• zeybel-mausolee

    Mausolée de Zeynel Bey

  • mersin-autres-maisons

    Mersin, maisons peintes

  • izmir-golfe

    La côte d'Izmir vers Göztepe

  • Monastère de Sumela

    Fresque, Monastère de Sümela, près de Trabzon

  • Gilindere

    La grotte de Gilindere

  • Harran et ses maisons-ruches

    Harran, maisons-ruches, üzellik etc

  • izmir-urla

    Urla, près d'Izmir

  • famille-1920

    Famille, picnic, vers 1920

  • zumrudu-anka-1923

    Zümrüd-ü Anka, magazine satirique, 1923

  • cannakale

    Çanakkale, la traversée du détroit

  • portrait-homme

    Portraits d'hommes, 1920-1930

  • Efes

    Ephèse, un site exceptionnel

  • Shahmeran

    Shahmeran, la femme-serpent

  • Moutons et kangals

    Moutons et kangals en Anatolie

  • Zeugma muzesi

    Dionysos, Musée des mosaïques de Zeugma, Gaziantep

  • Mersin

    Tempête à Mersin, mars 2015

  • Beypazari

    Beypazari, dans la vitrine d'un bijoutier

  • Istanbul, barques

    Istanbul, barques, 1939

  • Burgazada

    Vue d'Istanbul depuis Burgazadasi

  • Uskudar

    Üsküdar, Scutari, une rue au début du XXe siècle, carte postale

Cet ouvrages, destiné avant tout à des étudiants, est un manuel scolaire qui présente la grammaire de la langue turque et les formes grammaticales de la langue arabe et de la langue persane qui sont utilisées dans le turc osmanli. "La langue turque emprunte à l'arabe et au persan un grand nombre de termes et de locutions, qui conservent, dans le style, leurs propriétés ou leur vie propre originale."

Description

[Frère Eustache Louis de la Doctrine chrétienne], Grammaire complète de la langue turque, comprenant les trois éléments turc, persan, arabe, par F. E. L.,...  Constantinople, Typographie et lithographie Ahmed Ihsan, vis-à-vis la Sublime Porte, 1907, In-16, XI, 1 folio, 476, III pages, cartonnage éditeur

Description

Les mots écrits en caractères arabes, ne sont accompagnés d'aucune transcription en caractères latins. Nécessité pédagogique, selon l'auteur, car cela oblige à bien s'imprégner de la langue. Le professeur, puisque ce livre est un manuel scolaire, est là pour expliquer et pour aider l'étudiant à surmonter les difficultés de l'orthographe.

La chapitre sur l'orthographe évoque les réformes en cours consistant surtout à pallier l'absence de voyelles, qui représente la plus grande difficulté, avec ce que l'auteur appelle les "lettres orthographiques". On arrive ainsi à une orthographe plus phonétique, prélude à la grande réforme de 1928. Par exemple, "autre" s'écrivait "bşka", il s'écrira "başka" (nous transcrivons les caractères arabes en caractères latins).

L'ouvrage est cité dans un compte-rendu de J. Deny (1879-1963), le grand turcologue français, sur l'ouvrage "Le Parfait Turc…", 1910 d'Alfred Radspieler, paru dans le Journal Asiatique, 1910 :

"Le plus curieux c’est que les deux systèmes [de description de la langue turque], l’européen et l’oriental [qui mélange les trois langues], se sont ignorés de parti pris jusqu’à une date toute récente. Citons comme tentatives intéressantes de rapprochement, de notre part, le livre publié par le Frère Eustache Louis de la Doctrine chrétienne sous la signature F. E. L. (Grammaire complète de la langue turque comprenant les trois éléments turc, persan, arabe, Constantinople, Ahmed Ihsan, 1907), et de la part des Turcs celle de Hüseïn Djahid, le déjà célèbre directeur du Tanin [Türkce sarf u nahv, Constantinople, Ahmed lhsan, 1324). Chacun de ces deux livres a ses mérites et constitue en quelque sorte une innovation. "

Accessible en ligne sur le site de la BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3701077/f1.image

  • fel-gram-turque-000
  • fel-gram-turque-000a
  • fel-gram-turque-001
  • fel-gram-turque-005
  • fel-gram-turque-040
  • fel-gram-turque-041
  • fel-gram-turque-172
  • fel-gram-turque-173
  • fel-gram-turque-178
  • fel-gram-turque-179

Simple Image Gallery Extended

Extraits

AVANT-PROPOS.

Il a été publié en français fort peu de Grammaires Turques. Parmi ces manuels, les uns, déjà anciens, sont incomplets et n'ont plus qu'une valeur historique. D'autres, plus récents, sont plutôt destinés aux amateurs,  soit à cause cle leur prix élevé, soit par suite de la méthode adoptée par leurs auteurs et de la prononciation figurée qu'ils renferment.

