Imprimer
Catégorie : Bibliographie
Affichages : 608

Un des premiers guides illustrés sur le voyage de Paris à Constantinople/Istanbul, paru en 1898 et qui est en grande partie consacré à Istanbul, Edirne et Bursa.

Théodore Cahu (1854-1928), Vingt jours de Paris à Constantinople, 160 dessins d'après natureCollection des guides-albums du touriste, par Constant de Tours, Paris, May et Motteroz, [1898]
In-8° oblong, 154 pages

Théodore Cahu décrit le voyage de Paris à Constantinople / Istanbul, grâce à l'Orient-Express via Belgrade ou via Budapest et Bucarest, qui dure trois jours, et le séjour dans les différentes villes. 

Une grande partie de ce guide et de ses illustrations concernent surtout la Turquie (des pages 48 à 127 sur 154 pages) ; les illustrations sont souvent inspirées de cartes postales et sont l'oeuvre d'illustrateurs de la fin du XIXe siècle.

Pour son texte, Cahu s'inspire de son précédent ouvrage, Des Batignolles au Bosphore, paru en 1890. Le ton est le même, avec nombre de remarques peu amènes sur les Turcs.

Les illustrations de Raymond de la Nézière (1865-1953) sont les plus intéressantes, Elles sont très vivantes et comportent souvent une pointe d'humour, mais nous ne pouvons malheureusement pas les reproduire. 

Les deux dernières pages sont des publicités avec tarifs et horaires pour l'Orient-Express.

Liste des illustrateurs (sur la Turquie)

Raymond de La Nézière (1865-1953), page 55, 56, 58, 59, 60, 61, 63, 68, 71, 72, 73, 74, 75, 77, 78, 80, 87, 88, 98, 101, 102, 116, 118, 119, 122, 123, 124, 125, 126, 138

A.??? page 81

B???, page 93

A.M…. page 81

Emile Bayard (1837-1891 ?), page 67

L. Bordier, page 118

Brossé ? G? Maiquer ??, page 88 (Dans un cimetière), 100, 117, 120, 121

G. de Burggraff (attesté comme illustrateur à la fin du XIXe siècle et au début du XXe), page 48, 85, 95, 101 (1 sur 2)

Charles Emonts (né en 1864), page 54

G.B., page 112, 113

J(eanne) Jozon (1868-1946) ??, pages 52, 72, 83, 72 (2 sur 3), 114

Lucien Laurent-Gsell (1860-1944), page 65

E(dward) Loevy (1857-1910), page 53, 74 (1 sur 3), 79, 110, 140

P(aul) Madeline (1863-1920), page 97, 107

A. Modosen (?), page 90

G. Pernet, page 91, 103, 105

George Redon (1869-1943), page 70

Raymond Tournon (1870-1919) page 50, 69

Rougeron Vignerot, graveur et non illustrateur, actif au XIXe siècle, page 54, 65, 78, 114, 115

R.V., page 57

Non signées,  page 64, 76, 81, 83, 92, 99, 106, 149

Non signés, d'après des photos, page 82, 84, 86, 112, 139

Signature illisible, page 75 (Mosquée), 96, 109

Paridi ? Paniar ? Weber, page 49, 51, 66, 89, 94, 104

 


Extraits de Vingt jours de Paris à Constantinople

Nous reproduisons le texte des pages consacrées à la Turquie.

[48]

Turquie. — De loin, Andrinople paraît pittoresquement assise en amphithéâtre. Ses minarets, immenses cigarettes à bout pointu, s'élancent, gais et légers dans les airs, pendant que ses dômes reçoivent les rayons d'un soleil plus hospitalier qu'à Sofia ; la ville est à huit kilomètres de la gare ; la route pour s'y rendre est horrible.

Nous sommes en Turquie, et tout suinte la misère, la ruine, le délabrement. Il faut prendre une mauvaise voiture, ce que l'on appelle une araba. On passe la Maritza sur un pont au milieu duquel se trouve une petite chapelle, on traverse les cimetières, et l'on arrive sur une place. Mal pavée, mal bâtie, horriblement boueuse, avec des rues étroites et tortueuses, la ville perd chez elle tout le charme qu'elle répandait de loin. Elle se fait pardonner sa puanteur et la désillusion que l'on éprouve, par la vie, le mouvement, l'animation qu'elle renferme.

[49]

Paris-Constantinople 49

La Tour des Incendies

 

La variété des costumes surtout est bien faite  pour séduire le voyageur et lui faire oublier le décor  où se meut une population à la fois sordide, étrange,  toujours pittoresque et colorée. 

Ce sont des Bulgares avec leur grossier sayon et  leur bonnet en fourrure, autour duquel est enroulé un turban en grosse laine noirâtre; des Arnautes  portant une veste brodée, garnie de boutons de cuivre  et sans manches, sur leur torse nu ; les juifs,  reconnaissables à leur longue robe doublée de fourrure, leur calotte noire et leurs traits anguleux; les Turcs de la Réforme, en redingote noire et fez rouge ; les vieux Osmanlis, en turban évasé de couleurs éclatantes, la veste descendant à peine au-dessous des bras, ornée dans le dos d'un immense pot de fleurs, et le large pantalon bleu; les Persans, au grand bonnet d'agneau noir d'astrakan, aux moustaches hérissées comme celle d'un chat en colère; les femmes turques drapées du yachmack blanc, du feredji de couleur claire.

Les curiosités sont le bazar d'Ali-Pacha, qui donne une idée de ceux de [50] Tunis, du Caire et de Constantinople; la tour des Incendies et les admirables mosquées, surtout celle de Selim, située sur un des points les plus élevés de la ville. Cette mosquée est, dans le monde entier, l’un des plus beaux monuments dédiés à l'islamisme.

Ses quatre minarets sont d'une grande hardiesse ; ses nombreux dômes offrent un superbe coup d'œil, et l'aspect entier de cet édifice est imposant. Pour entrer, on quitte ses chaussures, et l'on pénètre dans l'intérieur après avoir soulevé la lourde portière de cuir protégeant la porte. 

Sur les murs, de haut en bas, des faïences artistiques ou des versets du Coran ; sur le sol, en tous lieux, des nattes et des tapis de prière ; des lustres et des girandoles de lampions en verre blanc sont suspendus d'un pilier à l'autre, ainsi que sous chaque dôme. D'ailleurs, à l'exception de la matière plus ou moins riche employée, l'intérieur des mosquées ne possède aucune des richesses artistiques des autres cultes.

Cordonniers turcs.

Marchand de grenades.

