Imprimer
Catégorie : Géographie
Affichages : 1101

extrait de Elisée Reclus, Nouvelle géographie universelle

Dans son ensemble, le rectangle de l'Asie Mineure est un plan incliné vers la mer Noire. C'est dans la partie méridionale de la Péninsule, au-dessus des plages de la Méditerranée, que s'élèvent les massifs les plus hauts et que s'alignent les chaînes maîtresses. Le versant septentrional de ce rebord méditerranéen se confond avec les plateaux du centre de l'Anatolie, et ces plateaux eux-mêmes sont découpés dans tous les sens par des rivières dont les vallées, graduellement élargies, débouchent à la mer Noire. Seulement au nord, là où la côte de l'Asie Mineure s'avance en une grande courbe convexe dans les eaux du Pont-Euxin, des massifs indépendants et comme insulaires se dressent entre les bassins des fleuves Kizil irmak et Sakaria [Sakarya], limitant au nord une plaine centrale dont la dépression est encore emplie par les restes d'une mer intérieure. Les montagnes qui bordent à distance le littoral du sud et qui se partagent en massifs et en chaînons irréguliers, affectent d'une manière générale la forme d'un croissant dont la convexité est tournée vers la Méditerranée, correspondant ainsi à la courbe septentrionale du littoral de la mer Noire. Ces monts du sud de l'Asie Mineure sont en général désignés sous le nom de Taurus.

On sait qu'anciennement cette appellation de Taurus était, comme celle de Caucase, un de ces termes vagues qui s'appliquaient aux montagnes les plus distinctes et les plus éloignées. Dans toute la Péninsule, des sommets appelés Davr et Davri sont autant de Taurus, sous une dénomination à peine modifiée. D'après la plupart des écrivains de l'antiquité, le Taurus est l’ensemble de toutes les lignes de faîte qui, des promontoires occidentaux de l’Asie Mineure aux rivages inconnus de l’Extrême Orient, forment le diaphragme de l'Asie. De nos jours, ce nom est encore appliqué d'une manière générale à plusieurs chaînes distinctes de l'Asie Antérieure, mais on prend soin d'ordinaire de préciser chaque région des montagnes par la désignation de la province où elles s'élèvent. Ainsi le Taurus arménien est l'ensemble des massifs de l'Arménie sud-occidentale que traverse l'Euphrate pour s'échapper vers les plaines de la Mésopotamie ; le Taurus cilicien est le bastion d'angle qui s'élève au sud-est du plateau de l'Asie Mineure au-dessus de la vallée du Seïhoun ; puis les Taurus d'Isaurie, de Pisidie, de Lycie se succèdent de l'est à l'ouest. Les noms turcs locaux, dont le sens est moins vague, s'appliquent aux saillies montagneuses ayant une individualité précise.

Tandis que dans la haute Arménie et le Pont, au nord du Mourad, l'ossature continentale est formée par les chaînes pontiques ; voisines de la mer Noire, c'est vers la Méditerranée que l'épine dorsale des terres émergées se reporte dans l'Anatolie ; mais un faite transversal réunit les deux systèmes de montagnes en suivant la direction du nord-est au sud-ouest, qui est celle de tous les traits du relief géographique dans cette partie de l'Asie Mineure, monts, vallées et plages. Le premier chaînon du faîte qui rattache les Alpes pontiques au système des Alpes ciliciennes est le Karabel-dagh [Karabel Geçidi], interposé entre la grande courbe de l'Euphrate à Eghin et les hauts affluents du Kizil irmak. Son altitude est considérable, puisque la cime la plus élevée atteint 1764 mètres ; mais le socle de hautes terres qui le porte est à 1500 mètres : relativement aux plateaux environnants, il n'est donc qu'une humble rangée de collines. C'est le commencement du système montagneux de l'Anti-Taurus, qui se développe vers le sud-ouest en remparts parallèles, d'autant plus hauts en apparence que leur base est plus profondément érodée par le Seïhoun et ses affluents. D'ailleurs ces murs de rochers, coupés de distance en distance par des brèches étroites et d'accès difficile, s'élèvent réellement en avançant dans la direction du sud ; jusqu'au mois de juillet, les cimes du Khanzir-dagh ou « Mont des Sangliers », du Bimbogha-dagh [Binboğa Dağları] ou « Mont des mille Taureaux » et autres chaînes de l'Anti-Taurus sont blanches de neige ; dans mainte anfractuosité rocheuse, des névés persistent toute l'année. Un des sommets du Kozan-dagh a 2812 mètres ; à l'est du Seïhoun, une des pointes du Kermez-dagh atteindrait même 5200 mètres. Les abondantes pluies que reçoit cette partie méridionale de l'Anti-Taurus, comparée aux plateaux ondulés du nord, lui donnent aussi une végétation plus riche, de vastes forêts, des pentes gazonnées et fleuries. Quelques-unes des vallées où naissent les ruisseaux tributaires du Seïhoun contrastent singulièrement par la variété de leurs plantes et l’éclat de leur verdure avec la flore appauvrie des régions centrales de l'Asie Mineure (1).

Dans le pays même, les divers fragments de chaînes qui se succèdent du nord-est au sud-ouest, en formant une légère convexité du côté de l'Occident, ne sont pas désignés par un nom collectif. L'appellation d'Anti-Taurus qui leur est donnée par les géographes n'est point justifiée, car, au lieu de se dresser en face du Taurus cilicien comme un massif rival, ils appartiennent au même système orographique et n'en constituent qu'une continuation, quoique légèrement déjetée par une faille intermédiaire. L'Anti-Taurus continue les monts de Cilicie comme dans les Pyrénées la chaîne méditerranéenne continue celle de l'Atlantique, dont elle n'est séparée que par le val d'Aran. La coupure entre les deux moitiés des monts tauriques est la dépression dans laquelle passe le Zamantia-sou, l'affluent occidental le plus abondant du Seïhoun ; à l'ouest s'alignent les sommets de l'Ala dagh, extrémité septentrionale du Taurus cilicien ; à l'est le Ghedin-bali et le Kozan-dagh commencent l'Anti-Taurus, mais plusieurs rangées que l'on considère comme appartenant à cette moitié du système taurique se prolongent à l'ouest de la vallée du Zamantia-sou : telles sont le Kaleh-dagh et le Khanzir-dagh. A l'est, le Kermez-dagh se rattache par le groupe du Berut, haut de 2400 mètres, à d'autres remparts parallèles, non moins réguliers que ceux de l'Anti-Taurus, mais suivant une direction différente, celle de l'ouest à l'est : ce sont les chaînes du Taurus arménien qui repoussent l’Euphrate vers l'orient, avant de se fissurer en cluses pour laisser passer les eaux du fleuve. Au sud, une chaîne distincte, bien limitée par la vallée profonde de l'Ak sou, affluent du Djihoun, constitue le rempart sud-oriental de l'Asie Mineure : c'est le Ghiaour-dagh ou « mont des Infidèles », ainsi nommé des Arméniens et des Grecs qui en habitent les vallées. Il se dirige du nord-est au sud-ouest et se rattache par un chaînon transversal aux monts syriens de l'Amanus. Interrompu par de profondes dépressions, il reparaît au bord du golfe d'Alexandrette pour former les deux massifs du Djebel-Nour ou « montagne de la Lumière » et du Djebel-Missis. Le Djihoun contourne ces montagnes au sud en serpentant dans une large plaine d'alluvions, mais au delà quelques collines, jadis insulaires, qui s'élèvent au  milieu  des marais, continuent la chaîne, pour se terminer au promontoire abrupte de Kara tach |Karatas] ou de la « Pierre Noire ».

