Imprimer
Catégorie : Architectures
Affichages : 999

L'église Sainte-Photinie fut édifiée au XVIIe siècle, et le grand beffroi construit en 1856 par l'architecte Xenophon Latris (1825-1914), qui étudia l'architecture en Bavière et participa à la construction du front de mer à Izmir. Elle fut détruite dans le grand incendie de 1922.


Une copie de ce clocher d'une hauteur de 39 mètres a été construite à Athènes en 1998 par Zabelas architects & associates (http://zabelas.gr/projects.aspx?id=3).

Carte postale du début du XXe siècle


En 1886, Emile Bourquelot écrit dans "Promenades en Égypte et à Constantinople" :
"Sur un autre côté de la place se dresse l'église grecque de Sainte-Photine peu intéressante à l'extérieur, mais le haut clocher qui la précède ne manque pas une certaine originalité : il est composé d'une série d'ordres variés d'architecture qui se superposent en diminuant à mesure qu'ils se rapprochent de la petite lanterne dont le clocher est coiffé. L'ensemble de l'édifice et la fantaisie de son ornementation à chaque étage produisent un effet agréable.
Après une ascension assez pénible, nous arrivons sous le dôme qui abrite les cloches.
Le panorama que l'on embrasse de là est admirable ; pendant que nous en examinons les détails, nous sommes tirés brusquement de notre contemplatif par le bruit formidable des cloches mises en branle avec une telle violence que la tour semble osciller sur sa base."

L'église est également citée dans l'introduction, écrite par par M. Didron, du  "Manuel d'iconographie chrétienne grecque et latine", Paris, Imprimerie royale, 1845 :
"Plus tard, je ferai sans doute une iconographie chrétienne de la Grèce, et je l'ouvrirai par un travail détaillé sur les peintres morts ou vivants du mont Athos. Cette école aghiorite, comme on l'appelle en Grèce, est inconnue chez nous. Cependant, elle a eu et elle a même encore son importance : le nombre des fresques et des tableaux qu'elle a exécutés est vraiment immense, comme on peut en juger par le petit calcul que nous avons fait sur les églises d'Athènes et du mont Athos, qui étaient ou sont encore toutes peintes. La beauté des anciens ouvrages de cette école est incontestable, et M. Mérimée lui-même m'a déclaré, il y a quelque temps, qu'il avait vu dans l'église de Sainte-Photine, à Smyrne, un tableau aussi remarquable que ceux de Giotto. Ce tableau représente la Vierge; il a été exécuté par un peintre smyrniote, il y a quarante ans à peu près."