Imprimer
Catégorie : Anecdotes, récits...
Affichages : 176

Un exemple d'échange de cartes postales entre une habitante d'Edirne/Andrinople et Rodolphe Pissarro, un des fils du peintre Camille Pissarro.

 

 

Texte de la carte à Rodolphe Pissarro

Nous avons retranscrit le texte conformément à l'original.

"Andrinople le 25/7 Novembre 1903
Monsieur Rodolphe !
Mes remerciements pour vos trois cartes ; elles étaient très gentilles. L'une tient à la main l'instrument que je joues, c'est à dire la mandoline. Selon votre promesse j'attend les cartes transparantes pendant les jours de l'an. Les cartes qui ne sont pas oblitérées je ne les renverrai pas, mais je vous en prie de les affranchir car aucune de celles que vous m'avez envoyés n'est perdue.
En attendant votre réponse je vous prierai d'agreer, Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués.
Votre correspondante
Uranie

[mention en haut]
Envoyez s'il vous plait une carte avec réponse payée"

Une levantine italienne

Tout ce que l'on sait ou devine d'Uranie, c'est qu'elle habite Andrinople (Edirne), qu'elle joue de la mandoline. Elle était donc probablement italienne. Son Français comporte quelques petites fautes (accords, manque d'accent…).

Peut-être s'agit-il de Uranie Celestine "Marie" Vernazza, née le 15 Août 1837 à Andrinople (Edirne), baptisée le 27 Août 1837 dans la même ville, inscrite au consulat d'Italie à Istanbul en 1868, mariée le 16 novembre 1862, morte le 14 Mai 1926 à Edirne, à l'âge de 88 ans, et dont la mère était française (https://gw.geneanet.org/marmara2?lang=en&pz=mathilde+marie+caroline+antoinette+helene+josephine&nz=d+andria&ocz=0&p=uranie+celestine+marie&n=vernazza).
Elle a déjà échangé des cartes postales avec Rodolphe Pissarro puisqu'elle en a déjà reçu trois. Les cartes transparentes dont elle parle sont les cartes fantaisies envoyées pour les fêtes de fin d'année.
Ces échanges de cartes étaient assez courants à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Ludovic Rodolphe Pissarro (1878-1952) était le quatrième fils du célèbre peintre Camille Pissarro et lui-même peintre.

Le "1 boulevard Morland", où est envoyée la carte, est l'adresse de Camille Pissarro qui y mourut le 13 novembre 1903, soit peu de temps avant l'envoi de cette carte.