1. P. de Tchihatcheff, ouvrage cité.

Le Taurus cilicien proprement dit commence par le superbe massif de l’AIa dagh ou « mont Bigarré », dont une cime, l'Apich Kardagh [Apiskar dağ], dépasse 3400 mètres ; mais ces montagnes dégagent leurs cimes d'un tel labyrinthe d'autres chaînes transversales ou parallèles, qu'il faut se trouver à une grande distance ou gravir quelque contrefort pour voir dans son ensemble la haute rangée des blancs sommets. Pourtant cette masse puissante, qui forme au sud-est le rempart extérieur du plateau de l'Asie Mineure, ne constitue point un faîte de partage pour l'écoulement des eaux. Deux rivières, qui naissent sur les hautes terres de l'intérieur, traversent l'AIa dagh [Aladağ] de part en part pour aller rejoindre le Seïhoun, formé lui-même de tous les cours d'eau issus des vallées parallèles de l'Anti-Taurus. Les deux cluses dans lesquelles s'engagent les rivières Göklu-sou et Tchekid-sou sont absolument inaccessibles, et de l'un à l'autre versant il faut escalader la chaîne par de périlleux sentiers ; une des hautes brèches est désignée en d'anciens itinéraires par le nom de Karghah-Kermez [en Turc, Karga gelmez ?], « Infranchissable aux Corbeaux » (1). Le seul chemin par lequel les chariots de l'artillerie puissent pénétrer de la zone du littoral dans l'intérieur de l'Anatolie remonte la rivière du Cydnus au nord de Tarse, puis entre dans une gorge latérale, celle du Gulek-boghaz [Gülek Boğazı], pour contourner les escarpements qui dominent à l'ouest la cluse du Tchekid-sou.

[Portes ciliciennes]

Ce passage des « Pyles » ou Portes Ciliciennes, dont l'altitude est de 966 mètres (2), fut toujours de la plus haute importance stratégique, car c'est là que vient aboutir la ligne diagonale de l'Asie Mineure entre le Bosphore et le golfe d'Alexandrette ; là doivent passer les armées qui se dirigent de Constantinople vers le littoral syrien ou vers la grande courbe de l'Euphrate à son entrée dans la Mésopotamie. Nulle voie n'est plus fameuse dans les fastes militaires que cet étroit défilé où convergent les routes de la Péninsule. Avant Xerxès et Alexandre, la gorge avait été franchie par maint conquérant, et après eux passèrent de nombreux envahisseurs. En 1836, Ibrahim-pacha, le vainqueur de Nizib, avait puissamment fortifié le Gulek-boghaz pour barrer la route aux armées turques ; en outre, tous les sentiers qui traversent la crête étaient rendus impraticables par des travaux d'art ; tout le Taurus cilicien était transformé en imprenable citadelle.

1. Ainsworth, Journal of the Geographical Society, 1840.
2. G. Favre et B. Mandrot, Bulletin de la Société de Géographie de Paris, janv. 1878.

On voit encore quelques restes des redoutes égyptiennes, ainsi que des châteaux forts, construits par les Génois et les Arméniens ; ces ouvrages se succèdent à mi-pente au-dessus de la zone du littoral et correspondaient jadis par des signaux télégraphiques ; quelques traces de constructions se voient aussi dans le défilé. Au-dessus du chemin qui pénètre dans le Gulek-boghaz, on distingue parfaitement les restes d'une ancienne route taillée dans le roc par les Assyriens ou les Perses ; dans la partie la plus étroite de la gorge se voient les débris d'un autel et de deux tables votives, dont les inscriptions sont effacées, ainsi que les marches d'escaliers au-dessus desquelles étaient les portes qui se fermaient en temps de guerre. De nos jours, les « Pyles Ciliciennes » n'ont d'importance que pour le commerce, malgré les douanes intérieures qui prélèvent un droit sur chaque charge de chameau. Toutes les gorges qui traversent la chaîne du Taurus présentent un phénomène météorologique analogue à celui qu'on observe dans la cluse du Sefid roud [Sefid Rud], entre le plateau persan et les plaines basses du littoral caspien : un vent furieux s'y engage, soufflant alternativement d'amont en aval et d'aval en amont, suivant les oscillations diurnes de la température (1).

Toute la partie occidentale du Taurus cilicien, limitée à l'est par la gorge du Tchekid-sou, est connue spécialement sous le nom de Boulgar-dagh [Bulgar ou Bolkar Dağları] : c'est la chaîne que les voyageurs longeant la côte contemplent à l'horizon du nord et qu'on leur désigne comme le « Taurus » par excellence. C'est en effet une des plus hautes chaînes de l'Asie Mineure, l'une de celles qui par le profil hardi de leur crête en dents de scie et par la richesse de leur végétation rappellent le mieux les montagnes de l'Europe occidentale. Le Boulgar-dagh ressemble aux Pyrénées, si ce n'est que ses pics suprêmes sont un peu plus élevés et qu'ils s'alignent parallèlement à une côte marine où les villes blanches se montrent sous les touffes de palmes. La plus haute pointe du Boulgar-dagh, qui s'élève à 3500 mètres, — cent mètres de plus que le massif pyrénéen de la Maladetta, — est désignée dans le pays par le nom de Metdesis. L'ingénieur Russegger, qui gravit le premier cette montagne, en 1836, l'avait appelée Allah-Tepessi ou « montagne de Dieu », en souvenir du « panorama de beauté divine » qu'il avait contemplé. De cet observatoire, coupé à pic du côté du nord par un effroyable précipice, on voit tous les grands pics de la chaîne dont on occupe le point culminant. Au nord-est, l'horizon est limité par un chaos de montagnes de toutes les formes et de toutes les couleurs, les unes en terrasses, les autres en pyramides ou en aiguilles, jaunes ou rouges, noires ou grises : ce sont les contreforts du Boulgar-dagh, où l'on exploite les riches mines du plomb argentifère à Boulgar-maden.

1. Th. Kotschy, Reise in dem cilicischen Taurus.

Au-delà se dressent d'autres montagnes, l'Ala dagh et l'Anti-Taurus, dont les chaînes parallèles tracent sur le ciel les lignes entrecroisées de leurs profils. Au nord, sur le plateau, miroitent vaguement les eaux des grands lacs et brillent en étincelles les neiges de l'Ardjich [Erciyes], la plus haute cime de l'Asie Mineure. Au sud, on domine tout le versant des monts avec leurs contreforts avancés et leurs remparts qui s'allongent sur le sol de la plaine comme les racines d'un chêne. Au delà du premier rivage se voient encore les côtes de la Syrie, jusqu'à Latakieh, dessinées aussi distinctement que celles de Sicile, vues du sommet de l'Etna ; au milieu de l'eau bleue, des contours indécis entrevus à travers la brume indiquent les montagnes de Chypre. Quoique située dans la partie méridionale de l'Asie Mineure et pleinement exposée aux rayons solaires, la chaîne du Boulgar-dagh est blanche de neige pendant quelques mois et ses hautes brèches sont parfois complètement obstruées. Sur le versant septentrional, des névés parsemés de blocs et de débris se maintiennent pendant toute l'année : on avait cru reconnaître l'existence d'un petit glacier sur les pentes du Tchouban-houyou, l'une des montagnes voisines du Metdesis ; mais la formation de ces masses de glace transparente et bleuâtre est due à une source considérable qui fond les neiges, bientôt transformées en glace pendant les froides nuits (1).

