Imprimer
Catégorie : Musique
Affichages : 3359

Demetrius Cantemir (Kantemiroğlu, 1673-1723) écrivit un traité de musique et trancrivit 350 compositions avec un système qu'il inventa, mais qui n'eut pas de suite. Ce système s'inspirait de la notation de Nayi Osman Dede (1652-1729), supérieur d'un monastère mevlevi, qui utilisait des lettres de l'alphabet.

Pour plus d'informtions, on poura consulter :
Stefan Lemny, Les Cantemir, l'aventure européenne d'une famille princière au XVIIIe siècle, Complexe, 2009, 367 p 

Nous avons modernisé une partie de l'orthographe.

Démétrius CANTEMlR, second fils de Constantin Cantemir, naquit en Moldavie le 26 octobre 1673. A quinze ans, il fut envoyé à Constantinople pour y remplacer, comme otage, son frère Antiochus, et il y resta quatre ans. Il apprit la langue turque, et introduisit chez cette nation l'usage de la musique notée. Il fit ses premières armes en 1692, sous les ordres de son père, au siège de Sorocz, sur le Dniester. A la mort de Constantin, ses grandes qualités déterminèrent les barons de la province à le choisir pour leur prince, quoiqu'il n'eût pas encore vingt ans ; mais l'intrigue prévalut à la Porte Ottomane sur les services du père et le mérite du fils : sa nomination ne fut pas confirmée, et il reçut l'ordre d'aller vivre à Constantinople, où il ne tarda pas à jouir d'une grande faveur. Nommé deux fois hospodar de Moldavie, il eut toujours le crédit de faire donner cette principauté à son frère Antiochus. Il l'avait accompagné en Moldavie, !a première fois que ce prince alla prendre possession de sa dignité, et, lorsqu'il eut été déposé par les intrigues de Brancovan Bassaraba, Démétrius revint à Constantinople, et fit bâtir un palais dans cette capitale : c'est alors qu'il commença son Histoire de l'empire ottoman. Echappé aux manœuvres que Bassaraba, ennemi de la famille Cantemir, avait employées pour le perdre, il fut nommé une troisième fois prince de Moldavie,en novembre 1710. Pour s'assurer de son acceptation, la Porte lui donna l'expectative de la principauté de Valachie. On lui promit, en outre, qu'il conserverait toute sa vie la souveraineté de cette province, et qu'il ne serait tenu à aucun tribut ou présent pour le temps qu'il resterait en Moldavie; mais à peine était-il installé, qu'il reçut l'ordre d'envoyer à Constantinople les sommes d'usage pour son joyeux avènement, et de tout préparer pour la guerre qui allait éclater contre la Russie. Le prince, voyant le peu de fonds qu'il avait à faire sur les promesses des Turcs, résolut de traiter avec le czar. Il fut convenu que Demetrius joindrait ses troupes à l'armée de Pierre, et que la Moldavie serait érigée en principauté héréditaire, dont il jouirait, ainsi que sa descendance , sous la protection des empereurs russes.

Ce traité ne put recevoir son exécution. Le czar, qui avait compté sur le secours des Polonais, des Valaques et des Moldaves, fut abandonné par les uns, trahi par les autres, et Démétrius lui-même, trompé dans ses espérances, n'eut bientôt d'autre asile que le camp de son allié. La haine des Turcs l'y poursuivit. Le grand vizir exigeait, comme une des premières conditions de la paix, que Cantemir lui fût livré ; mais le czar, quoique réduit à la plus fâcheuse extrémité, s'y refusa constamment. « J'abandonnerai  plutôt, écrivait-il à son ministre, tout le pays qui s'étend jusqu'à Koursk ; il me restera l'espérance de le recouvrer ; mais la perte de ma foi est irréparable, je ne peux la violer.» Pierre rentré dans ses états, créa Cantemir prince de l'empire russe. Les nobles moldaves qui l'avaient suivi ne durent relever que de leur ancien souverain, et ils obtinrent des établissements considérables en Ukraine. Démétrius perdit en 1713 sa femme, Cassandre Cantacuzène, et il épousa en 1718 une fille du prince Trubezkoi, feld-maréchal des troupes russes. Il fut nommé à cette époque conseiller privé. Il accompagna Pierre-le-Grand, en 1720, dans son expédition contre les Perses ; il devait même diriger sous ce prince les affaires civiles ; mais à vingt lieues de Moscou, il ressentit de grandes faiblesses et de la fièvre; il ne gagna la ville d'Astrakan, et ensuite Derbent, qu'avec une extrême difficulté ; il eut la douleur d'y apprendre que la frégate qui portait ses équipages avait péri dans la mer Caspienne, et que son cabinet et tous ses papiers étaient perdus. Démétrius revint à Astrakan dans un état désespéré; les soins d'un médecin habile prolongèrent ses jours ; mais le mal ayant reparu avec plus de force, il mourut le 21 août 1723, dans les terres qu'il tenait de la munificence du czar.

