Imprimer
Catégorie : Anecdotes, récits...
Affichages : 4388

Ce témoignage sur la tolérance religieuse en Anatolie vers 1880 est extrait de "En Turquie d'Asie" (1883) écrit par Edmond Dutemple, consul de France, auteur de plusieurs ouvrages sur la politique française à cette époque.

Edmond Dutemple, vice-consul de France, En Turquie d'Asie. Notes de voyage en Anatolie. Edition ornée de six dessins par A. Brun d'après des photographies rapportées de Brousse.  G. Charpentier, 1883, 318 pages

Chaque communauté chrétienne, tout en étant soumise aux lois de l'Empire et aux règlements particuliers d'administration générale, jouit cependant d'une certaine autonomie, possède ses écoles, ses églises et ses chefs religieux, intermédiaires entre la communauté et le gouverneur général. Les arméniens orthodoxes ont à Brousse un archevêque, les arméniens catholiques un évêque, les grecs un archevêque. Faut-il dire que ces trois primats, représentants attitrés de l'élément chrétien, se trouvent rarement d'accord entre eux au point de vue des intérêts généraux communs à tous les chrétiens ?
Toutes ces sectes qui pratiquent les doctrines de l'Évangile, y compris également la petite Église protestante libre qui compte à Brousse un certain nombre d'adhérents, se trouvent malheureusement divisées par les intrigues personnelles, les questions de prérogatives, de préséance ; c'est à qui cherchera à desservir son voisin auprès de l'autorité locale. Par suite de cette désunion, l'élément chrétien manque d'un terrain commun d'action et ne possède pas en réalité dans le pays l'influence à laquelle son activité, son intelligence, sa fortune lui donnent un incontestable droit.
Ce n'est point cependant que les Turcs se montrent à regard des chrétiens jaloux, tracassiers, intolérants. Certes non ! Leur tolérance en matière de religion frise l'indifférence absolue. Ce que nous avons l'habitude d'appeler en Europe le fanatisme turc, — et auquel, avant de voir, je croyais moi aussi, je l'avoue, — je ne l'ai nulle part rencontré au cours de mes excursions en Asie. J'ai toujours vu le turc ne se soucier ni des églises, ni des cérémonies extérieures chrétiennes, et n'intervenir jamais dans les querelles qui divisent les sectes du Dieu de paix. Pour le vrai turc actuel, comme la seule vraie religion est celle du Coran, il ne s'occupe pas plus des autres que si elles n'existaient pas; pour lui ce ne sont pas là des religions. L'époque héroïque de l'islamisme, la conversion même par le fer, est bien passée ! Mais aussi si le turc pratique cette souveraine indifférence pour toute autre religion que la sienne, il demande, - et après tout c'est bien son droit, - que l'on tienne une conduite réciproque à son égard. Il ne s'opposera pas à l'érection des synagogues, des temples, des églises; il n'interdira aucune manifestation extérieure ; il s'épargnera même à leur endroit des railleries toujours faciles; en revanche, il désire qu'on respecte ses mosquées, ses minarets, ses muezzins appelant à la prière, et qu'on ne le tourne point en dérision quand il observe publiquement les pratiques ordonnées par le Coran.

Excès de prosélytisme
Malheureusement les sectes chrétiennes semblent animées d'un esprit de prosélytisme aussi outrecuidant que maladroit. Ne pouvant se montrer intolérantes, elles sont tracassières. Aussitôt qu'une communauté a pu établir pignon sur rue, c'est-à-dire posséder son église et son clocher, c'est tout de suite un incessant vacarme de cloches qui viennent troubler la tranquillité de ces belles plaines d'Asie ; ce sont des processions avec bannières au vent, chants liturgiques sur des modes élevés, prêtres en grand uniforme; ce sont des promenades interminables, avec déploiement de croix latines et de croix grecques, pour aller bénir des sources, leur donner des noms de saints ou de saintes, y déposer des images coloriées du patron improvisé, en faire des aiasmas et y récolter des aumônes. C'est surtout parmi le clergé grec une véritable rage, une monomanie, digne d'être observée par les aliénistes, que de vouloir convertir ainsi toutes les sources d'eau pure en eau bénite. Si les Turcs n'étaient aussi largement indifférents à ces pratiques, s'ils ajoutaient la moindre importance à ces consécrations, il arriverait bientôt que toutes les sources ayant été profanées par les bénédictions des infidèles, ils crèveraient de soif, ne sachant plus où aller boire sans offenser Mahomet !
Pour tout résumer en peu de mots: si j'ai parfois rencontré en Asie des tendances à l'intolérance religieuse, cela a toujours été chez les sectes chrétiennes tolérées par l'islamisme, maître chez lui en définitive.
Ce qui n'empêche pas que grégoriens, orthodoxes, juifs, accusent sans cesse les turcs d'intolérance manifeste ; qu'ils réclament sans vergogne l'obtention de prérogatives et de privilèges qu'ils sont les premiers, dans les contrées où dominent leurs religions, à refuser aux mahométans ; qu'ils sont enfin, — à les entendre, — des martyrs de leur foi, des victimes offertes en holocauste à ce monstre imaginaire que l'on nomme en Europe : le fanatisme musulman. Quand un turc tue un chrétien, on crie au fanatisme, sans tenir compte que neuf fois sur dix le chrétien a été simplement victime de sa déplorable habitude de s'immiscer dans des affaires qui ne le regardent pas. En Asie, chacun pour soi, mais surtout chacun chez soi.
Ce qui précède concerne principalement les chrétiens raias, arméniens et grecs. On doit, en effet, reconnaître chez les catholiques, européens surtout, un peu plus de réserve, de retenue et de tenue (1).
Cette tolérance religieuse, que j'ai constatée chez les musulmans dans toutes les parties de la Turquie d'Asie que j'ai visitées, est d'autant plus digne d'être notée à Brousse que cette ville, depuis sa conquête par Orkhan, a toujours été considérée comme une ville sainte.
Si la Mecque est la Jérusalem de l'islamisme, Brousse est la Rome de la chrétienté, non pas au point de vue du siège de l'autorité théocratique, - siège sujet à changement chez un peuple nomade, - mais eu égard à la parfaite conservation des traditions théologiques.
Il est courant d'entendre dire dans le pays que Brousse possède autant de mosquées que l'année a de jours. De fait, on n'en a jamais opéré un dénombrement certain. Mais à voir la quantité de minarets qui émaillent la ville, comme les marguerites un champ, il se peut très bien que cette locution soit exacte, peut-être même au-dessous de la vérité, si l'on tient compte aussi des turbés ou tombeaux, et des fondations pieuses.

(1) Extrait du Phare du Bosphore du 16 juin 1882.
« Un membre de l'épiscopat français vient de rendre un hommage assez inattendu, mais assurément très mérité à la tolérance large et généreuse que les Osmanlis pratiquent chez eux en matière de religion. Mgr Turinaz, évêque de Toul et de Nancy, vient d'adresser à ses diocésains une lettre pastorale dans laquelle il esquisse brièvement les rapports des différentes puissances avec la Papauté.  En ce qui concerne la Turquie, voici ses paroles : "Jamais, dit-il, le catholicisme, ses évêques, ses missionnaires, ses admirables religieuses n'ont été aussi libres et aussi protégés de Constantinople."