Tandis que d'un côté le Taurus cilicien se dresse de toute sa hauteur, puisque la mer en limite la base, de l’autre côté ses parois calcaires dominent un plateau dont l'altitude moyenne dépasse 1000 mètres et sur lequel s'élèvent de nombreux massifs que de hautes terrasses rattachent au Boulgar-dagh et à l'Ala dagh. Des monts se succèdent sans interruption entre le Taurus et les groupes du Hassan-dagh, mais ces hauteurs appartiennent à un autre système géologique, celui des volcans qui flambaient jadis au centre de la Péninsule, sur les bords de l'ancienne mer intérieure. Un sommet dominateur s'élève à l'extrémité nord-orientale de cette région volcanique : c'est le cône puissant de l'Erdjieh (Ardjeh) ou mont Argée [Erciyes], qui dépasse toutes les autres cimes de l'Anatolie, ainsi que le savait déjà Strabon, né à quelques journées de marche au nord du volcan. D'après Tchihatcheff, le bord méridional du cratère est à 3841 mètres et quelques aiguilles de rochers perpendiculaires ou surplombants se dressent encore à une centaine de mètres plus haut (2). Au rapport des rares voyageurs qui, au temps de Strabon, avaient escaladé la montagne, le regard, par un ciel clair, découvrirait à la fois les deux mers, le Pont-Euxin et la « mer d'Issus ». Il n'en est rien. Du sommet, on contemple, il est vrai, un immense horizon, mais au sud les remparts du Boulgar-dagh et de l'Ala dagh cachent la Méditerranée, et c'est à peine si au nord-est on aperçoit les vagues linéaments des montagnes pontiques.

Le mont Argée repose sur un socle très élevé : au nord, la plaine de Kciïsarieh, la plus basse du pourtour, a plus de 1000 mètres d'altitude, tandis qu'à l'ouest un col, qui sépare le massif central d'un autre groupe volcanique, dépasse la hauteur de 1500 mètres. Des contreforts, des cônes adventices, des coulées de roches fondues entourent la montagne proprement dite et donnent à l'ensemble du groupe une superficie qui dépasse 1100 kilomètres carrés. En montant par le versant du sud, que choisit Hamilton, le premier gravisseur moderne de l'Argée, on s'élève successivement sur de larges terrasses disposées en degrés autour de la cime. Ijq cône suprême, haut d'environ 800 mètres, est coupé de crevasses profondes et les intempéries y ont creusé des ravins divergents, qui dessinent au bord du cratère une collerette de neiges blanches, descendant en longues traînées entre les scories rougeâtres.

1.  Th. Kotschy, ouvrage cité.

2.  Altitude du mont Argée :
d’après Hamilton  5962 mètres.
d’après Cooper    3993 mètres
d’après Tozer     4008 mètres [elle est en réalité de 3917 mètres]

Sur ces talus ravinés le moindre changement de température pendant la nuit suffît pour les faire glisser dans les neiges ; elles sont prises par le gel, mais au lever du soleil la chaleur les dégage : entraînées par la pesanteur, elles bondissent de rocher en rocher par-dessus les crevasses. Au printemps, à l'époque de la fonte des neiges, cette artillerie est des plus dangereuses et l'ascension doit se faire de nuit, avant que ta montagne se soit éveillée. En été, la neige 'disparaît complètement du versant méridional de l'Argée (1), mais il en reste toujours dans le profond cratère, où elles forment même de véritables glaciers.

1. Hamilton, Researches in Asia Minor ;  — P, de Tchihatcheff, ouvrage cité ; — Toser, Turkish Armenia and Eastern Asia Minor.

Encore à l'époque de Strabon, le mont avait un reste d'activité volcanique. Les pentes étaient couvertes de forêts, — qui ont disparu, — mais la plaine était « minée par un feu intérieur », d'où jaillissaient fréquemment les flammes ; au cinquième siècle de l'ère vulgaire, Claudien décrit les « sommets embrasés » de l'Argée. Tchihatcheff parle de monnaies retrouvées dans les environs de Kaïsarieh qui représentent la montagne en éruption. De nos jours, on n'a point observé de fumerolles ni de sources d'acide carbonique sur les pentes du volcan et des cônes d'origine ignée qui l'entourent ; mais partout l'aspect des scories, des coulées de laves et des cratères est celui que présenterait un foyer d'explosions à peine refroidi. L'Ali-dagh [Ali Dağı] au nord-est, le Sevri-dagh au sud-ouest, et d'autres montagnes par centaines, tertres ou simples buttes, qui s'élèvent dans la région volcanique, ont conservé leurs cratères. De tous les sommets volcaniques appartenant au système de l'Argée, les plus élevés, après le volcan principal, sont les cimes du Hassan-dagh [Hassan Dağı], qui ont près de 3000 mètres ; au sud-est, il se rattache à d'autres monts, à peine moins hauts, ceux du Yechil dagh [Yeşil dağ], qui se termine au-dessus des plaines par de brusques parois et des colonnades basaltiques ; au sud-ouest, la chaîne volcanique va rejoindre le Karadja-dagh [Karaca dağı], qui se prolonge jusqu'à 200 kilomètres de l'Argée. Un des cratères du Karadja présente une forme des plus curieuses et peut-être unique. La butte circulaire, que l'on voit à 8 kilomètres au sud-est de Karabounar [Karapınar], au milieu d'un petit lac salé, présente au sommet une coupe ovale dont le bord s'élève graduellement du côté de l'est et se termine en saillie surplombante (1) ; sans doute les matières liquides projetées par le cratère se sont figées sur l'orifice et l'ont ainsi fait saillir en dehors du cône comme le déversoir d'une amphore.

1. Tchihatcheff, ouvrage cité ; — Ainsworth, Travels in Asia Minor.

[Cilicie Trachée]

