Imprimer
Catégorie : Relations franco-turques
Affichages : 2640

Gaston des Godins de Souhesmes était journaliste et essayiste dans la 2e moitié du XIXe siècle. Il vécut plusieurs années à Istanbul et publia plusieurs ouvrages sur la Turquie dont un "Guide de Constantinople et de ses environs", "Au pays des Osmanlis" et "Turcs et Levantins".

Il fonda également une éphémère "Revue française de Constantinople". Dans la carte reproduite ci-dessous et qui date de 1887, il réclame le paiement à un de ses abonnés, un curé de Salonique.

Carte envoyé à Salonique

Recto

Le cachet de la poste est peu lisible. La lettre est adresée à :

Monsieur le Curé de l'Eglise de l'Immaculée Conception à Salonique
Turquie

revue-francaise-1887-1.jpg

Verso

revue-francaise-1887-2.jpg

Péra, le 30 juin 1887
Monsieur le Curé,
Je vous serais reconnaissant de vouloir bien me faire parvenir sans retard, et par mandat postal dont le talon vous tiendra lieu de reçu, la somme de 16fr, 80c (4 medjidiés), montant d'un abonnement d'un an à la "Revue française de Constantinople" qui vous a été adressée depuis le 7 Mai, et dont vous ne m'avez retourné aucun numéro pour avis de refus.
Veuillez agréer, Monsieur le Curé, mes salutations les plus distinguées.
G.[aston] des Godins de Souhesmes

revue-francaise-1887-2a.jpg


Gaston des Godins de Souhesmes fonda et dirigea la "Revue française de Constantinople" dont nous n'avons trouvé qu'une seule année référencée, l'année 1887.
Il est cité dans l'Annuaire oriental (ancien Indicateur oriental) du commerce, de l'industrie, de … de 1891, comme "publiciste et correspondant de journaux, R[ue] Luledji Handek, 87".
En 1897, il est cité comme ancien directeur-rédacteur en chef des "Nouvelles d'Orient".

Turcs et Levantins,1896

Ce livre est en ligne sur le site de la Digital Library of Modern Greek Studies, Anemi.
http://anemi.lib.uoc.gr/php/pdf_pager.php?rec=/metadata/7/3/a/metadata-395-0000000.tkl&do=141312_w.pdf&pageno=1&width=728&height=516&pagestart=1&maxpage=194&lang=en
Sommaire

I. Ethnographie 1
II. L'heure à la turque 63
III. Monnaies turques. Les sarâf 66
IV. Les calendriers en Orient 75
V. Choses et autres 83
- Une révélation
- La calligraphie en Orient
- Le surè-i humayoun
- Histoire d'un manuscrit précieux du Koran
- Légende rouméliote
VI. Visite dans un harem 96
VII. La musique turque 108
VIII. Les derviches 115
IX. Le brigandage 121
X. Les visites à Constantinople 140
XI. La langue française en Orient 154
XII. Le dimanche à Constantinople 180
XIII. Comment on mange en Turquie 196
XIV. Ce qu'on y boit 225
- L'eau
- Le mastiq
- Le vin
- La bière
 - Les spiritueux
XV. L'habitation à Constantinople 282
XVI. Les servantes 315
XVII. Les rues de Constantinople 325
XVIII. Les chiens des rues 339
XIX. Les cris de la rue 355
XX. Deux mois sur le choléra à Constantinople

Même si l'auteur ne manque pas de préjugés. Voici la première phrase : "Les Turcs ont la démarche noble et grave, le regard calme et indolent."
Plus loin il écrit : "[...] il y a deux espèces de Turcs : le paysan et le citadin, le Turc d'Asie et le Turc d'Europe, l'homme du peuple et celui qui a revêtu la livrée officielle. Autant le premier est probe et franc, autant le second est fourbe et menteur."
Mais son ouvrage est plein de détails nombreux sur la vie quotidienne à Istanbul où il a vécu assez longtemps

Il se veut précis et prend le ton du journaliste : "Lamartine, Chateaubriand, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Mme de Gasparin, Edmond About, de Amicis et autres écrivains ont décrit la féérie ; moi, je vous fais pénétrer dans les coulisses, dans les dessous." (page 212).