Démetrius Cantemir parlait le turc, le persan, l'arabe, le grec moderne, le latin, l'italien, le russe, le moldave, et il entendait fort bien l'ancien grec, le slave et le français. Il était versé dans l'architecture, la musique, la géométrie et dans les sciences philosophiques. L'académie de Berlin le comptait au nombre de ses membres. Ses principaux ouvrages sont :

I. Histoire de l'agrandissement et de la décadence de l'empire ottoman : l'original latin est demeuré manuscrit. J. L. Schmidt l'а traduit en allemand, Hambourg, 1745, in-4° ; Nicolas Tindal le traduisit en anglais, par ordre de la reine Anne, Londres, 1734, 2 vol. in-fol. , précédé de la vie de l'auteur ; de Jonquières l'a traduit en français, d'après la version anglaise, Paris, 1743, in-4°.; idem, 4 vol. in-12. Cette histoire, qui se divise en deux parties, va jusqu'à l'an 1711. On reproche à l'auteur d'y montrer peu de critique, et de n'avoir point consulté les historiens orientaux: néanmoins, cet ouvrage sera toujours consulté avec fruit ; la chronologie en est généralement exacte, et les noms propres n'y sont point défigurés comme dans la plupart des ouvrages de ce genre.

II. Système de la religion mahométane, St.-Pétersbourg, 1792, in-folio, en allemand ;

III. Histoire ancienne et moderne de la Dacie, en langue moldave, demeurée manuscrite ; le même ouvrage en latin (il fut perdu dans la mer Caspienne) ;

IV. Etat présent de la Moldavie, avec une grande carte du pays, imprimé en latin, en Hollande. La traduction allemande, faite par le professeur J. L. Redslob, de Berlin, a été insérée par Busching dans son Magasin pour l'histoire moderne et la géographie, et a été imprimée à part, Francfort et Leipzig, 1771, grand in-8°., avec une carte, et la vie de l'auteur.

V. Histoire des familles Brancovan et Cantacuzène, manuscrit in-4°, écrit en langue moldave ; on l'a traduit en russe, de russe en allemand, et de l'allemand en grec moderne.

VI. l'Histoire des mahométans, depuis leur prophète Mahomet jusqu'au premier sultan des Turcs : cet ouvrage s'est perdu dans la mer Caspienne.

VII Notice sur les portes Caspiennes et autres antiquités du Caucase, souvent mise à contribution par Bayer dans sa dissertation De muro Caucaseo, insérée dans les Mémoires de l'académie de St.-Pétersbourg ;

VIII. Introduction à la musique turque, en moldave, in-8°. Suivant Toderini, Cantemir, à la demande de deux ministres puissants, composa en turc un traité de musique, et le dédia au sultan Ahmed III. Les notes y sont indiquées en lettres et en nombres turcs. Cet ouvrage a joui chez ce peuple d'une grande célébrité; mais la routine a fini par reprendre le dessus.

 

On lit dans Fétis, Biographie universelle des musiciens, 1866 : "Villoteau affirme, dans ses Mémoires sur la musique des Orientaux, que les signes dont parle Cantemir sont aujourd'hui absolument inconnus aux Turcs. On a aussi de ce prince Introduction à la musique turque, еn moldave; manuscrit in-4°, qui se trouve à Astrakan."

D. N—L.

 

A new map of present Poland, H... Digital ID: 1630718. New York Public Library

Carte de la Moldavie..., 1700

 

======================================================

Constantin CANTEMIR, né en Moldavie, entra fort jeune au service de Pologne, et en sortit avec le grade de colonel. Il fut attaché quelque temps à Georges Gika, prince de Valachie, revint ensuite dans sa province, où il fut élevé successivement aux premiers emplois. Il commandait la division auxiliaire des Moldaves, lors de l'expédition de Mahomet IV contre les Polonais ; et, loin d'imiter le voïvode Pétreczéicus, qui passa du côté de l'ennemi à la journée de Choczim, il défendit avec courage les femmes du sultan, et empêcha qu'elles ne fussent enlevées. Cet exploit lui valut la promesse de régner un jour sur la Moldavie. Il fut provisoirement revêtu de la dignité de Soudan, et chargé, en cette qualité, de la défense des frontières entre le Dniester et le Pruth. Constantin Cantemir occupait ce poste depuis plusieurs années, lorsque le prince Demetrius Cantacuzène, qui était jaloux de son mérite, le dénonça, au séraskier Soliman-Pacha. Constantin réussit à se justifier ; et, par un jeu singulier de la fortune, il obtint la principauté de son accusateur, sur la demande de ce même séraskier qu'on avait voulu rendre l'instrument de sa perte. Bon officier et politique adroit, il favorisa, mais sans se compromettre, les entreprises des Polonais sur la Moldavie. Ces derniers l'ayant attaqué, par une espèce de trahison, à la bataille de Boïan, il les combattit avec tant de valeur que les Turcs lui durent la victoire. Il eut la satisfaction d'apprendre à son lit de mort que les états lui avaient donné pour successeur son second fils, le célèbre Demetrius Cantemir. Il mourut le 23 mars 1б9З, après avoir gouverné la Moldavie pendant huit ans. D. N—L.

extrait de la Biographie universelle de Michaud, 1813