A l'ouest du Taurus cilicien, toute la région avancée du littoral comprise entre le golfe de Tarse et celui d'Adalia est occupée par un labyrinthe de montagnes, le Taurus d'Isaurie ou de la Cilicie Trachée. Les géographes n'ont pu encore identifier sûrement, parmi ces massifs, ceux qui avaient reçu des anciens les noms de Cragus, Imbarus, Andricus. D'ailleurs ces noms s'appliquaient surtout aux montagnes qu'on voyait de la côte, quelle que fût leur importance relativement aux pics plus élevés de l'intérieur. Le groupe principal de toute la région est le Gök-kouh ou « montagne du Ciel », dont les hautes cimes atteignent 3000 mètres ; la plupart des chaînons qui s'y rattachent se dirigent dans le sens du nord-ouest au sud-est, ainsi que les chaînes parallèles et la côte orientale du golfe d'Adalia. En dehors du Gôk-kouh, peu de cimes dépassent 1500 mètres. Malgré la faible hauteur de ces montagnes, le littoral de l'Asie Mineure n'a guère de côtes plus abruptes que celles de l'Apre Cilicie ou Cilicie Trachée, ainsi nommée par opposition aux plages basses de la Cilicie « Champêtre », qui s'étendent au pied du Boulgar-dagh, vers le golfe d'Alexandrette. Des promontoires de schistes, de conglomérats, de calcaires, de marbre blanc, se succèdent presque sans interruption sur tout le pourtour de la courbe du rivage qui fait face à l'île de Chypre, et parmi ces promontoires il en est qui se dressent en falaises verticales à plus de 200 mètres au-dessus des flots. Le premier cap que double le navigateur après avoir dépassé les côtes basses de la Cilicie Champêtre est la superbe presqu'île de la Pointe Cavalière, le Manavat des Osmanli, aux strates rubanées du plus bizarre effet. Unie à la terre ferme par une simple plage coupée d'étangs, cette péninsule forme une citadelle naturelle, transformée en une place forte par des murs de défense et des fossés taillés dans la pierre vive ; à quelques kilomètres à l'est, une autre roche de marbre, mais complètement entourée d'eau, l'île Provençale, est aussi couronnée d'une forteresse et l'on y voit en outre les débris de maisons et de chapelles. Ces restes de constructions militaires et religieuses, de même que les noms du cap et de l'île, encore usités par les mariniers de la côte, rappellent le séjour des chrétiens : ces deux rochers du littoral cilicien étaient au nombre des forteresses que Léon, roi d'Arménie, céda au pape, à la fin du douzième siècle, et où les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem établirent un refuge pour les esclaves chrétiens libérés (1). A l'ouest de la Pointe Cavalière, les autres promontoires, moins curieux par les souvenirs historiques, ne sont pas moins beaux : le cap Kizliman, également rattaché à la terre ferme par un isthme bas, se compose d'assises de la plus parfaite régularité et présentant les couleurs les plus variées, rouge, violet, brun, jaunâtre, bleu sombre. Plus loin vient le cap d'Anamour [Anamur], la pointe la plus méridionale de l'Asie Mineure.

1. F. Beaufort, Caramania.

Au nord du dédale montueux de la Cilicie Trachée, un massif isolé s'élève comme une île au milieu des plaines uniformes de Konieh [Konya]. Ce groupe, qui porte le nom de Kara dagh [Karadağ] ou « Noir mont », si commun dans les pays de langue turque, est situé dans le prolongement de l'axe des chaînes qui, au delà de Konieh, se continuent vers le nord-ouest, sur un espace d'environ deux cents kilomètres. Le rempart oriental, qui limite à l'occident la dépression centrale de l'Asie Mineure, est coupé par un grand nombre de brèches et ne s'élève en moyenne qu'à deux ou trois cents mètres au-dessus de la haute plaine ; mais à son extrémité nord-occidentale il se termine par l'Emir-dagh [Emir dağları] et le Kechir-dagh, monts un peu plus hauts, où de nombreux pasteurs viennent camper pendant les chaleurs de l'été. Le rempart occidental, qui doit peut-être à sa plus grande élévation d'être appelé le Sultan-dagh [Sultan Dağları], se présente en véritable chaîne du côté de l'est, au-dessus de lacs et de marécages ; mais à l'ouest et au nord il se confond en maints endroits avec le plateau montueux où les affluents de la mer Egée, le Ghediz-tchaï [Gediz Nehri], le Méandre et leurs tributaires commencent à creuser leurs vallées.

[Montagnes de Pisidie]

Au sud-ouest de la chaîne bordière du Sultan-dagh, les montagnes s'élèvent graduellement en se rapprochant de la mer. En Pisidie, où le Boz bouroun [Bozburun] ou « Tête Grise » approche de 3000 mètres, la direction de chaînes est celle du nord au sud ; en Lycie, elles sont orientées pour la plupart dans le sens du nord-est au sud-ouest. Un massif du Taurus lycien, l'Ak dagh ou « mont Blanc », atteint 3080 mètres, le Souzouz-dagh [Susuz dağı], qui lui fait face du côté de l'est, ne lui est guère inférieur, et le Beï dagh [Bey Dağları] ou « Mont Chef», à l'est d'Elmalu [Elmalı], le dépasse peut-être : il aurait 3150 mètres. Après le Metdesis, le mont Blanc et le mont Chef de Lycie sont les plus élevés des sommets tauriques et leur plus grande proximité de la mer leur donne un aspect encore plus majestueux. Sur les pentes tournées vers le nord, les massifs du Taurus lycien sont couverts ou mouchetés de neige pendant toute l'année ; c'est à la blancheur de leurs cimes que plusieurs montagnes dans cette partie de l'Asie Mineure devraient leur nom de « bali », presque identique au mot slave qui a le sens de « blanc » et que l'on emploie également pour désigner les sommets neigeux (1). L'appellation de Taurus s'est aussi conservée dans la nomenclature locale : la chaîne qui commence à l'extrémité méridionale du lac d'Egherdir [Eğirdir] et qui forme le tronc de tous les rameaux qui divergent vers les côtes de Lycie, porte le nom de Davras ou Daouras (1).

1. P. de Tchihatcheff, ouvrage cité.
2. Hirschfeld, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde, 1877.

[Montagnes de Lycie]

Sur la côte orientale de Lycie se dresse, à 2575 mètres, la montagne de Takhtalou [Tahtalı Dağı], le Solyma des anciens, à la base entaillée de gorges, aux pentes moyennes couvertes d'arbrisseaux : c'est sur le versant méridional de ce pic superbe que brûle jour et nuit la « Chimère » dont parlent les géographes grecs et romains et qui a donné lieu à tant de fables. La source de feu, le Yanar ou Yanar-tach [Yanartaş], jaillit d'une ouverture profonde d'un mètre environ, au-dessus de laquelle s'élèvent les débris d'un temple. Aucune fumée n'accompagne la flamme ; à quelques mètres de distance, la roche serpentineuse d'où s'élance le feu mystérieux n'a pas une température supérieure à celle des terrains environnants ; des arbres croissent dans le voisinage immédiat et un ruisseau serpente sous l'ombrage. Souvent les pâtres des environs viennent préparer leurs mets à la flamme de la Chimère ; elle se refuse, dit la légende, à cuire les aliments volés. Une autre ouverture du rocher, semblable à celle du Yanar, est maintenant éteinte et l’on n'y observe aucun dégagement de gaz. Parfois, disent les habitants, on entend un mugissement sourd retentir dans la montagne de Takhtalou (1). Cette région de la Lycie était connue jadis sous le nom de Mont Phénix et l'un des villages de la contrée en a gardé l'appellation de Phineka. Des aigles et des vautours planent incessamment au-dessus de la roche embrasée de la Phénicie asiatique. N'est-ce pas à ce fait, demande Fellows (2) qu'il faut attribuer la légende du phénix renaissant de ses cendres ?