[51]

Paris-Constantinople 51

Le trajet d'Andrinople à Constantinople est long et monotone. Le chemin de fer décrit des courbes continuelles, énormes, sans autre but que d'augmenter la distance. Il y a bien cinquante kilomètres de voie ferrée absolument inutiles, car ces sinuosités répétées n'évitent ni un cours d'eau ni une montagne; le pays est plat, sans rivière, sans un obstacle quelconque. La voie étant peu solide, on marche lentement, environ vingt kilomètres à l'heure. Avec les trains ordinaires, tout se passe en famille. On part quand tout le monde est prêt, et l'on arrive quand on peut. A toutes les stations où il y a des soldats de service, ces malheureux font peine à voir, tant leurs guenilles sont misérables. Leur capote grise, ornée de quelque reste de pattes jadis rouges, est trouée, déchirée, rapiécée partout La culotte ou le pantalon, de nuance indéfinissable, a des solutions de continuité par où la chemise s’émancipe. Des guêtres terreuses recouvrent des chaussures de toutes les formes et de tous les âges. Seules, les aimes sont en parfait état. Une immense cartouchière, contenant au moins trente à. quarante cartouches, est placée en écharpe sur la poitrine et donne un air menaçant a ces excellents soldats, dont l'aspect ne serait pas sans inspirer aux âmes [52] timorées certaines appréhensions dans une rencontre, le soir, au coin d’un bois. Et si plusieurs soldats sont ensemble, pas un n’est habillé de même que son camarade. Seul, le fez est reconnaissable.

Dans un café turc.

Les stations sont rares sur ce parcours de 320 kilomètres, qui se fait en treize heures : Baba-Esqui, Kouléli-Bourgas, Pavlo-Keuï, Tchorlou, Tcherkes, où il y a une buvette, Koutchouk-Tchekmedjé, et quelques autres toutes petites. Pendant le voyage, on ne trouve rien de propre; il faut se munir de provisions au départ. Les rares villages aperçus le long de la route ont un misérable aspect. Les huttes, en terre ou en branchages, sont recouvertes de fumier maintenu par de grosses pierres pour que cette toiture singulière puisse résister aux coups de vent. Les habitants, qui sont de braves gens, ressemblent à des bandits.

A partir de Tchardjoui, il y a un peu moins de misère. Ce sont des juifs espagnols, au menton glabre, aux pommettes saillantes. Hommes et femmes sont vêtus de longues chemises en indienne à grands ramages et d'une affreuse houppelande, sans un bouton, sans poche, flottante de partout, descendant jusqu'à terre, le dessus en drap, le dessous garni d’un poil jaunâtre.

Nous touchons au terme du voyage.

Voici enfin les premières teintes bleues de la mer de Marmara, sur laquelle des nuées de macreuses voltigent et s'ébattent. Le chemin de fer s’approche de la mer, la côtoie. La nuit vient, des lumières apparaissent. Voici San-Stefano, d'où les Russes ont pu [53] contempler  Constantinople et où ils ont marqué leur dernier point d'arrêt.

Harem en promenade

Puis on entre dans les faubourgs éloignés. Le train passe au milieu des maisons qui bordent la voie sur un long parcours, il s'arrête en gare.

[54]

Paris-Constantinople 54

A Constantinople

Nous sommes à Constantinople, ou mieux à Stamboul, car Constantinople est formé de la réunion de ces trois villes : Péra-Galata, Scutari et Stamboul.

Carte page 111

Tout d’abord un conseil important : ne cherchez pas à. faire les choses régulièrement et honnêtement, j'entends administrativement. Ayez le bakchich facile; c'est plus économique et cela vous évitera une foule d'ennuis.

Donnez une poignée de main au douanier avec quelques piastres, et toutes formalités vous seront évitées. De même pour le passeport. A la porte de la gare, une foule d'hamals, des commissionnaires, vont s’emparer malgré vous de vos bagages, vous assourdissant de leurs cris. Ne lâchez pas vos bagages; au besoin cognez un peu. Ces braves porteurs sont honnêtes, mais au milieu de leur foule, de la cohue, une valise, un sac peuvent s'égarer.

Prenez une voiture pour vous rendre à votre hôtel, mais faites le prix d’avance pour ne pas être écorché ensuite.

[55]

Dînez et ne sortez pas, vous auriez une grosse déception, car, le soir, il n'y a rien à voir à Constantinople. Rêvez à l'Orient, cela est préférable. Le soleil du lendemain vous donnera de belles illusions. Vous êtes en Orient.  

L'Orient !... ce mot magique, employé surtout quand il s'agit de désigner Constantinople, éveille aussitôt l'idée d’une féerie terrestre, d'un paradis aimé en rêve et où l'on voudrait aimer en réalité. 

On se figure les flots bleus du Bosphore se moirant aux rayons du soleil, le long des kiosques lilas et roses, au pied des collines couvertes de térébinthes, d'arbres de Judée et de mimosas embaumés; on voit de sveltes minarets, avec leurs doubles et triples ceintures de dentelles, s'élançant , dans un ciel pailleté de poussières lumineuses; on suit de l'œil les frêles caïques qui filent sous les balcons des palais, en effleurant de leur léger aviron, ainsi que la mouette de son aile, la surface de la mer profonde.

On regarde passer la multitude étourdissante, venue de tous les points de l'Europe, de l'Asie, de l'Afrique, avec ses types étranges, avec ses costumes brodés de soie et d'or, aux chatoiements de teintes [56] étonnantes; on entend une confusion de langages inextricable; on contemple la foule qui se promène sous les voûtes sombres des bazars, autour des produits du monde entier, ou qui va se prosterner dans les mosquées, sur les tapis de Smyrne et de Boghara, au pied des colonnes de granit et de porphyre.

Voici les belles Tcherkesses, dont les yeux de feu étincellent sous la blancheur du voile; elles babillent avec un doux caquetage d'oiseau, dans cette langue turque, harmonieuse et vibrante comme le son d’une lyre.

Voici les mystérieuses sultanes, qui savourent les confitures de feuilles de roses sous les grands platanes, auprès des fontaines de marbre blanc finement ciselées, tandis que la fumée du latakíeh ou du yemidjé s'élève comme une brume de crépuscule.

L’Orient, c'est le soleil, semblable à. un globe de métal en fusion, qui inonde de ses rayons ardents les coupoles hardies, festonne les toits chinoisement retroussés, incendie les fenêtres de Scutari, darde ses flèches d’or dans les eaux profondes du Bosphore et fait resplendir le croissant au faîte des grands édifices.

L’Orient, c'est aussi la lune dans un ciel transparent, avec la clarté voluptueuse des nuits sereines et le silence imposant des choses créées; c'est  la fraîcheur de la brise du soir, toute parfumée des senteurs des rosiers fleuris, laissant baigner leurs branches dans le courant rapide des eaux qui portent l'écho des chants slaves de la mer Noire aux riverains somnolents de la mer de Marmara.

Oui, l'Orient est tout cela; mieux encore, c'est une poésie qui se renouvelle, se multiplie, se métamorphose sans cesse; une poésie qui se voit et qui vit; c’est un charme irrésistible [57] qui plonge l’âme dans des langueurs inconcevables.

Porteur d'eau à cheval.

C'est là l'Orient, tel que l'ont compris et dépeint tant d'auteurs illustres, esprits exquis, tempéraments d'artistes, imaginations vibrantes.

Oui, l'Orient est tout cela pour le touriste qui arrive, pour le voyageur qui passe. L'Orient est une féerie, mais qu'allons-nous voir en pénétrant dans les coulisses ?