Cet essai est spécialement destiné à l'enseignement dans les écoles ; dès lors, le plan en était tout tracé : donner à cette nouvelle Grarnmaire. Les qualités qu'exige tout manuel classique, c'est-à-dire la clarté et la précision dans l'exposé, la sobriété clans les détails, ainsi qu'une disposition et une division convenables des matières traitées.

De la prononciation figurée.

Plusieurs auraient souhaité trouver dans ce livre la prononciation des mots turcs, figurée en caractères français. L'écriture turque étant dépourvue de voyelles clairement définies, présente, en effet, aux débutants, de sérieuses difficultés; mais la figuration doit être claire et juste, autrement on ne peut échapper au grave inconvénient de donner une prononciation erronnée. Or l'alphabet français ne correspond pas aux besoins de la langue turque. La prononciation, ou.l'accent, varie parfois d'une province à une autre; de plus l'obligation où l'on est de représenter des articulations simples turques par des combinaisons de lettres comme dj, tch, kh, ch, th, gh, etc. et l'impossibilité de rendre la valeur exacte de plusieurs autres, oblígeraient à attribuer aux caractères latins des valeurs qu'ils n'ont pas en français. Un manuel classique suppose d'ailleurs l'action du professeur, et dès lors, la prononciation figurée, plutôt nuisible aux élèves, devient totalement inutile.

De la Nomenclature grammaticale.

Pour écrire une Grammaire Turque, il semble rationnel de se conformer aux Grammairiens ottomans et d'adopter la nomenclature, ou technologie, consacrée par l'usage.

Un fait étrange à signaler est le désaccord complet qui existe sous ce rapport, entre les Grammaires en usage dans les écoles turques et les ouvrages similaires publiés en français. Ces derniers seraient plus exactement intitulés : Grammaire Française adaptée à la Langue Turque.

Le système est peut-être bon pour des amateurs linguistes; il ne l'est point Iorsqu'il s'agit d'étudiants, qui, destinés à vivre dans le pays, doivent acquérir une connaissance approfondie de la Langue Turque.

Des éléments arabes et persans.

Il serait fastidieux de chercher à réfuter ce préjugé décourageant que "la connaissance de l'arabe et du persan est indispensable pour savoir le turc". Il y a des degrés dans la connaissance d'une langue, et ce qui convient au professeur ou à l'érudit, peut être parfaitement superflu dans le monde des affaires.

Il convient cependant de remarquer que la langue turque emprunte au persan et à l'arabe un grand nombre de termes et de locutions, qui conservent, dans le style, leurs propriétés ou leur vie propre originelle. Ces éléments, aujourd'hui fixés par l'usage et les écrivains, sont le plus riche ornement de la langue des Osmanlis, et toute grammaire complète doit les étudier.

Ce ne sera pas un des moindres mérites de ce manuel d'apporter dans cet important domaine un peu d'ampleur et de clarté.

Division de ce livre.

Cet ouvrage a été divisé en deux parties bien distinctes, destinées à former un programme de deux années. La syntaxe, plutôt spéculative, n'est point l'objet d'une section spéciale; elle a été réduite aux principes essentiels.

Les exemples, au contraire, ont été multipliés, car ils justifient la théorie et la fixent dans la mémoire. .

De la première partie.

La première partie de la Grammaire complète comprend d'abord une leçon préliminaire sur les généralités, les lettres et les divers signes écrits. Elle traite ensuite du Nom, de l'Artícle arabe, du Qualificatif, des Indéfinis, du Pronom, de l'Infinitif, du Verbe et des Particules.

Un chapitre sur l'orthographe a paru nécessaire, étant donné le courant de réforme qui tend à la modifier en la simplifiant.

Les Grammairiens ottomans ne font pas mention de l'adverbe. Ce n'est pas, en effet, un élément distinct de la langue, mais bien une fonction spéciale et accidentelle des autres mots. Néanmoins, il a semblé utile d'en faire la matière d'un chapitre spécial.

La conjugaison du verbe a été présentée sous une forme nouvelle qui semble aplanir bien des difficultés. Enfin, les particules, d'un emploi si complexe, n'ont été que mentionnées afin de ne pas surcharger cette partie déjà très étendue.

De la seconde partie.

Les compléments, ou seconde partie, traitent de la dérivation arabe, des pluriels arabes, et des dérivés et composés persans.

La dérivation arabe manque généralement dans les manuels scolaires de grammaire, ou bien elle est présentée d'une manière aride et véritablement inintelligible à quiconque ne la connait déjà.

ll suffit de lire une page de turc pour reconnaitre, dans les mots d'origine arabe, similitude de forme ou communauté de racine. C'est cette étude indispensable des racines et de leurs variations qui fait l'objet du chapitre de la dérivation.