Les promontoires de la Lycie, comme ceux de la Cilicie Trachée, se terminent presque tous par de hautes parois, d'un calcaire blanchâtre qui contraste avec leurs sombres forêts de pins. Le littoral, découpé en nombreuses péninsules, s'essaye à former quelques îles, comme pour annoncer les archipels des côtes occidentales. Les noms donnés par les marins grecs ou italiens commencent à prédominer : ainsi l'ile principale de la côte, Castel-Orizzo, doit probablement cette appellation (Castel-Rosso) aux nuances rougeâtres de ses rochers ; le promontoire et les iles de Chelidan ou Chelidonia [Gelidonya], à l'angle sud-oriental de la Lycie, prennent leur nom des hirondelles qui tournoient en nuages autour des rochers ; plus loin, sur la côte orientale, s'ouvre le port Genovese. Il est peu de parages dans la Méditerranée où les courants maritimes aient plus de force que dans les détroits des îles Chelidan ; le flot, qui se porte constamment des côtes de la Syrie vers l'ouest, en longeant le littoral de l'Anatolie, vient frapper au sud d'Adalia les falaises qui se présentent en travers de son cours comme une digue énorme, et, se rejetant vers la gauche, il s'échappe rapidement vers la haute mer par les issues que lui offre le petit archipel de Chelidan ; en certains endroits, la vitesse du courant approche de 5 kilomètres à l'heure. Ces iles sont aussi fort curieuses par leurs fosses d'effondrement ; trois sont coupées d'une rive à l'autre par une allée aussi régulière que si la tranchée eût été faite de main d'homme : on dirait que la roche a cédé immédiatement au-dessous et que les assises surincombantes se sont affaissées en bloc jusqu'à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer. Une autre curiosité de ces parages est un petit ruisseau d'eau douce, qui coule dans l'ilot de Grambousa, beaucoup trop étroit en apparence pour que les pluies puissent y alimenter une fontaine aussi abondante ; il est probable que l’eau provient du continent et rejaillit en source artésienne après avoir passé au-dessous du détroit, qui n'a pas moins de 52 mètres de profondeur.

1. Francis Beaufort, Caramania ;  — Sprall and Forbes, Travels in Lycia.
2. Travels and Researches in Asia Minor.

La région occidentale du plateau de l'Asie Mineure ne s'abaisse pas d'une manière uniforme vers les côtes de la mer Egée. Les nombreuses découpures du littoral se retrouvent sur le front du plateau, compliquées en outre de ramifications latérales, semblables à celles des fjords norvégiens. Les hautes terres se divisent comme une étoffe qui s'effile. Les arêtes, disposées pour la plupart en lignes parallèles, s'abaissent par degrés vers la mer, puis d'autres chaînes, séparées des premières par des brèches profondes, dressent leurs escarpements au-dessus des plaines et sont à leur tour interrompues par de larges espaces, détroits de verdure qui rattachent les unes aux autres les campagnes des deux versants ; plus loin, les rangées de hauteurs reprennent, mais leur base inclinée est déjà recouverte par la mer, elles s'avancent en péninsules et leurs derniers promontoires plongent dans l'eau profonde ; cependant la terre ne disparait que pour surgir de nouveau en iles montueuses qui se continuent par des îles plus basses, puis par des ilôts et des écueils. Montagnes du continent et massifs insulaires sont une même formation. Que la mer s'élève, et de nouvelles îles frangeront la terre ferme ; que les eaux s'abaissent, et l'archipel du littoral se changera en péninsules.

La ramification montagneuse qui se dégage du plateau pour se développer vers le sud-ouest de la Péninsule commence au superbe massif du Baba dagh, le mont Père, le Cadmus des anciens (1860 mètres) ; il est contourné à l'est par une dépression qui fait communiquer la vallée du Méandre, affluent de la mer Egée, avec celle du Doulouman-tchai, tributaire de la mer de Rhodes. Au midi du Cadmus, la chaîne du Boz dagh ou « mont Gris » s'abaisse graduellement à 1000 mètres, puis à 600 et à moins encore ; les ramures qui s'avancent au loin dans la mer à l'angle de la Péninsule, n'ont que des collines peu élevées, du reste très hardiment coupées et d'une variété infinie de formes. Les montagnes des îles sont plus hautes que celles du littoral voisin ; l'Attatros, à Rhodes, atteint 1240 mètres ; le Lastos, dans Karpathos, n'est que d'une vingtaine de mètres moins haut ; de ce point culminant on voit parfaitement la pointe orientale de l'île de Crète, qu'unit à l'Asie Mineure, entre des abîmes de plus de 2000 mètres, un seuil recouvert de trois à quatre cents mètres d'eau. Au nord de Rhodes, une autre presqu'île se continue par l'île Symi ; la longue branche noueuse qui se termine au cap Krio reparait à Nisyros, dont le mont pyramidal

[Page 483]

s'élève à 693 mètres de hauteur. Plus loin, la presqu'île d'Halicarnasse est à peine séparée de Kos et de l'archipel de Kalymnos et de Lero par d'étroits passages obstrués d'écueîls. C'est un fait remarquable que le mont de Nisyros, le seul volcan encore actif de l'Asie Mineure, se dresse exactement à l'angle de la péninsule d', entre la mer Egée et le

bassin profond de la Méditerranée orientale. Des fumerolles dont la température dépasse 100 degrés, des jets de vapeur, et la formation de cristaux de soufre sont actuellement les seuls phénomènes apparents du laboratoire volcanique. L'activité du foyer augmente pendant la saison des pluies ; alors le fond du cratère est transformé en un lac sulfureux, ayant la température de l'eau bouillante (1).

1. Gorceix, Archives scientifiques

Les chercheurs de soufre ont changé le cratère en usine. Une légende grecque disait que Nisyros était un fragment de l’île de Kos, lancé dans la mer par un dieu ; mais, au contraire» les terres environnantes sont en grande partie formées par les débris que la bouche du Nisyros a projetés dans ses explosions. L’îlot de Yali, situé entre Kos et Nisyros, est un amas de ces tufs volcaniques, alternant avec des travertins, très riches en fossiles. D’après M. Gorceix, cet îlot aurait subi une série d'oscillations de niveau qui se continuent de nos jours, témoignant ainsi du mouvement continuel des laves dans le foyer souterrain. Dans ces parages de la Méditerranée le flux et le reflux sont très sensibles : l'écart du niveau dépasse 30 centimètres dans le golfe de Symi (1).

Le même massif du Baba dagh qui forme le tronc commun des rameaux au sud-ouest de la Péninsule, projette aussi vers l'ouest une branche, interrompue de distance en distance par de profondes vallées. Plusieurs sommets ayant plus de 1000 mètres se montrent au-dessus des crêtes, et vers l'extrémité occidentale de cette rangée le massif de Bech Parmak ou des « Cinq Doigts » élève une de ses pointes à 1371 mètres et se rattache au « fier triangle du Latmus, semblable au fronton d'un temple » (2). Au nord de la vallée du Méandre, la chaîne de montagnes qui s'avance en dehors du plateau est beaucoup plus régulière que le Baba dagh et ses prolongements. Cette chaîne, connue sous divers noms locaux, mais généralement désignée par les Grecs sous l'ancienne dénomination de Misoghis, se continue sans interruption sur une longueur d'environ 140 kilomètres, de la percée du Méandre, près de Bouladan, jusqu'aux promontoires de Scala Nova, dans le golfe d'Ephèse. La hauteur moyenne des croupes suprêmes ne dépasse guère 1000 mètres ; nues et grises, elles se succèdent régulièrement de l'est à l'ouest, sans brèches intermédiaires ; cependant la chaîne a dans son ensemble une apparence des plus variées, grâce aux terrasses de conglomérat qui en longent la base à 100 et 150 mètres de hauteur et que les torrents ont découpées en cubes et en pyramides : les cultures étagées et les arbres touffus qui remplissent les vallons contrastent par leur verdure avec les teintes rouges des éboulis. Toutes ces terres qui s'écroulent et se ravinent et dont les ruisseaux emportent les débris pour les déposer en alluvions dans la vallée du Méandre, sont évidemment les restes de dépôts qui se formèrent à une époque géologique antérieure, alors que les côtes de l'Anatolie étaient plus profondément immergées.