Stamboul et la mosquée Suleymanié.

Il faut tout voir dans Constantinople. Il faut revivre le passé. Aussi il est bien difficile de fixer un itinéraire au touriste. Un drogman est indispensable; pour sept francs par jour, on en a de très bons. Faisons d’abord de la monnaie du pays: pour cela il n'y a qu'à s'adresser aux sarafs, les juifs changeurs. Il y en a à toutes les portes, qui agitent des pièces d'argent dans la main.

[58]

Si l’on peut disposer d’une quinzaine, ça n’est pas trop pour bien voir Constantinople, car il y a des jours spéciaux pour visiter les derviches tourneurs et les derviches hurleurs; puis il faut un temps clair pour certaines excursions, comme celle du mont Boulgourlou, par exemple.

Avant toute chose, dès le premier jour, il faut aller, vers neuf heures du matin, sur le pont de Stamboul, l’unique pont qui relie Péra à  Stamboul : un pont en bois, sur bateaux, où le touriste restera de longues heures à voir défiler tous les types de l'Orient. Là, il est facile d'étudier tout à la fois les nationalités de l'Asie occidentale, de l’extrême Europe et du nord de l'Afrique.

Avant d'y arriver on passe devant le ministère de l’artillerie, à la porte duquel des soldats montent la garde, immobiles sur les minuscules plates-formes où ils sont perches.

L’entrée du pont est envahie par une foule énorme. Sur la petite place, des marchands de toute sorte stationnent, criant leurs marchandises. Il y a des chevaux en liberté, des chiens couchés en rond, la tête entre leurs pattes; de vieilles voitures qui attendent le client.

On se heurte, on louvoie au milieu des groupes, on donne ses deux paras aux employés, des hommes vêtus d'une blouse blanche et coiffés du fez qui, debout à l’entrée, font payer, et l’on pénètre sur le pont.

Alors... oh! alors, il faudrait avoir avec soi non pas un vulgaire drogman, mais un ami complaisant et érudit. Rien ne saurait rendre l’animation, le chatoiement des couleurs, la diversité innombrable des types et des costumes, qui créent mille sujets d’étonnement et font naître  à l'esprit mille questions curieuses.

[59]

Regardez : c’est le monde entier qui passe, depuis l’Anglais légendaire, en complet d’écurie, un voile au chapeau, jusqu'à l'Africain, vêtu du costume le plus élémentaire. Au milieu de la foule des fez, quelques feutres modernes, entrevus çà et là, tachent de leur point noir ce champ de coquelicots. Il y a des Chinois olivâtres, des nègres du plus beau noir, avec leurs lèvres tombantes et leurs cheveux crêpus ; des Grecs marchant en égrenant leurs chapelets de perles noires et rouges, en os, en buis ou en cuivre. Voici des femmes, avec leurs feredjés rouges, verts, bleus, jaunes, la tête voilée dans un flot de mousseline ne laissant voir que les yeux, les pieds chaussés de mules légères sur lesquelles retombent, presque toujours, des bas dont la blancheur n'est pas immaculée. Elles ont les ongles teints en rouge avec du henné; les élégantes vont jusqu'a se rougir les bras. Derrière, c'est un derviche, [62] coiffé d’un haut bonnet de feutre gris, en forme de cône tronqué; il est vêtu d'un caftan couleur café au lait. Sous son bras, il tient bourgeoisement un parapluie et ne s’occupe aucunement de deux prêtres catholiques qui le croisent. L'un est Français, il porte la soutane et le chapeau noir aux larges ailes; l'autre est un Égyptien, il a sur le dos un grand manteau noir et sur la tête un gros bonnet également noir, aux formes rigides, entouré d'un turban de mousseline. Puis ce sont des eunuques, des hamals, à moitié écrasés sous leurs fardeaux, des montreurs d’ours, des marchands de fruits ou de pâte, un diminutif du nougat, - un officier ou un pacha à cheval, de lourds chariots et de mauvais fiacres, traînés par deux maigres rossinantes. Quelquefois, la voiture est accompagnée de deux ou trois satellites à cheval, moitié civils, moitie soldats. C’est un ministre, un patriarche ou quelque haut fonctionnaire.

Il y a des Circassiens avec leurs armes incrustées d'ivoire, des Tziganes, des pèlerins retour de la Mecque.

Les descendants de Mohammed sont nombreux; ils portent le turban vert autour du fez; des Juifs, encore des Juifs, toujours taillés sur le même modèle.

Et dans ce milieu vivant et très pittoresque, avec des lueurs brillantes que renouvelle sans cesse un va-et-vient perpétuel, une nuée de mendiants, manchots, sans jambes, goitreux, rongés par des ulcères, le visage couvert de pustules, horribles à voir, vous tirent sans façon par le bras pour mieux implorer votre pitié.

Sur l'eau glissent silencieusement des centaines de caïques, sorte d'embarcations légères où 1'on ne peut remuer sans craindre un plongeon, mais qu'un seul coup de rame du batelier suffit à faire filer avec rapidité.

Les cordes grincent aux mâts des grands navires, la vapeur siffle au tuyau des bateaux en partance, à la poupe desquels flottent des pavillons de tous les pays. Il y a des cris d'hommes et de bêtes. Les derniers ne sont pas les plus assourdissants. On entend des grondements de machines, des appels constants de mouettes, aussi familières que des moineaux.

Après avoir passé des heures sur le pont, ce qui n’est pas de trop, - et l'on y revient chaque jour avec le même charme, - il faut monter à la tour de Galata. C’est une construction massive, ronde, sans beauté, sans goût, sans [63] ornement, dont le pied est encombré de ruines, le sommet surmonté d'une sorte de lanterne, et dont l'entourage se compose de maisons que l‘on peut hardiment classer dans la catégorie des masures. Les marches sont à moitié détruites, les murs se lézardent à différents étages, les planchers en bois s’écroulent. Mais arrivé en haut, dans [64] la salle circulaire, qui voit le jour par quatorze fenêtres, et autour desquelles tourne sans cesse comme un écureuil dans sa cage le pompier de service... on oublie la vermine et les guenilles, on ne songe plus a la saleté des rues ni à la misère des maisons; la boue, les ordures, la puanteur ont disparu, on retrouve le Constantinople des rêves, celui qui flamboyait dans l’imagination, avec son cortège féerique et sa couronne de joyaux. Pour mieux jouir de cet incomparable panorama, il ne faut rien détailler et laisser les yeux ravis errer au hasard, en suivant le caprice d'une pensée fugitive. 

Paris-Constantinople 54

La tour de Galata

Sur le Bosphore, la vie est intense. Dans la Corne d'Or, il y a un demi-repos, le bruit monte à peine jusqu’à nous. La mer de Marmara sommeille dans sa robe verte, ses eaux paisibles ne sont ridées que par des barques de pêcheurs, semblables à de gros oiseaux blancs. Les îles des Princes se dessinent au second plan, déjà très distinctement indiquées, et là-bas, tout là-bas, on devine plus qu’on ne voit, couvert de neige, le mont Olympe, au pied duquel se trouve Brousse, la capitale de la vieille Turquie, tandis qu'ici, tout auprès, rafraîchi par la brise du détroit, le mont Boulgourlou semble veiller sur le Vieux Séraï, où l'esprit évoque tant de fantômes disparus et de lugubres histoires sur le palais délaissé de Tchéragan et sur celui de Dolma-Bagtché.