Il montre une très bonne connaissance de la cuisine turque dont il n'apprécie pas du tout certains plats : par exemple, il déteste les tomates, et tout ce qui est préparé avec elles, ainsi que les aubergines utilisées dans les imam-bayildi.
Il apprécie cependant les "plats doux, les sirops, les confiture, quelques menus confiseries et pâtisseries de ménage", les beureks (börek) et les tcheureks (çörek) et écrit : "Les Turcs excellent dans l'art de fabriquer des douceurs." Et de citer baklava, helva, lokum etc
Il mange volontiers du yaourt qui fait selon lui un excellent dessert. Une opinion prémonitoire en cette fin du XIXe siècle où il est inconnu en France.

A noter, le chapitre sur les boissons qui est lui aussi assez complet : on y trouve la description de boissons comme le raki (qu'il écrit raqeu) ou la bière et de leur consommation plus répandue que l'on pourrait alors l'imaginer dans un pays musulman.

Certaines remarques sont très intéressantes et éclaire l'histoire du pays et son évolution : "Chez les Osmanlis, l'idée de Patrie n'existe pas : tout se rapporte au sultan, "ombre de Dieu sur terre" [...]".

Essai de bibliographie

Il publie de 1872 à 1899.

** : signale les ouvrages que l'auteur cite lui-même dans ses bibliographies
*** : signale les ouvrages que l'auteur cite lui-même dans ses bibliographies, mais dont nous n'avons trouvé aucune trace dans les bibliothèques.

** Mémoire et Lettres sur quelques réformes à introduire dans notre système économique et financier, Paris, Dentu, 1872, 86 pages

** Blocus de Metz en 1870, Bazaine, Coffinières, avec pièces et documents à l'appui et accompagnée d'une carte des environs de Metz, Verdun-sur-Meuse, C. Laurent , 1872

** Tunis, histoire, moeurs, gouvernement, administration, climat, productions, industrie, commerce, religion, etc., G. Guérin, 1875, 346 pages

Chez les Orientaux, Ed. Collot, 1888, 52 pages

Le sultan Abdul-Hamid Khan II, Courbevoie,  Aux bureaux de la Revue , 1890 (extrait de la "Revue exotique illustrée", 1er mai 1890)

Les chiens de Constantinople, Paris,  A. Clavel, 1890 (extrait des "Soirées littéraires", 16-23 février 1890, repris et complété dans "Turcs et Levantins", 1896)

*** Lamartine, ouvrage couronné par l'Académie de Mâcon, avec deux autographes, Mâcon, 1891

** Guide de Constantinople et ses environs, Téké de Péra, 1891, 278 pages (** traduction an Anglais par G. P. Cacavas, Istanbul, Ed. A. Zellig fils, 1893)

A MM. les sénateurs et députés, à la presse, à l'opinion publique. Comment les Français sont protégés en Turquie, impr. réunies L. Durand et fils, 1892, 88 pages

?? Huit ans en Turquie, 1893
Ce texte est uniquement cité dans Archives du Museum d'histoire naturelle de Lyon, 1895 dans l'article "Turcs : ethnogénie et ethnographie". Nous n'en avons pas trouvé d'autre trace.
Peut-être s'agit-il d'un article.

Au pays des Osmanlis
, Paris, 1894, IV, 400 pages
Une critique dans la "Nouvelle Revue", janvier-février 1895,  trouve l'ouvrage trop négatif pour la Turquie, surtout dans une période où l'Angleterre y a une trop grande influence.
Une autre, dans "Le Monde Illustré", 12 janvier 1895, est louangeuse : "Après un long séjour en Turquie, notre confrère G. des Godins de Souhesmes vient de publier une étude très intéressante et très documentée sur les Turcs."
Il y a un exemplaire de cet ouvrage était dans la bibliothèque de Mustafa Kemal Atatürk.

Turcs et Levantins
, Victor-Havard, 1896, 382 pages
Voir ci-dessus.

Les Étudiants allemands, étude de moeurs, Paris, 14, rue Halévy , 1899, 11 pages