1. Hamilton, Researches in Asia Minor.
2. Olivier Rayet, Milet et le golfe Latmique.

Vers son extrémité occidentale, la chaîne du Misoghis s'abaisse. Un seuil au-dessous duquel passe souterrainement, à 243 mètres d'altitude, la voie ferrée de Smyrne à la vallée du Méandre, sépare la chaîne principale du massif de Gumich-dagh ou de la « Montagne d'Argent », riche en gisements d'émeri et autres minerais. Au sud, des groupes de collines bordent le bas Méandre en face des escarpements du Bech-Parmak, puis on voit se profiler de l'est à l'ouest l'arête dentelée du Samsoun-dagh, le Mycale des anciens. La pyramide rocheuse du Rapana, qui se dresse au milieu de cette chaîne, au-dessus des grandes forêts de pins, des maquis de lauriers et de myrtes, est le sommet le plus élevé du littoral asiatique de la mer Egée (1258 mètres) ; immédiatement à l'ouest, s'arrondit la croupe d'une autre cime, un peu moins haute (1208 mètres), mais considérée par les marins hellènes comme le mont sacré ; le reste d'une chapelle dédiée au prophète Élie, qui succède dans la vénération des Ioniens au dieu solaire Apollon-Melkarth, s'élève au bord du précipice, dominant le merveilleux spectacle du littoral et de la mer avec ses golfes, ses détroits et ses îles. En face, comme à un jet de pierre, on voit l'ile de Samos, se terminant à l'ouest par la masse du Kerki, plus haute encore (1750 mètres) que les sommets du Mycale ; puis au delà se montrent des cimes de Nikaria, dépassant également 1000 mètres, et vers le sud-ouest, diverses îles, entre autres Patmos, apparaissent sur le fond violet de la mer, tantôt en ombres noires, tantôt en vapeurs lumineuses. Le détroit qui sépare de Samos le cap le plus avancé de Mycale n'a que 2 kilomètres de largeur ; encore une petite île, où se reposent les déserteurs qui traversent le détroit à la nage, divise-t-elle le chenal en deux bras. De la ville de Samos, la population put voir se dresser la croix où le tyran Polycrate fut cloué « dans sa gloire ». Ce promontoire extrême de la terre ferme a gardé son nom antique de Mycale, changé par transposition de syllabes en Camilla ou Camello.

Au nord de la chaîne du Misoghis, se développe une autre chaîne de même hauteur, le Tmolus des anciens, qui se termine immédiatement à l'est de Smyrne par un énorme môle portant quelques villages à mi-pente. Ensemble, le Misoghis et le Tmolus s'arrondissent en un vaste demi-cercle enfermant la vallée du Caistre. A l'ouest de cette vallée, les montagnes forment des massifs indépendants, jadis séparés des monts de l'intérieur par de larges détroits. L'Alaman-dagh, le Gallesion des anciens, a gardé son aspect insulaire : la verdure qui entoure ses talus et pénètre dans ses gorges limite le promontoire aussi nettement que le ferait l'eau de la mer ; peu de montagnes ont plus fier aspect que ces roches dont les pyramides à pans coupés, s'appuyant sur des pentes d'éboulis revêtus d'herbes, ont la forme régulière de gigantesques monuments ; les murailles qui longent les arêtes, les forteresses qui se dressent au bord des précipices ont Tair d'appartenir à l'architecture de la montagne. Différent de presque toutes les autres chaînes de l'Ionie asiatique, dont la direction normale est celle de l'est à l'ouest, l'Alaman-dagh aligne ses pics dans la direction du nord au sud, de même que la chaîne, plus occidentale, qui traverse la presqu'île smyrniote pour aboutir aux sommets jumeaux des Deux Frères, dont les pentes boisées dominent Feutrée de la rade. Plus loin, une autre chaîne, supérieure en altitude, suit la même direction du sud au nord, du cap Karaka au Mimas ou promontoire de Kara bouroun ; la longue rangée de monts se dresse comme un rempart dans la péninsule érythréenne en travers du golfe de Smyrne. L'île la plus rapprochée du littoral, Chio, est orientée de la même manière et se distingue ainsi des autres îles de l'archipel asiatique par l'alignement dans le sens du méridien ; peut-être est-ce à la neige (khion), brillant sur ses montagnes pendant quelques jours ou quelques semaines d'hiver, que l'île devrait son nom (1) ; la plus haute cime, le Saint-Élie, qui s'élève au nord de l'île, atteint 1267 mètres.

 Les formations de Chio appartiennent à diverses époques géologiques et la terre est en travail pour en produire de nouvelles. Les roches d'éruption, serpentines, porphyres, trachytes, se rencontrent en maintes parties de l'île de même qu'en face, dans la presqu'île érythréenne : les deux massifs parallèles, que sépare un bras de mer ayant au seuil 25 mètres de profondeur seulement, se trouvent dans la même aire d'ébranlement volcanique. On sait que cette région de l'Ionie, l'une des plus riches de l'Asie Mineure en sources thermales (2), est une de celles qui ont le plus à souffrir des secousses intérieures. Pendant la deuxième moitié du siècle, peu de désastres ont été comparables au terrible tremblement qui renversa la ville de Chio. Au mois d'octobre 1883, le sol frémit de nouveau, principalement au-dessous de la région érythréenne, où se voit un petit cratère, près de Tchesmeh [Çesme]. Le sol s'entr'ouvrit dans le district de Latzata. Les sources tarirent, tandis que d'autres s'élancèrent du sol ; plusieurs villages et des quartiers de villes furent renversés ; plus de cinquante mille personnes eurent à camper près de leurs maisons démolies.

1. Pauli, Mittheilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg, 1881-1882.
2. G. Lattry, Congrès médical à Athènes, 1882.

[Anatolie occidentale, région d’Izmir]

La chaîne qui se rattache par un seuil peu élevé aux monts du Tmolus et se recourbe vers l'ouest pour limiter au nord la baie de Smyrne n'est pas au nombre des saillies remarquables de l'Asie Mineure par la superficie qu'elle occupe et la hauteur de ses pics, mais elle a un grand nom dans le mythe et l'histoire. C'est le Sipyle où régna Tantale, et la montagne la plus haute que Ton voit en face de Smyrne, profilant son cône émoussé au-dessus d'autres croupes plus rapprochées, est le « Trône de Pélops », où siégea le chef de la famille qui donna son nom au Péloponèse (1). Les anciens auteurs parlent d'effroyables tremblements de terre qui renversèrent les cités et « dévorèrent » le mont Sipyle. On ne reconnaît aucune trace de ces cataclysmes, mais toute la partie occidentale de la chaîne, désignée par le nom turc de Yamanlar-dagh, est formée de roches éruptives ; la partie occidentale du Sipyle, le Manissa-dagh [Manissa dağ], ou « Mont de Magnésie », se compose de roches crétacées, qui se terminent brusquement, sur le versant du nord, par de formidables parois, diversement colorées, percées de grottes, coupées de failles qui semblent traverser la montagne de part en part ; de véritables tranchées, d'une régularité parfaite, s'ouvrent ainsi et pénètrent au loin dans les rochers entre deux murs verticaux. A l'est du Manissa-dagh, la plaine de Sardes, que parcourt le Hermus, longe le versant septentrional du Tmolus, connu en cet endroit sous le nom de Boz dagh [Bozdağ], ou « mont Gris ». Ces pentes, comme celles du Misoghis au-dessus de la vallée du Méandre, sont flanquées do débris rougeâtres en terrasses, que découpent les rivières en massifs distincts et dont les pluies sculptent le rebord en pyramides et en obélisques. Plus hautes que celles du Méandre, les terrasses de la vallée de Sardes firent également partie de couches continues qui occupaient toute la largeur de la plaine, avant que le Hermus s'ouvrît un défilé vers la mer, entre le Sipyle et les montagnes de Hassan-dagh.