Quand on descend, on éprouve une sensation étrange en se retrouvant dans les ruelles bizarres qui, même encore aujourd’hui, forment une grande partie de Péra, la ville européenne. Il y a quelques grandes rues avec de belles maisons en pierre; mais, en général, dans les ruelles, les maisons en bois se tassent les unes sur les autres, comme si elles voulaient s'écraser. Petites, étroites, le premier étage surplombant le rez-de-chaussée, presque toutes les fenêtres fermées par un épais treillage en bois jusqu'à moitié

[65]

Paris-Constantinople 54

[66] de la hauteur, elles ne semblent tenir que  par un prodige d'équilibre, ou par l'aide qu'elles se prêtent mutuellement. Des champignons poussent avec une luxuriante végétation, le long des planches disjointes; des toitures sont trouées; partout, c'est la misère et la malpropreté. 

Les rues ont une boue fétide et noire qui les transforme en un véritable cloaque. A chaque porte, il y a des détritus de toutes sortes que personne ne balaye jamais, où les chiens errants trouvent leur vie, et qui pourrissent en répandant leurs miasmes délétères. 

Rue conduisant de Péra à Galata.

Paris-Constantinople 54

Et dans ces maisons, dans ces rues, vit une énorme population, pressée, serrée, mais peu remuante, l'immobilité étant la position la plus naturelle du Turc. Quelques passants circulent, hommes et femmes, tristement vêtus, les hommes avec un costume à peu près moderne, les femmes enveloppées dans de misérables pièces

[67]

Paris-Constantinople 54

[68] d'indienne sans couture, des yachmmaks, et chaussées de savates éculées. On remarque surtout de nombreux bouchers criant leur marchandise, dont la vue n'est pas faite pour exciter l'appétit des estomacs délicats. Ils marchent, ayant sur l'épaule un long baton, auquel sont accrochées des tripes et des têtes de mouton couvertes de leur laine et coupées ras les deux oreilles. 

Toutes les excursions, toutes les courses de Constantinople peuvent se faire sans fatigue. Outre les voitures, on trouve à tous les coins de rue d'excellents petits chevaux à louer. Les femmes délicates peuvent prendre une chaise à porteurs comme en avaient nos ancêtres. C’est très usité en hiver. Cela coûte peu, mais il faut faire son prix. Il y a des tramways dans les grandes rues, et même un chemin de fer à ficelle pour monter et descendre de Péra à Galata.

Le nombre des mosquées à visiter est considérable. Toutefois, quand on en a vu une demi-douzaine, cela suffit. Les principales sont les mosquées de Sainte-Sophie, du Sultan-Bajazid, de la Validé-Sultane, la mosquée d’Eyoub, la mosquée Sainte où les sultans ceignent le sabre du Prophète et dans laquelle les ambassadeurs eux-mêmes ne sont pas admis, la mosquée Suleïmanié, la plus belle et la mieux située de Constantinople, celle de Mahmoud-Pacha-Djami et celle du Sultan-Achmed, la seule qui possède six minarets.

Dans toutes les mosquées, il faut, pour entrer, payer généralement un demi-medjidié, moyen pratique qui a remplacé le firman nécessaire jadis, et vous donne droit à une paire de vieilles savates que vous prête un gardien, ce qui évite de quitter vos chaussures.

[69]

Paris-Constantinople 69

La première mosquée que l’on visite est généralement celle de la Validé-Sultane ; elle se trouve à. l'extrémité du pont, du côté de Stamboul, au fond de la place de Balouk-Bazar-Kapou. L'intérieur de la mosquée de la Validé-Sultane, jadis bleu, blanc et or, n'a rien de particulier, à  l’exception des carreaux de faïence de Kutaya qui recouvrent en partie les murailles et des vitraux dont la valeur artistique est réelle. D’ailleurs, nous l’avons dit, il suffit d'avoir visité une mosquée pour les connaître toutes. Sur toutes les mosquées, des nuées de moineaux et des pigeons auxquels on ne touche jamais. La mosquée du Sultan-Bajazid en est surtout remplie. Ce sont des pigeons sanctifiés par la légende. Malheur à, qui leur ferait mal en présence d’un Turc!

[70]

Paris-Constantinople 70

[71]

Les deux premiers pigeons furent, dit-on, achetés par le sultan Bajazid et donnés par lui à la mosquée. Depuis, ils ont tellement pullulé que c'est une des plaies de la Turquie,... et même de l'Égypte!

[72]

Certains écrivains affirment que les pigeons coûtent par an cent millions à la Turquie, par l’énorme quantité de grains qu'ils mangent ou détruisent. Même pour un oiseau sacré, c'est un peu cher. Il est vrai qu'une autre légende le considère comme un animal maudit, ce qui réduit chaque opinion au chiffre de cinquante millions de francs.  Un jour, un derviche persan faisait sa prière sous un arbre. Des pigeons qui se trouvaient dans les branches eurent l’impolitesse  de vouloir renouveler l’anecdote de Tobie. Le saint homme ne fut pas aveuglé parce qu'il baissait la tête, mais son bonnet de feutre reçut des atteintes. Pour se venger, le derviche riposta en lançant sa malédiction contre l’arbre et ses habitants. L'arbre se dessécha aussitôt. Quant aux pigeons, ils devinrent, pour les bons musulmans, un animal maudit. 

Sacrés ou maudits, les pigeons vivent heureux et ils ont beaucoup d'enfants.

Les chiens aussi ont beaucoup d'enfants a Constantinople, mais les pauvres bêtes font pitié. Les rues en sont pleines. 

Les chiens à Constantinople.  

Ils tiennent à la fois du loup et du renard. Jamais les Turcs ne leur font de mal, mais jamais ils ne les caressent. Ces chiens - des milliers - vivent de ce qu'ils trouvent dans les rues. Et ils ont chacun leur quartier qu'ils ne dépassent pas. La nuit, c'est un véritable vacarme auquel s'ajoute le bruit des veilleurs de nuit, les bikchis [bekçi], qui circulent depuis le coucher jusqu'au lever du soleil, en frappant sans cesse les [75]  pavés avec un lourd bâton qu'ils portent à la main. En allant rendre visite aux mosquées, on rencontre plus d’un monument curieux au cours du chemin. Ainsi, en sortant de la mosquée Suleyman, on visitera de l’autre côté de la cour les tombeaux de Suleyman, de Roxelane et de plusieurs autres sultans et princesses.

