Imprimer
Catégorie : Anecdotes, récits...
Affichages : 696

On ne voyageait pas au XIXe siècle en Turquie comme on le fait aujourd’hui et surtout en Anatolie. Il fallait être prévoyant, organisé, en bonne santé, éventuellement polyglotte et… riche, et ne pas avoir peur de l'inconfort . Voici les recommandations du guide Joanne paru en 1861.

Texte extrait de Adolphe Joanne et Emile Isambert, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l'Orient, Paris,  Hachette, 1861, pages 457 à 459.

Quatrième partie, chapitre 1er, Ve section : Manière de voyager, chevaux, khâns, saison favorable. 

On se rend dans la Turquie d’Asie par les paquebots à vapeur de  la Méditerranée, Messageries impériales françaises, Lloyd autrichien, qui vont directement à Smyrne tous les huit jours, et desservent la côte d’Asie Mineure de quinzaine en quinzaine. Les  mêmes Compagnies desservent les côtes de la mer Noire jusqu'à  Trébizonde [Trabzon]. 

Pour voyager dans l'intérieur du pays, on prendra pour point de  départ Smyrne [Izmir], Trébizonde, Mersina [Mersin], ou même Constantinople, en  franchissant le Bosphore. 

Un voyage dans l’intérieur de l’Asie Mineure exige de la part de  ceux qui le tentent certaines qualités physiques et morales, telles  qu’une bonne santé, l’habitude de la fatigue, de là résolution, et surtout une dose convenable de mépris pour les aises et le confortable  de la vie. Il faut savoir trouver dans l’exercice même de son énergie  et le développement de ses forces un certain plaisir intrinsèque. Car  le plaisir de voir de nouveaux peuples, des mœurs étranges, et une  succession de paysages très-variés sans doute et souvent très-beaux,  suffirait à peine à compenser les ennuis, les travaux ou les dangers  d’une pareille expédition. 

Il y a trois manières de voyager en Asie : la première et la plus vulgaire consiste à louer un ou deux Grecs, parlant français, auxquels  on laisse le soin de vous conduire, de vous loger et de vous approvisionner. On payera ainsi chaque chose dix fois ce qu’elle vaut, on  sera rançonné chaque jour, on finira par n’être plus que l’esclave  de ses conducteurs, et, ce qui met le comble aux inconvénients de  cette détestable méthode, on n’apprendra rien des peuples que l’on  aura visités. 

La seconde manière, la plus agréable et la plus commode, est  d’emmener avec soi quelques domestiques indigènes ; il faut alors  plusieurs tentes et des chevaux que l’on loue, ou mieux que l’on  achète pour les revendre plus tard avec une faible perte. On va  lentement, au train des caravanes, faisant environ 30 à 40 kil. par  jour. Le soir, on plante sa tente auprès d’un ruisseau ou sur  quelque verte colline. On dîne avec les provisions qu’on a eu soin  d’emporter du dernier campement. Cette manière de voyager est relativement bon marché; elle nécessite, il est vrai, quelque connaissance [458]  du langage et des coutumes du pays qu’on traverse, mais elle  offre à la fois plus de sécurité, plus d’agrément, et permet aux voyageurs d’observer et d’apprendre, ce qui est en définitive le but qu’on  se propose. 

La troisième manière, la meilleure pour les gens dont les ressources  sont restreintes, consiste à acheter deux chevaux, un de selle et  l’autre pour porter les bagages, lesquels, réduits au moindre volume  possible, seront placés devant un domestique indigène monté sur ce  cheval. Le voyageur marche ainsi de village en village, tantôt seul,  tantôt en compagnie des caravanes qu’il rencontre, suivant son goût  ou la sécurité du pays. Chaque cheval coûte de 2 à 300 francs. A la fin  du voyage, on le revend pour la moitié ou les deux tiers du prix  d’achat. La dépense de chaque jour est de 2 fr. 50 ou 3 fr. 75 c. Cette  méthode oblige à de fréquents rapports avec les indigènes. On apprend  bien vite assez de leur langue pour demander des renseignements  sur son chemin, et à la fin du voyage, on est-en état d’avoir avec eux  une conversation un peu plus suivie. Là où il y a des chevaux de louage, on peut s’en procurer à raison de deux piastres et demie  par cheval, et pour chaque heure. Le surudji ou postillon se paye  en sus, de 2 piastres et demie à 5, suivant la longueur de l’étape.  Le palefrenier qui soigne les chevaux a droit aussi à une petite  gratification. Dans les contrées où il n’y a pas de menzil, c’est-à-dire de système régulier de postes, on trouve à louer des chevaux  chez les kiradjis ou voituriers qui habitent les villes ou les grands  villages. Dans les villes où réside un pacha, on peut aller le voir, et,  s’il se peut, obtenir de lui un ordre (tezkérèh) qui règle le prix des choses  nécessaires aux voyageurs pour cette journée, qui enjoint au maître  de poste de leur fournir de bons chevaux, et spécialement de les  conduire avec une certaine rapidité; et aux chrétiens de chaque ville  ou village de les recevoir dans leurs maisons. On voit que c’est une  espèce de billet de logement. 