1. G. Weber, Le Sipylos et ses monuments.

Les massifs qui font face au Tmolus, au nord de la vallée d'Alachehr, sont en partie de formation volcanique et l'une des plaines qu'ils enferment est le « Pays Brûlé », la Katakekaumené des Grecs. Un cône d'éruption, le Kara Devlit ou l'«EncrierNoir », qui s'élève à 150 mètres environ au-dessus de la plaine de Koula, est composé en entier de cendres et de scories noirâtres, qui cèdent sous le pied. A l'ouest de l'Encrier Noir, deux autres cônes d'éruption au cratère régulier se succèdent ail kilomètres d'intervalle et, comme le Kara Devlit, donnent naissance à des coulées de lave qui descendent du nord vers le Hermus ; le cône le plus occidental, le Kaplan Alan, « Antre du Tigre », présente une coupe terminale de 800 mètres de tour. Depuis un nombre inconnu de siècles les « cheires » ont gardé les aspérités de leur surface ; comme aux temps de Strabon, elles méritent pleinement leur nom de Pays Brûlé : stériles et noirs, ces fleuves de scories contrastent d'une manière saisissante avec les verdoyantes campagnes qui les bordent. Outre les trois cônes d'éruption d'où s'épanchent ces laves relativement modernes, probablement du même âge que les volcans d'Auvergne, il en est plusieurs autres que l'on distingue seulement par leur profil et qui portent la même végétation que les pays environnants ; leurs pentes sont couvertes de vignes et de champs cultivés comme la plaine qui les entoure ; enfin, sur les plateaux de schiste et de marbre, se dressent d'autres volcans datant d'une époque antérieure (1). A l'ouest de la Katakekaumené, une petite bordure de montagnes, le Kara dagh, accompagne au nord la vallée du Hermus ; le plateau qu'elle supporte s'est effondré ou plissé vers le centre, enfermant comme dans un cirque ovale le lac de Mermereh, dont le niveau n'est que peu supérieur à celui de la mer (2).

Le Mourad-dagh, qui continue à l'ouest le faîte de l’Emir-dagh [Emirdağ], sur le plateau central, peut être considéré comme le nœud montagneux d'où divergent les chaînes et d'où découlent les rivières principales au nord-ouest de la Péninsule. Le Méandre, le Hermus, le Thymbrius y prennent naissance. Le Mourad, une des hautes chaînes de l'Asie Mineure, dépasse 2000 mètres et se continue à l'ouest par l'Ak dagh ou « mont Blanc », qui atteint 2440 mètres. Plus loin, se prolongent les coupes régulières du Demirdji-dagh [Demirci Dağ], projetant au sud des contreforts dont l'un est le superbe massif trachytique de Kayadjik, dressant ses parois verticales au-dessus des vallées ombreuses où serpentent les eaux. La chaîne du Hassan-dagh, qui continue le faite principal à l'est et au sud-ouest, se recourbe vers le Sipyle comme pour fermer la vallée du Hermus ; le chemin de fer de Smyrne à Magnésie s'ouvre passage à travers ces gorges, où ne pénétraient jadis que de périlleux sentiers. Les autres massifs qui se rattachent au Demirdji et qui transforment en un vaste labyrinthe toute la région qui s'étend vers la mer de Marmara arrondissent pour la plupart leurs cimes en longues ondulations : ce sont les yaïla ou plateaux de pâturages où les Yuruk campent en été. Cependant quelques chaînes ont les crêtes vivement découpées : telle est, en face de Mytilène, le Madara-dagh, rempart de syénite formé en grande partie de blocs empilés de manières fantastiques et présentant toutes les transitions entre la roche solide et le sable désagrégé ; çà et là des rocs éboulés sont restés suspendus entre deux piliers résistants et servent de toit aux masures des bergers. Mytilène, que le golfe d'Edremid sépare de la haute mer, est aussi hérissée de montagnes ; un « Olympe », parfois resplendissant de neige, se reflète dans une baie intérieure. Cette grande île de la côte anatolienne appartient évidemment k deux systèmes orographiques ; sa côte occidentale continue celle de la Troade, tandis que celle de l'est court parallèlement aux rivages de la Mysie : c'est à cette double formation que l'ile doit sa configuration bizarre d'éventail ouvrant ses branches au sud pour laisser pénétrer la mer en golfes circulaires.

1. Hamilton, Researches in Asia Minor, Pontus and Armenia.
2. P. de Tchibatcheff, Asie Mineure.

[Mytilène, Ténédos, monts de la Troade]

Les monts de la Troade ont leur nœud principal, non au centre du territoire, mais à l'une de ses extrémités, immédiatement au nord du golfe d'Edremid. Là s'élèvent les escarpements boisés du Kaz-dagh, le « mont des Oies », l'Ida ou Gargarc des anciens ; toutefois ces deux noms doivent s'appliquer dans leur acception poétique à d'autres montagnes plus centrales de la Troade, car de la croupe suprême du Kaz-dagh, — haute de 1769 mètres, d'après Schmidt, — mais entourée d'autres cimes à peine moins élevées, on ne voit point la plaine d'Ilion ; ce n'est pas de là que Zeus eût pu contempler les luttes des Troyens et des Grecs aux bords du Scamandre.

[Asie Mineure septentrionale]

Pour les Hellènes contemporains, l'Ida est une montagne sacrée, comme elle le fut pour les fidèles de religions antérieures ; près de la cime on voit les restes de cellules et de chapelles, et lors de la fête du prophète Élie, les villageois des alentours viennent passer la nuit sur le pic pour se prosterner dès que l’astre surgit au-dessus de l'horizon : sans doute la cérémonie n'a point changé depuis que les poètes anciens célébrèrent le glorieux sommet que le soleil éclaire de ses premiers rayons et qui « répand une clarté divine (1) ».