[76]

Paris-Constantinople 76

Stamboul. – L’entrée du Séraskiérat

De là on passe dans la cour du ministère de la guerre - Séraskiérat - où se trouve une tour qui sert, de ce côté, de poste d'observation pour les incendies. Puis, en suivant la grande rue Divan-Yolou, on passe devant la Colonne brûlée et on arrive au Turbé (tombeau) du sultan Mahmoud, superbe édifice qui renferme la tombe du sultan Mahmoud, le réformateur, et celle de son fils, le sultan Abd-ul-Aziz, qui vint en France à l’Exposition de 1867. La ruelle en face du Turbé conduit sur la place où se trouve, complètement à sec aujourd’hui et à moitié remplie de terre, la fameuse citerne des Mille et une colonnes  - en turc : Bin-bir-derek,  occupée par quelques fileurs pour dévider leur soie.

 [77]

Tout à côté se trouve la place de l'At-Meïdan - place des Chevaux ou hippodrome - au milieu de laquelle s'élèvent deux grands obélisques séparés par un troisième plus petit; l'un des grands, le monolithe, est appelé obélisque de Théodose ou Égyptien: il fut apporté d'Héliopolis par l'empereur Justinien ;  l'autre, la pyramide murée, ou l’obélisque de Constantin Porphyrogénète, était autrefois revêtu de plaques de bronze que les guerriers y déposaient,  mais qui depuis longtemps ont disparu. Quant au petit obélisque appelé  Mettah, c’est la fameuse colonne formée de trois serpents dont les têtes, conservées aujourd’hui dans un musée, soutenaient  jadis le trépied d'or consacré à Apollon. Elle orna le devant du temple de Delphes, pour rappeler les victoires de Platées et de Salamine.

Cette place de l’At-Meïdan, l’ancien hippodrome de l'empire byzantin, est probablement le lieu qui a vu couler le plus de sang du monde entier. Là furent égorgés plusieurs milliers

[79]

Paris-Constantinople 54

Derviche mendiant _ Tombeaux des sultans Mahmoud et Abd-ul-Aziz

[80] de citoyens et tombèrent d'innombrables victimes des janissaires, au temps de leur puissance. Et quand ils furent massacrés à leur tour, c'est à cet endroit que se tint le quartier général impérial pendant toute la durée de l'exécution en juin 1826.

[81]

Paris-Constantinople 54

La Mosquée Sainte-Sophie

[82]

Paris-Constantinople 82

Tout à côté de la place, cet amas de constructions diverses, Sainte-Sophie enfin, c’est la vie à travers les âges de Byzance et de Constantinople. C'est aussi l’évocation mythologique, puisque,

[83]

Paris-Constantinople 54

Croquis pris dans les rues de Constantinople

[84] construite avec les débris de tant d'autres temples, d'Ephèse, d'Héliopolis, d'Athènes, de Délos, de Cyzique, d'Isis et d'Osiris, les dieux de l'Olympe ont ainsi contribué à la glorification de la croix abattue dans la suite des temps, sous le poids du Croissant. En visitant l’intérieur de la mosquée, il ne faut pas manquer de demander au guide les légendes de la fenêtre froide et de la porte Murée. En face de Sainte-Sophie, on voit la plus belle fontaine de l’Orient, appelée fontaine Ahmed III, toute en marbre sculpté et ornée de  faïences.

Par la porte Bab-i-Houmayoun, on passe sur la place du Vieux- Sérail, sur laquelle se trouvent l’ancienne église de Sainte-Irène, aujourd'hui dépôt d'armes, et l’hôtel des Monnaies, dont la visite ainsi que celle du Trésor et des palais des sultans ne peuvent être autorisées que par une per- mission spéciale de Sa Majesté. Cette permission coûte fort cher. Il est vrai qu'elle peut servir pour autant de personnes que l'on veut, mais ça ne vaut vraiment pas la peine de la demander. L'intérêt de cette visite est nul. Pour le tour des murs, tout un après-midi est nécessaire. On peut le faire a cheval, à pied ou en voiture. En suivant la ligne des tramways de Stamboul, on arrive devant la porte du célèbre château des Sept-Tours, qui forme l’intersection de la muraille qui entoure Stamboul, c’est-à-dire que, d'un côté, le mur suit la mer de Marmara jusqu'à la pointe du Séraï, et de l'autre, par terre, jusqu’à la Corne d'Or. Ce château, qui remonte au temps  où les Grecs étaient maîtres de Constantinople, se compose d’une vaste enceinte quadrangulaire fortifiée, flanquée de sept tours. C’est là que l'on enfermait les ambassadeurs prisonniers.

[85]

Paris-Constantinople 54

Murailles de Constantinople - Le château des Sept-Tours

[86]

Paris-Constantinople 86

Une Constantinopolitaine. Entrée de la « Sublime Porte ».

En face de la porte d’entrée principale, de l’autre côté de l’enceinte, se trouve la Porte d’or, flanquée de deux grandes tours en marbre, construites par Mohammed le Conquérant  et ou on renfermait les prisonniers [88] ordinaires. La grosse tour, au nord des précédentes, servait aux Janissaires pour emprisonner les sultans qui y étaient mis à mort ou en demeure de céder aux exigences de cette troupe. 

Hors de la Porte d’or et à droite se trouve un puits qul porte le nom de puits du sang et qui servait de sépulture aux décapités.    

En suivant ensuite la muraille pour aller vers  la Corne d'Or, on trouve successivement la porte de Belgrade, celles de Silivri, Mevlak-Hané, Top- Kapou et celle d'Andrinople, par laquelle on rentre en ville.

La tour de marbre, sur la mer de Marmara. 

[88]

Dans un cimetière à Stamboul

On retourne ensuite au pont d'Azab-Kapou en passant devant les ruines du palais d’Hebdomon (Bélisaire), puis on traverse le quartier israélite Dalata. Au cours de cette promenade cahotée, car les chemins ont de profondes ornières, on aperçoit çà et là les champs des morts et, dans l’un d’eux,   on peut voir la tombe d’Ali-Pacha de Janina. 


[89]

VOYAGE SUR LES RIVES DU BOSPHORE

 

Paris-Constantinople 89

Pour accomplir l’excursion du Bosphore, l’une des plus admirables que l’on puisse faire dans le monde, il faut toute la journée, en ayant: soin de combiner l’heure de son départ de façon in prendre, pour aller, le bateau qui suit la côte d'Europe et, pour revenir, celui qui longe la côte d'Asie. Le bateau pointe d’abord sur le palais de Tchéragan et l’on voit au sommet de Pèra une vaste construction

[90]

Paris-Constantinople 89

Bosphore (côte d'Europe). - Vue de Bebek

carrée, massue, avec un aigle sur les quatre faces, c'est l'ambassade d'Allemagne, puis, blanche et modeste, l'ambassade d'Italie Apres la station du Kabatach, le bateau côtoie la place et le palais de Dolma-Bagtché, dont le quai de marbre blanc a, de distance en distance, de longues marches qui descendent des [91] portes du palais à la rive pour se perdre dans la mer. Plus loin, voici Bechiktache, le tombeau du fameux corsaire Barberousse; Kourou-Tchesmé où, dit la légende, aurait abordé avec Jason, à. son retour de la Colchide, et y aurait planté un laurier fameux dans l'antiquité.