Il y a généralement des khâns ou auberges établis sur la route  à des distances de deux ou trois heures les uns des autres. Ces établissements n’offrent aux voyageurs qu’un- abri parfois assez désagréable, où abonde la vermine. Il faut y apporter ou aller chercher  aux environs tout ce dont on a besoin. C’est une demeure bonne pour  une ou deux nuits ; pour un séjour plus long, mieux vaut élire domicile dans une maison particulière ; on obtient facilement une chambre  en retour d’un présent (baghchich) de médiocre valeur, quand on  n'est pas muni d’ailleurs du billet dont nous avons parlé. Dans les  villages qui n’ont ni khâns ni auberges, on a la ressource d’aller demander l’hospitalité aux couvents, aux papas, ou à la maison du gouverneur. Les dames sont difficilement admises dans les couvents. 

Aussitôt qu'on arrive dans un khân, on vous délivre la clef de la  chambre nue et sans meubles qui vous est assignée. La porte de ces  khâns est fermée au coucher du soleil; passée cette heure, il est quelquefois difficile de se faire ouvrir ; il faut donc tâcher d’arriver  avant. Il faut avoir soin, en prenant possession de sa chambre, de la  bien nettoyer et d’en laver le parquet à grande eau. Il y a toujours, [459] comme on sait, une fontaine dans la cour du khân. L’hospitalité du  khân est entièrement gratuite. Il est d'usage cependant de laisser en  partant un petit présent au khandji ou garde du khân. 

A défaut de khâns, ou d’odas, chambres publiques réservées aux  voyageurs dans les villages, quand on traverse les hautes plaines de  l’Asie occupées par les tribus nomades, on peut demander l’hospitalité  à ces peuples qui ne vous la refusent jamais, mais, au contraire, vous  offrent gratuitement les vivres qu'ils ont à leur disposition. Ils vous font place sous leurs tentes, ou vous en prêtent une pour vous  établir au milieu d’eux, quand vous n’en avez pas. Mais il est à peu  près impossible de se passer d'une tente à soi; outre qu’on est exposé  à traverser des pays déserts où une tente est indispensable, il est i  toujours prudent, même dans le voisinage des villes, d’être muni  d’un pareil abri. Dans le cas d’une épidémie régnante, on peut, par  ce moyen, s’isoler et se garantir jusqu’à un certain point de la contagion. Eu tous cas, la possession d'une tente garantit complètement  au voyageur son indépendance et sa liberté d’action. 

Le voyageur se procurera donc d’abord une tente, un matelas, des  tapis, une cantine contenant des ustensiles de cuisine, de table et de  toilette (v. Introduction.générale, équipement).

Des armes apparentes sont indispensables, dans un pays où tout  le monde porte des armes. — On fera dans les points de départ, et  dans les grands centres, provision de quelques denrées, de thé, de  chocolat. On trouvera de bon café à Smyrne, et à peu près partout du  sucre égyptien, qui est d’une qualité inférieure, mais peu coûteux. 

Le vin est généralement bon sur les côtes ; on peut en acheter dans  toutes les grandes villes. 

Dans tout l’empire ottoman, le voyageur rencontre, des espèces de  cafés appelés kahvè-hané, où il peut se procurer de la volaille, du  mouton, des pigeons, du riz, etc. Dans les villes, c’est à midi et au  coucher du soleil qu’on pourra le plus facilement se faire servir des  viandes froides ou rôties. 

C’est en Asie que le voyageur devra commencer à s’astreindre  scrupuleusement aux règles d’hygiène que nous avons posées dans  notre Introduction générale. Les règles les plus importantes à observer  sont celles du repos pendant les heures chaudes du jour, de l’alimentation légère et de l’abstention des alcooliques le matin et dans le  jour, suivies, su contraire, d’une alimentation réparatrice et tonique le soir ; de la recherche d’un bon campement sur les hauteurs ou dans lés  vallées fertiles, à l’abri de rideaux d’arbres, en évitant avec soin les  lieux bas et le voisinage des marécages, toutes règles faciles à suivre,  parce qu’il suffit d’imiter la vie des habitants du pays ou des Européens déjà depuis longtemps acclimatés. 

La saison la plus convenable pour entreprendre le tour de l'Asie  Mineure est le commencement du printemps. On visitera d’abord le  S. [Sud], et on s’avancera vers le N. [Nord] à mesure que la saison deviendra plus  chaude. — A défaut du printemps, le mois de septembre et l’automne  seront encore très-convenables, mais en se dirigeant alors du N. au  S., de manière à arriver en Syrie vers la fin de novembre.