La connaissance de ces principes facilite singulièrement la lecture et l'orthographe. Elle donne la notion exacte de la compréhension des mots, et permet de saisir à première vue, par simple analogie, le sens des termes.

ll n'a été question que des mots arabes usités en turc. Par suite, un bon nombre de cas particuliers ont été éliminés, vu le manque d'applications qui en soient l'objet.

Les Pluriels irréguliers arabes sont très usités en turc. La liste complète en a été dressée et insérée à titre documentaire. Ils pourront faire l'objet d'exercices de mémoire.

Les Composés persans, presque inconnus du langage ordinaire, forment une des richesses de la littérature ottomane. On trouvera, dans le dernier chapitre de cet ouvrage, non tous les composés dont beaucoup sont laissés à la discrétion des écrivains, mais les plus usités des éléments composés qui permettent d'en saisir le sens.

Une Grammaire n'est pas un cours de composition, ni à plus forte raison un dictionnaire. C'est un Code toujours perfectible, qui, sans entrer dans le dédale des exceptions et des particularités, présente. rationnellement gradués, les éléments généraux de la Langue; et c'est dans ce sens que nous l'appelons "complète".

Si le prix des choses se mesure au travail qu'elles ont coûté, il est permis d'espérer que la « Grammaire complète de la Langue Turque » aura quelque valeur. Elle ne prétend autre chose que combler une lacune et rendre service tant aux étudiants de la belle langue turque, qu'aux Ecoles Françaises du Levant.

Constantinople, 1907

 

***************

Origine et Formation de la Langue Turque.

Vers 1227 de l'Ere Chrétienne (623 de l'Hégire), une tribu turque, commandée par Suléïman Schah, abandonnait les plaines de l'Asie Centrale pour venir demander asile à Alaeddin ler, Sultan Seldjoukide de Konia (Iconium) [Konya].

Leur demande fut rejetée; aussi résolurent-ils de revenir sur leur pas. Au passage de l'Euphrate, Suléïman Schah se noya dans le fleuve. Ce fut pour l'armée un mauvais présage, et ceux qui n*avaient pas encore franchi les eaux, refusant de suivre leurs frères, se donnèrent pour chef Ertogrul Bey, fils de Suléïman. A la tête de cette petite troupe, Ertogrul réussit à se faire admettre au nombre de vassaux d'Alaeddin.

Le monarque n'eut guère qu”å. se louer de la fidélité de ses nouveaux sujets. Pour récompenser Ertogrul du secours efficace que celui-ci lui prêta contre de nouveaux envahisseurs Mogols, le Sultan lui assura une demi-indépendance aux frontières byzantines, au poste d'honneur de l'avant-garde musulmane.

Ertogrul ne songea plus qu'à élargir les limites de son petit état, en se frayant un passage vers la riche plaine de Brousse (Prusium) et la mer; Bientôt son fils Osman voyait s'ouvrir devant lui un brillant avenir.

Entouré d'ennemis, sans cesse envahi par les Mogols, l'empire Turc Seldjoukide de Konia succombait avec son dernier prince, Alaeddín III. Délié de ses engagements, Osman fut proclamé par ses soldats Sultan indépendant des pays qu'il occupait, exemple qui fut imité par tous les vassaux de l'Empire.

Ce fut le commencement d'une brillante épopée. Le Sultan Osman sut affirmer sa prépondérance sur ses voisins; son fils Orhan s'empara de Brousse et en fit la capitale du jeune empire. Le nouveau peuple s'appeIa de son chef "Osmanli", que l'Occident a traduit par "Ottoman".

Bientôt les détroits furent franchis, les provinces byzantines envahies et successivement conquises. En 1453 (857 de l'Hégire), Constantinople était prise par le Sultan Mahomet II le conquérant, sixième successeur d'Osrnan.

Ce court exposé permet de suivre dans ses évolutions la Langue du peuple conquérant. Seldjoukides et Osmanlís, ayant une commune origine,  parlaient le même ídiome, l'Ouygour ou Tchagataï. Les premiers subirent rapidement l'influence de l'ancienne civilisation des Persans, dont ils adoptèrent peu à peu la langue et les usages. Il n'en fut pas de même des seconds. Le peuple Ottoman a conservé sa langue et l'invasion du Persan et de l'Arabe dans le langage littéraire est un fait anormal, plutôt que le résultat d'une nécessité ou d'une influence naturelle.

Le Persan, harmonieux et doux, exerça toujours une sorte de fascination sur les esprits; sa littérature fut étudiée avec passion par les amis des lettres. Il lui empruntèrent, pour en émailler leur style, ses riches épithètes.

