Imprimer
Catégorie : Anecdotes, récits...
Affichages : 425

Ou comment la vision d'une religieuse mystique catholique permit le développement touristique de la région d'Ephèse… Ce site est devenu un lieu de pèlerinage et une destination touristique surtout depuis les années 1950.

Le lieu où la Vierge Marie avait vécu ses derniers jours faisait débat dans la communauté catholique, mais, a priori, n'intéressait pas beaucoup les autorités ottomanes, puis turques. Certains le situaient en Palestine, d'autres près d'Ephèse.

Anne-Catherine Emmerich (1774-1824), mystique allemande aurait eu, entre autres visions, celle de la maison de la Vierge, près d'Ephèse. Le site est "découvert" en 1881 par un prêtre catholique, puis "authentifié" en 1891, quand on y découvre une chapelle. Il est acquis par une religieuse, puis légué aux Lazaristes, et après maintes péripéties et négociations entre l'Église et l'état turc, comme il est de plus en plus visité, il devient la propriété d'une association privée turque et il est déclaré d'intérêt "national" par l'Etat turc.


Cette carte postale montre le site dans son état d'origine, avant les travaux et restaurations. Elle fut probablement envoyée par sœur Marie de Mandat-Grancey (1837-1915), une religieuse Supérieure de l'hôpital français de Smyrne qui, grâce à la fortune de sa famille, acheta  le site et contribua à sa restauration de 1891 à sa mort.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Marie_de_Mandat-Grancey

Source :  l'article très documenté de Manoël Pénicaud, "La maison de la Vierge à Ephèse. De la fondation à la patrimonialisation d'un sanctuaire international", European Journal of Turkish Studies, n°19, 2014, pp 9 sqq, en ligne depuis le 26 Juin 2015, URL : http://journals.openedition.org/ejts/4988

Publications de l'époque