Il faut ensuite franchir la fameuse pointe d’Akindi-Bournou, le cap du Diable, appelé ainsi parce que le courant est d'une violence extrême. Quand on a passé Bebek, la ligne, jusqu’ici ininterrompue des villages et des kiosques,

[91]

Paris-Constantinople 89

Bosphore (côte d'Europe). - Rouméli Hisar

[92] est coupée par un cimetière pittoresque, le plus vénéré des champs des morts musulmans, parce que c’est ici que furent ensevelis les premiers Ottomans qui passèrent d'Asie en Europe, à la suite de Mahomet II.

Paris-Constantinople 89

Bosphore (côte d'Europe). - La baie de Thérapia.

A Rouméli-Hissar se trouvent les ruines imposantes du fameux château bâti par Mahomet un an avant la prise de Constantinople. On monte toujours, les sites se métamorphosent a chaque pas, les types des passagers variant à chaque station et, dans plusieurs endroits, des mâts de navires sombrés servent de perchoir aux mouettes.

[93]

Paris-Constantinople 93

Bosphore (côte d'Europe). -Quai de Bouyouk-Déré.

On croise des pêcheurs qui retirent leurs filets, des paquebots qui sortent ou rentrent au port, une canonnière turque.

Thérapie est pendant la belle saison le séjour de prédilection du monde diplomatique.

La ville s’étend au pied d'une haute colline et se développe autour d'un petit golfe bordé de cafés pittoresques, d'hôtels élégants, de belles maisons qui s'avancent jusque sur l'eau. C'est là que se trouve la résidence d’été de l'ambassadeur de France, une grande baraque que 1'on s'empresserait de démolir si, au lieu d'être sur le Bosphore et de servir à l'ambassadeur, elle appartenait  à un particulier un peu artiste. L’emplacement, est  si joli ! L’entourage si pittoresque !

Encore quelques tours de roue et le bateau touche à, Bouyouk-Déré, le point extrême de l'excursion, car si l’on va jusqu’à la mer Noire,

[94]

Paris-Constantinople 89

Châteaux sur le Bosphore

[95]

Paris-Constantinople 95

Les deux phares à l'entrée de la mer Noire. [sic, il s’agit de cabanes de pêcheurs !]

que l'on aperçoit a quelques kilomètres, avec ses deux phares en bois, on ne pourra revenir le même jour d’Asie La première station, en quittant Bouyouk-Déré, est  Anatoli-Kavak.

Tous les villages paraissent merveilleusement groupés pour le charme des  yeux, lorsque tout est éclairé par un brillant soleil. Il faut que la nature - entière soit en fête, pour laisser toute leur poésie à. ces noms qui résonnent au loin : Hounkiar, Iskélessi  Beïcos, Kanlidjé et tant d'autres, mais qui, de près, ne désignent que des agglomérations de mesures.

Par ci par là, deux ou trois palais plus fastueux qu'élégants; mais toutes ces maisons de plaisance ne possèdent  ni la diversité, ni le luxe des nombreux chalets qui décorent nos plages normandes. Et quand on passe [96] devant les murs de marbre élevés par le vice-roi d'Êgypte, Méhémet-Ali, devant le kiosque du sultan aux Eaux-Douces d'Asie et devant l’éclatante blancheur du palais de Beylerbey où, dans tout l'éclat du triomphe et d’un luxe

Paris-Constantinople 89

Sur le Bosphore. - Fontaine, aux Eaux-Douces d'Asie. - Kiosque du Sultan aux Eaux-Douces d’Asie.

[97] impérial que rendait sans exemple le faste oriental d'Abd-ul-Aziz, logea  l’impératrice Eugénie lors de l’inauguration du canal de Suez, le cœur se serre en songeant à la nudité des appartements et à la misère actuelle  de la Turquie. Sur les murs, quelques glaces ou de mauvaises tentures ; de-ci de-là, deux ou trois vases de Sèvres dont on n'a pu tirer parti parce qu'ils sont trop encombrants, des divans et des fauteuils dont le crin est indiscrets. Dans les salles de marbre, l'herbe pousse en liberté et une épaisse couche de crasse cache les dalles , où se posèrent les pieds mignons chaussés de mules brodées d’or.

Sur le Bosphore. (Côte d’Asie). - Beylerbey.

Eaux-Douces d'Europe. - Les Eaux-Douces d'Europe, - en langue turque, kiat khamé, - sont très fréquentées au printemps et pendant les mois de mai et de juin. Situées au fond de la Corne d’Or, on y parvient en remontant, sur un espace de trois ou quatre kilomètres, une paisible rivière, presque un ruisseau, le Barbyzès, qui serpente entre des prairies trop dénudées.

[98]

Le palais, construit jadis par Mahmoud pour une sultane adorée, et qu'habita souvent Abd-ul-Aziz après y avoir ajouté de nombreuses cascades artificielles et de merveilleux jardins, est dans un état presque complet de dégradation.

Aux Eaux-Douces d'Europe.

La mosquée qui l’avoisine est en ruine, des soldats l’habitent. Cette excursion permet de voir les deux rives de la Corne d’Or, où se succèdent le grand ministère de la marine, l’arsenal, aujourd'hui presque désert; - Fanar, la ville des Grecs, que domine une grande construction peinte en rouge, l'École du patriarcat;- Has-Keïn, le quartier juif dont les maisons semblent grimper les unes sur

[99]

Vue panoramique de la Corne d'Or prise du Vieux-Séraï

[100]

Eyoub. - La rue des Tombeaux et la mosquée sainte.

les autres, comme ces curieux qui, dans les foules, se haussent pour mieux voir par-dessus la tête de leurs voisins ; - Defterdar-Iskélissí, où se fabriquent, tous les fez de l'armée ottomane, (les autres, ceux des civils, viennent en grande partie du centre de la France) ; enfin Eyoub, où se cache au milieu des arbres, au pied de la colline, la mosquée sainte, dont l'entrée est interdite aux infidèles. La défense est si rigoureuse, que les ambassadeurs eux-mêmes n’y sont pas admis.

C'est à cette mosquée que l'on conserve le sabre du Prophète, que tout nouveau sultan doit ceindre lors de son avènement. Cette cérémonie remplace, chez les Turcs, le couronnement pratiqué dans les pays chrétiens.

[101] A Scutari. – L’excursion de Scutari et du mont Boulgourlou prend également une journée. Il faut choisir le jour où, dans leur téké, les derviches hurleurs font leur cérémonie: l'une des choses les plus curieuses pour le voyageur, car en peu de temps ces hommes semblent pris d’un accès de folie. C’est un vertige qui finit même par s’emparer des spectateurs , et les hurlements deviennent si rauques que l'on croirait entendre le cri d’un chien enragé.