1. Euripide ; — Le Chevalier, Voyage dans la Troade.

L'Ida est encore revêtu des magnifiques forêts qui lui ont valu son nom, mais la plupart des monts avancés, tels que le Kara dagh et le Karali-dagh, sont dépouillés de leurs bois et n'ont plus que des broussailles. Ça et là pourtant, les hauts pâturages ont gardé leurs bouquets de pins, non des conifères qui se ressemblent tous par le port et le branchage, comme ceux des forêts européennes, mais des arbres tous différents les uns des autres par l'attitude du tronc et le mouvement des ramures. Les grands pins du parc immense, parsemés en désordre sur la pelouse fine, ne se groupent pas en bois assez épais pour arrêter la vue ; les campements des Yuruk se blottissent dans les fonds, les troupeaux de brebis mouchètent de taches blanches la verdure, les escarpements calcaires et les dômes trachytiques des montagnes voisines. En bas, dans la plaine de Troie, serpente le Men-dereh, puis au delà se montrent le détroit sinueux des Dardanelles et plus loin la mer resplendissante avec ses iles, Ténédos, Lemnos, Imbros, Samothrace, parfois le profil triangulaire du mont Athos. Les dernières collines du système de l'Ida, comprises entre la baie de Besika et l'entrée des Dardanelles, forment le long de la mer un rempart insulaire limité au sud par la bouche du ruisseau qui fut le Scamandre, au nord par le delta du Mendereh ou Simoïs d'Homère. Au large, la tête aride de Tenedos, dont les collines ne portent pas un seul arbre, et quelques ilots moins dépouillés de verdure forment un petit archipel au devant du littoral troyen. La rive méridionale de la mer de Marmara est également longée par un système orographique en miniature, que des alluvions et des formations tertiaires, indiquant le passage d'un ancien détroit entre la mer Noire et la mer Egée, séparent des montagnes du sud. La péninsule de Cyzique, rattachée à la côte par un étroit pédoncule, est aussi dominée par une masse imposante, le Kapou-dagh, et les iles de l'archipel de Marmara, ainsi nommées de leurs roches de marbre, sont des monts émergés. A l'est de la Propontide, la presqu'île limitée par les deux golfes de Ghemlik et d'Ismid porte également son massif insulaire, dont la cime principale, le Samanlu-dagh, s’élève à 830 mètres, et qui se termine à l’ouest par le formidable Boz bouroun ou « cap Gris », éruption de trapp, pareille à plusieurs autres massifs de roches ignées qui se dressent en cônes au bord de la mer et des lacs, ainsi que dans les plaines alluviales de la contrée. La péninsule de Bithynie, outre le golfe d’Ismid et la mer Noire, est aussi percée de roches volcaniques ; en longeant les côtes du Pont Euxin, du Bosphore à l’embouchure du Sakaria, on voit se succéder maint promontoire de trachyte, à la base creusée de grottes où s'engouffrent les vagues. L'Olympe, dont on voit de Constantinople la ligne azurée se profiler à l'horizon du sud, ne se rattache que par des croupes irrégulières au nœud du Mourad-dagh, dans les montagnes de l'intérieur. C'est un massif presque isolé de gneiss et de granit, revêtu sur les pentes de diorite et de marbre. Il est plus imposant par sa masse que par sa hauteur ; on le gravit facilement, même à cheval, et nombreux sont les résidents et visiteurs de Brousse qui en ont fait l'ascension. Pourtant l'altitude du sommet central, le Ketchich ou mont des Moines, n'est pas encore connue ; elle est probablement peu inférieure à 2500 mètres et donne à la cime vénérée des Hellènes le premier rang parmi les sommets de l'Asie Mineure septentrionale (1). C'est, à l'ouest de l'Olympe galate, le premier qui ait reçu le nom d'Olympe, et parmi les quinze ou vingt montagnes qui ont reçu cette appellation, — « Brillant » ou « Lumineux », — c'est lui dont l'imagination populaire fit la principale demeure des dieux. Olympe de Bithynie par son versant du nord. Olympe de Mysie par son versant du sud, il se dresse entre les deux provinces, dominant un horizon immense, des eaux de la mer Noire aux îles de Marmara et aux rivages de la Thrace (2). Au sud-est, le mont Olympe se continue par une crête étroite et régulière, qui se divise plus loin en remparts parallèles. A l'est de l'Olympe « aux plis nombreux », d'autres montagnes, moins hautes et ravinées par les torrents, se prolongent vers la vallée du Sakaria. Ce fleuve traverse d'étroits défilés, entre des parois verticales ou des escarpements rapides, mais les sommets voisins n'ont qu'une faible altitude au-dessus du plateau. Les montagnes proprement dites ne reprennent qu'à l'orient du Sakaria et de la région des steppes qui occupent le centre de l'Asie Mineure.

    1. Hauteur de l’Olympe, d’après la carte de Kiepert ….. 1888 mètres.
    Petermann ….. 1930 mètres
    Stebnitzkiy ….. 2494 mètres
    d’après les mesures barométriques de Marmont ….. 2247 mètres
    de Fritsch ….. 2120 mètres

    2.  Gebhart, Revue des Deux Mondes, 15 juin 1807 ; — Dutemple, En Turquie d’Asie ; — Holinski, Notes manuscrites.

Dans leur ensemble, les divers chaînons montagneux qui s’élèvent sur le plateau, entre le bassin du Sakaria et celui du Kizil irmak, de même qu'entre celui de Kizil irmak et du Yechil irmak, sont des remparts d'une faible élévation relative, se dirigeant dans le sens du sud-ouest au nord-est. Seulement un petit nombre de ces chaînes atteignent la hauteur de 2000 mètres ; plusieurs ne sont que des renflements allongés couverts de pâturages, yaïla [yayla] fréquentés seulement par des bergers, mais destinés probablement un jour à recevoir de fortes populations sédentaires, car le sol est fertile, et l'air, sans cesse renouvelé par les courants supérieurs, qui passent au-dessus des bas-fonds et des steppes marécageuses, est d'une pureté parfaite ; ces plateaux herbeux seraient d'admirables sanatoires pour les habitants de Constantinople et des villes du littoral (1). Parmi toutes les chaînes de cette région, la plus haute est l'Ala dagh, un de ces nombreux « monts Bigarrés » ou peut-être « monts Divins » des pays de langue turque ; ses points culminants ont plus de 2400 mètres. Il se compose de cinq remparts parallèles s'abaissant en pentes douces vers les hautes terres environnantes et renfermant de jolies vallées qui verdoient entre leurs parois. L'Ilkas-dagh, au sud de Kastamouni, l'Elma-dagh ou « mont des Pommiers », au sud d'Angora, dépassent aussi 2000 mètres ; à l'ouest de Sivas, une chaîne, formée comme l'Ak dagh de murailles parallèles orientées du sud-ouest au nord-est, et séparées par des plateaux herbeux, a mérité par ses neiges d'hiver le nom d'Ak dagh ou « mont Blanc » ; Tchihatcheff évalue à 2200 mètres l'altitude de ses rocs les plus élevés. Le Yildiz-dagh ou le ce mont des Étoiles », qui les continue au nord-est, n'a qu'un millier de mètres ; mais plus loin les monts se redressent pour s'unir aux chaînes pontiques. Une haute arête longe le littoral au nord de la dépression profonde que parcourt le Lycus ou Ghermili. Des syénites, des porphyres, revêtus çà et là de roches sédimentaires, forment l'ossature de ces monts, que des laves percent en maints endroits : au nord de Chabin Karahissar, un volcan, le Kazan Kaya ou « Chaudron de Pierre », élève son cratère échancré à plus de 2500 mètres (2). Cette chaîne du littoral est peut-être la plus riche de l'Anatolie en mines de fer, de cuivre, de plomb argentifère, et des amas de scories, laissés par les anciens Chalybes, se rencontrent partout au milieu des fourrés : c'est là, dit la légende, que furent inventés l'enclume et le marteau.

1. P. de Tchihatcheff, ouvrage cité. 2. Briot, Notes manuscrites.