L'arabe, langue savante et forte, est la langue sacrée de la religion. Elle fut de tout temps enseignée dans les écoles (medressé) fondées auprès des mosquées. La philosophie et la Théologie lui empruntèrent ses termes abstraits; l'histoire, la diplomatie et les sciences ses fortes racines et ses termes techniques.

Comme conséquence naturelle de ces tendances, le dialecte turc primitif resta langue vulgaire. Une foule de ses termes vieillirent et tombèrent dans l'oubli. Les lettrés Ottomans écrivírent en persan ou en arabe; quelques-uns, mélangeant ces deux langues au dialecte turc,.créèrent un idiome qui leur était tout personnel, et il arriva ce fait étrange que de telles œuvres ne purent être comprises que d°une rare élite de lettrés.

Une épuration s'imposait. Elle fut entreprise, il y a cinquante ans à peine, par une pléiade de brillants écrivains. L'histoire littéraire ottomane conservera les noms des Réchid Pacha, Akif Pacha, Pertev Pacha, Chinassi Effendi, et tant d'autres qui se vouèrent à cette grande œuvre.

Aujourd'hui la langue nationale des Osmanlis a conquis une vie propre, une autonomie complète. Elle est devenue littéraire tout en conservant son génie primitif, si différent des génies arabe et persan. Sans doute, elle s'est enrichie des vigoureuses locutions arabes et des harmonieuses épithètes persanes; mais il n'est plus permis de puiser sans discernement dans les glossaires des deux langues, Ces éléments étrangers ont importé avec eux les lois grammaticales qui les régissent, mais ils sont des sujets et non plus des maîtres, et ils se plient aux règles générales de la Grammaire Turque.

La Langue Turque apparaît aujourd'hui sous deux aspects bien distincts : la Langue vulgaire et la Langue littéraire.

L'idiome vulgaire est formé d'un nombre de mots relativement restreint.

Il subit progressivement des modifications, par l'oubli des termes turcs remplacés par des mots arabes, persans ou étrangers. C'est l'idiome de Constantinople et des grandes villes qui a fait et fait encore de grands progrès dans ce changement. Il est caractérisé par l'harmonie des sons, la douceur de la prononciation et la suppression presque totale des articulations gutturales.

Sous le rapport littéraire, la jeune langue des Osmanlis ne le cède en rien aux langues modernes pour la richesse et la variété des expressions, la concísion et la vigueur de la phrase, grâce aux emprunts judicieux faits à l'Arabe et au Persan. Elle est digne des linguistes et des savants orientalístes, elle mérite surtout l'attentíon et les efforts des nombreux étrangers établis dans l'Empire Ottoman.

Constantinople, 1er janvier 1907

Extrait page 9

PARTIES DU DISCOURS.

33.  — Il y a, dans la langue turque, cinq sortes de mots ou parties du discours ; ce sont : 1° Le nom, 2° Le qualificatif ou adjectif. 3° Le pronom. 4° Le verbe. 5° Les particules.

34.  — La langue turque est une langue bien définie, ayant son génie spécial, aussi différente des langues européennes ou anciennes que de l’arabe et du persan. Ses éléments constitutifs sont :

1° Un dialecte primitif, ou turc proprement dit, plus ou moins modifié dans la suite des siècles, mais ayant ses termes et sa grammaire. Il domine dans le langage parlé vulgaire ;

2° Un grand nombre de termes arabes, qui tantôt subissent les règles de la grammaire turque, et tantôt sont régis par celles de leur langue mère ;

3° Beaucoup de termes persans, identifiés aux mots turcs, ou traités suivant les règles de la grammaire persane ;

4° Quelques termes d’origine étrangère, italiens, français, grecs, slaves, hongrois, etc., traités comme de simples mots turcs.

L’ensemble de ces éléments constitue la Langue ottomane ou langue des Osmanlis, vulgairement appelée Langue  turque.

Sommaire

Avant-propos  V-VIII

Origine et formation de la langue turque IX-XI

Table générale des matières [XII]

Ire partie

Chapitre I. Du nom … 10

Chapitre II. De l'article arabe … 64

Chapitre III. Du qualificatif … 67

Chapitre IV. Du pronom … 129

Chapitre V. De l'infinitif … 143

Chapitre Vbis. Du Verbe … 158

Chapitre VI. De l'adverbe … 270

Chapitre VII. Des particules … 279

Chapitre VIII. De l'orthographe … 287

IIe partie

Chapitre I. De la Dérivation Arabe … 298

Chapitre Additionnel. Des Noms de Personne … 382

Chapitre II. Des Pluriels Arabes … 389

Chapitre III. Des Composés Persans …435