupée, des ponts détruits. Les contre-attaques succèdent aux attaques, avec des morts et de nombreux blessés de part et d'autre. Les communications sont coupées sauf par la voie des airs.
L'agitation est permanente et la répression est très dure, à coup de pendaisons (souvent des arméniens ayant commis des exactions) et de villages brûlés (pour empêcher les populations turques de soutenir les kémalistes).
Paul Bernard passe la plus grande partie de sa mission à Adana qui est encerclée, et où la nourriture manque ; la nuit, les tirs ne cessent pas. La population turque fuit.


Les Arméniens, anciennes victimes, se vengent et tentent d'installer une république arménienne de Cilicie, mettant les Français dans une position inconfortable.
Le situation de la France, où vient de s'achever la sanglante Ière guerre mondiale et où la population aspire à la paix, est difficile en Cilicie : elle y est une force d'occupation face aux nationalistes de Mustafa Kemal Atatürk bien décidé à récupérer ce territoire. La France négocie d'ailleurs avec eux et signe les accords d'Ankara en octobre 1921.

Le point de vue de l'auteur est bien inscrit dans son époque, colonialiste sans complexe. S'il parle de ses collègues et des militaires qu'il côtoie, il ne mentionne aucun contact ni aucun échange avec les habitants et écrit dans sa conclusion : "Faut-il que nous abandonnions un territoire si fertile, si riche d'espérances, qui aurait pu être la perle de notre empire colonial, alors surtout que nous y avons consenti de si lourds sacrifices en hommes et en argent ?"

Table de "Six mois en Cilicie"

A Beyrouth - - 1
Séjour forcé à Mersine - - 7
En route pour Adana - - 15
A Adana - - 19
Le plan 22 - - 27
Attente et détente - - 35
Situation trouble - - 43
Nous sommes investis - - 53
La situation devient critique - - 63
Est-ce la fin du cauchemar ? - - 77
La république de Cilicie - - 87
Nouvelles inquiétudes - - 95
Le Kémalisme ne désarme pas, les Arméniens non plus - - 103
Départ - - 103