Pour voir les derviches tourneurs, plus poétiques,  valseurs merveilleux, qui, habillés de leurs grandes robes, tournent presque sans mouvoir leur corps, tant [102]

Le chef des derviches hurleurs.

leur mouvement est gracieux et léger, il faut aller au monastère d’Eyoub, dans la campagne. Deux heures de voiture, par des rues et des chemins où chaque tour de roue est capable de vous rompre les os. Ce monastère est situé au bord de la Corne d'Or, au milieu d'un site attristé. Dans Peau, des travailleurs puisent la bourbe avec laquelle on confectionne les briques. Tout aux alentours ce sont des cimetières. Deux ou trois kilomètres avant d’y arriver, on suit des rues bordées de tombes.

Les derviches tourneurs.

On peut y aller soit en bateau à vapeur, soit en caïque. Avec ce dernier moyen de transport, on peut approcher a volonté de la tour de Léandre, située à l’entrée de la mer de Marmara. (Pest a tort, d'ailleurs, que la tour porte ce nom, car, pour aller rejoindre Hero, Léandre ne traversait pas le [103] Bosphore, mais l’Hellespont. Les Turcs ont également sur cette petite tour une légende qui ne manque pas de poésie.

Scutari, jadis Chrysopolis, quelle évocation! C'est la vieille histoire grecque qu'on revit en débarquant sur le môle en bois où le caïque aborde.

C’est peut-être là, à cette même place, que Xénophon s'arrêta avec les Dix Mille avant de repasser en Europe; c’est lit qu'Alcibiade avait fait établir un péage pour les navires, et que, plus tard, les Byzantins élevèrent trois statues colossales, en mémoire du secours qu'ils avaient reçu d'Athènes contre Philippe de Macédoine. Les plaines ondulées des environs ont vu les dernières victoires de Constantin le Grand sur Licinius.

Aujourd'hui, ce n’est plus qu'une ville turque, où les [104] premières maisons semblent habitables parce qu’elles se baignent dans le Bosphore, mais dont les rues sont tortueuses, malpropres, bordées de masures peintes d'une couleur rouge sale qui leur donne un aspect maussade et monotone. Des musulmans, au nombre de quinze mille environ, l’habitent.

La pointe du Sérail

On prend un cheval ou une araba au choix, en ayant soin de faire son prix, et l'on monte facilement au Boulgourlou, d'où le panorama est admirable.

Le Bosphore ressemble a un large ruban bleu que continue la moire verte de Marmara, au milieu de laquelle les quatre îles des Princes semblent de gigantesques pains de sucre. Au pied du mont Olympe, dont la neige scintille sous le ciel, on distingue très facilement BROUSSE; près de Boulgourlou, passe le chemin de la Mecque où l'on parviendrait en treize jours.

[105]

Paris-Constantinople 105

Un des caps aux îles des Princes

 

A l'horizon, le village de Tsataltsa et une grande montagne blanche. On aperçoit même le chemin de fer de Roumélie sur une grande longueur depuis son départ de la pointe du Séraï. C’est plus de vingt-cinq lieues de terre européenne et asiatique - car on est en Asie - que le regard embrasse.

Non loin de cet endroit, le plus favorable pour contempler un spectacle si grandiose, se trouve le tombeau de Boulgourlou, le saint qui donna son nom à. la montagne. Il date de quatre cent vingt ans et mesure quatre mètres de long. D'après la légende, Boulgourlou avait un frère, Véritable géant; leur père avait la taille double de la sienne.

[106]

Paris-Constantinople 106

Cimetière israélite.

Au retour, on passe près d’un cimetière israélite, tout différent de l’immense champ des morts musulman qu'il faut aussi parcourir. Ce cimetière israélite est un champ à flanc de coteau, parsemé de grosses pierres plates et de formes quelconques. Pas une croix, pas un signe religieux, pas une inscription. C’est l’égalité dans la mort. 


EXCURSION A BROUSSE L'OLYMPE DE BITHYNIE

On ne saurait faire un séjour à Constantinople sans aller in Brousse, cette vieille capitale de la Turquie. Le trajet en bateau ne dépasse pas quatre heures et demie. On passe d'abord devant la pointe du Vieux-Séraï, puis l'on franchit l'embouchure du golfe d'Ismidt

[108]

[109]

Paris-Constantinople 109

et le navire aborde au petit port de Moudania, assez propre, - ce qui contraste avec les habitudes turques - et d'où, en voiture, pour trois ou quatre medjidiés, quelquefois moins suivant les saisons, on se rend à Brousse, distante de vingt-huit kilomètres. Brousse est bâtie sur le revers (Tune montagne qui commande une belle plaine très fertile; derrière la ville s'élève le mont Olympe, avec ses rochers dénudés et ses cimes souvent couvertes de neige.

[110]

Paris-Constantinople 110

Un gué près de Guétchid

La ville de Brousse, qui rappelle les souvenirs d’Annibal, possède plus de cent cinquante mosquées parmi lesquelles l’Oulou-Djami est le plus curieux de ses édifices religieux. Cette mosquée est surmontée de nombreuses coupoles qui en forment la toiture; la salle centrale a un toit percé à jour et fermé par un grillage. La pluie qui pénètre par cette ouverture est reçue dans un bassin qu'alimente un jet d'eau et où l'on nourrit des poissons. Les bains de Brousse, célèbres dans tout l'Orient, fréquentés par les anciens, se trouvent à trois kilomètres environ de la ville. La route

[111]

Voir la carte reproduite ci-dessus

[112]

[113]

Brousse. - Le pont Abdal, près d'Adjember. Carte du Bosphore.

[114]

Paris-Constantinople 114

Brousse. - Route des Bains et mont Olympe.

pour y aller est charmante, surtout par l'admirable vue dont on jouit. L'ascension de l’Olympe est facile à faire et n'offre aucun danger. Il y a presque jusqu'au sommet un sentier praticable aux chevaux. On peut y parvenir en cinq ou six heures; seulement il faut emporter des provisions avec soi, car on ne trouve absolument rien pendant cette ascension.

Le panorama de l'Olympe est superbe : la vue s'étend sur la mer de Marmara, sur les golfes de Moudania et d'lsmidt, Constantinople et la mer Noire... quand le temps est clair.

[115]

Paris-Constantinople 115

Galata - La porte des Minarets. 

Revenons à Constantinople.

Si, au milieu de tous ces détails donnés sur la ville turque, nous ne disons rien de l'emploi des soirées, c'est que Constantinople ne possède aucune distraction, dès que le  soleil a disparu de son horizon. Les rues sont peu éclairées. Les théâtres n'existent pas. Les concerts sont indignes de ce nom. Il faut se reposer [116] ou travailler, ou revoir en rêve le magique décor admiré dans le journée.

Le touriste ne doit pas manquer d'aller rendre visite au grand Bazar de Stamboul.

Il est difficile de donner une description de cet étrange marché, où il est à peu près impossible d'aller sans guide, sous peine de se perdre ; mais voici un conseil aux acheteurs.

Il faut y aller souvent et ne pas craindre de faire déplier toutes les marchandises sans rien acheter, puis réserver son choix pour le dernier jour et quand on est fixé, il ne faut jamais payer plus de 20 fr. ce que le marchand vous offre pour 100 fr.

[117]

Paris-Constantinople 117

Marché dans la cour de la mosquée de Yéni-Validé-Djami. 

Il ne faut pas se laisser séduire par le guide qui a son tant pour cent, ni par les amabilités du marchand qui vous comble de cigarettes et de café. Payer vingt pour cent sur le prix demandé, c'est payer le prix raisonnable. Un jour, en allant au Bazar, on passera par le marché de la petite place Yéni-Validé-Djami, où fourmillent des types intéressants. Une foule énorme d'acheteurs se presse autour des petites tables rondes, légères, en bois blanc, sur les- quelles se trouvent tous les étalages composés en grande partie de pacotilles, d'objets sans valeur, d'écharpes, de couvertures communes, de saucissons racornis et de moelíla, sorte de fromages de riz pilé sur lesquels, au [119] gré de l'acheteur, le marchand met du sucre, du sirop ou de l'eau parfumée. 

Bouchers et barbiers.

C'est blanc, mou ou mauvais ; mais ça ne coûte que deux paras. Il s’en débite des quantités énormes, que les Turcs mangent sur place avec plaisir.

Au milieu de la cohue, des barbiers rasent tranquillement en plein air sans s'inquiéter des bousculades qu'ils reçoivent.

Quelques vieux derviches mendient. Ils sont vêtus d’une grande blouse blanche et d'une vieille peau qui leur recouvre le dos. 

D'une main, ils ont une longue pique dont l'une des extrémités se termine par une grosse  boule de fer, à laquelle sont accrochées plusieurs courbes chaînes. De l'autre, ils ont une grande noix de coco qu'ils tiennent par une chaînette en cuivre. Cela sert de besace pour les aumônes, qui d'ailleurs ne sont jamais lourdes à porter.

[120]

[121]

Paris-Constantinople 121

Entrée des jardins du Harem.

En sortant du bazar, on ne doit pas manquer d'aller une fois sur la place du Séraï-Meïdan où se trouve la porte auguste du Vieux-Séraï, le légendaire palais des Sultans. C'est là que les souvenirs rappellent toutes les atrocités passées. Voici les créneaux où l'on accrochait les têtes, les poternes par où l'on jetait les cadavres au Bosphore, la cage où le sultan enfermait ses frères. 

[122]

Voici un tronc de colonne ou la forme du cou est moulée il servait à décapiter les grands vizirs.

A côté, la fontaine où le bourreau se lavait les mains, et sur la place également 1'énorme platane, gigantesque arbre creux, vieux de treize cents ans, dans lequel vécut longtemps un chef de brigands fameux, après la destruction des janissaires par Mahmoud II en 1826.

C'est là qu'étaient situées jadis l'antique Byzance et l'Acropole. Sur cette pointe, bercé par le vague murmure de la mer de Marmara et du Bosphore, dont les eaux se mélangent à ses pieds, s'élevèrent le palais de l’impératrice Placide, les demeures des personnages les plus puissants de l’empire et les thermes d'Arcadius. Aujourd’hui, toutes les vieilles sultanes y viennent vivre leurs derniers jours dans une sorte de solitude. Le musée d'antiquités n’est pas loin. On y va en quelques minutes.

[123]

Le Sélamlik. - Chaque vendredi a lieu le Sélamlik tout près du palais d'Yildiz, la demeure du sultan se rendant à la mosquée. On ne peut y assister que sur l'invitation d'un ambassadeur ou d'un pacha.

Actuellement cette cérémonie a lieu tout près du palais d'Yildiz, la demeure du sultan, qui se rend généralement à la mosquée de Medjidié. Presque toutes les troupes de Constantinople sont mobilisées et défilent ensuite devant le sultan qui se tient caché derrière une persienne de la mosquée. Le cortège d’arrivée est féerique. Le sultan est dans une voiture attelée de splendides chevaux tenus en main par des Albanais.

[124]

Derrière la voiture du sultan, tout un monde luxueux, doré, féerique. Voitures découvertes  et fermées, chevaux de selle noirs, blancs, alezans et bais, fastueusement caparaçonnés. On ne sait comment le sultan voudra rentrer dans son palais, tout doit être subordonné à sa fantaisie.

Puis c'est la foule des aides de camp des officiers, des eunuques, des serviteurs richement habillés. Sur le passage du souverain, les troupes [125] présentent les armes, tandis que tous les pachas et les dignitaires se prosternent jusqu'à terre, abîmés dans une sorte d'admiration muette.

Un porte-étendard.

La revue est superbe. Il y a des régiments de nègres gigantesques, des Soudanais à l'aspect sauvage. La revue terminée, chaque régiment se rend dans sa caserne. On reprend aux hommes leurs vêtements de parade et on leur rend leurs guenilles.

Et maintenant quittons la Turquie. Si vous avez acheté quelques objets que vous voulez rapporter, il faut acquitter des droits de douane pour les sortir de Constantinople. Or les formalités sont longues; le mieux est de donner à votre guide un medjidié par malle d'objets achetés.

[126]

Il s'arrangera, avec les douaniers. On ne visitera rien. Vous gagnerez du temps et de l'argent.

Encore quelques minutes,  le bateau se met en marche. Bientôt Péra, Stamboul, Scutari disparaissent.

Le dernier minaret s'évanouit dans un lointain délicieux, dernière vision qu'emporte le voyageur de son séjour en Turquie.

[138]

Par Smyrne et Syra. - On peut encore revenir de Constantinople à Marseille par un autre chemin, en passant par Smyrne et Syra. Le trajet est sensiblement le même comme longueur. Le navire suit d’abord le même itinéraire que le précédent jusqu’aux Dardanelles, puis ensuite il longe l'île Ténédos et la côte d'Asie Mineure. Il arrive à Smyrne par le canal qui sépare l'île Mètelin de la côte. On aperçoit alors à gauche l’ancienne ville de Pergame. 

On a vite fait de voir Smyrne dont l'importance est toute commerciale. Son bazar est vaste, mais n'a pas l'aspect oriental de celui de Constantinople. Les quais sont neufs, fort beaux, et les belles maisons qui les bordent sont bâties sur le terrain gagné sur la mer.

[139]

Paris-Constantinople 139

Smyrne. - Vue panoramique, prise des hauteurs du quartier juif.  

Le grand attrait qui attire le touriste, c'est l'excursion à Éphèse par le chemin de fer d'Aïdin. Il y a 77 kilomètres et le trajet se fait en deux heures et demie par train direct. On passe au pont des Caravanes, dans la  [140] région occupée par les cimetières, à Paradis, où se trouve le monastère du prophète Elle. 

Pour visiter les ruines d'Ephèse, on descend à  une bourgade, Ayasolouk, qui possède cependant deux hôtels à peu près convenables. On y trouve des chevaux pour faire le tour des ruines.

L'arrêt du bateau est très suffisant pour accomplir cette excursion. Quant à Syra,  appelée aussi Hermopolis, on peut n'y descendre que pour se dégourdir les jambes. Ça ne vaut pas la vue des jolies îles rencontrées sur la route et des petites  villes Thehesmi et de Chio. De Syra on regagne Marseille.